logo5 Compteur pour tout le site : 9 285 911
 
Nombre actuel de lecteurs : 14

 

Filtres pour (ne pas) ajouter un tweeter à un large bande

Mise à jour : 18 mars 2021.


Vous arrivez dans ce chapitre en voulant ajouter un tweeter à votre large bande.
Je vais commencer par argumenter qu'ajouter un tweeter n'est pas une bonne solution, et qu'il faut en priorité corriger la réponse du large bande dans le médium.
Ce n'est pas votre demande initiale, mais si vous avez l'esprit assez ouvert vous apprécierez à l'écoute la solution proposée !!!
Si vous êtes un peu plus tétu, passé les 2/3 du chapitre il y a la réponse à votre question...


Une question préalable :

Votre large bande a t'il réellement besoin d'un tweeter ?
( Si oui, la réponse qui arrivera immédiatement sera lequel ? )

Si vous écoutez votre large bande sans la moindre correction, la bosse dans le médium rend l'aigu atténué, ainsi que le grave.
Le réflexe est de rajouter un tweeter pour ajouter l'aigu qui manque. (Mauvais réflexe, le manque d'aigu a pour cause un excès de médium !!!)
Un autre réflexe est de vouloir ajouter un SUB. (Mauvais réflexe, il ne montera pas assez haut pour rejoindre la fréquence du baffle step.)
C'est une solution, une mauvaise solution, je vous en propose une autre.

Commençons à raboter la bosse dans le médium, une fois que ce sera fait, et si le besoin existe encore, alors nous ajouterons le tweeter et/ou un SUB.
Le gros avantage de la solution est son économie, un tweeter ou un SUB coûtent cher. Ce n'est pas la plus importante.
Le deuxième avantage est la cohérence de la restitution du médium aigu, avec l'absence de transition plus ou moins réussi (pafaitement ratée ?) entre deux haut-parleurs.
Essayez, vous serez convaincu.

Cette correction du médium permet aussi de bien commencer une "Courbe cible" qui atténue globalement le médium-aigu par rapport aux graves.
Ce ne sera pas aussi précis qu'une correction par convolution, mais ce sera beaucoup mieux que rien.
Ce que vous propose ce début de chapitre est une correction "trois en un" qui évite le tweeter, le SUB, et qui corrige la conséquence de la réverbération de la pièce.
Je ne sais pas dire exactement l'importance relative des trois points, mais ils seront corrigés globalement pour votre plus grande satisfaction à l'écoute.

La bosse dans le médium a trois causes :

  • La réponse du large bande bien sur.
  • Le montage du HP sur la face avant de l'enceinte.
  • La réverbération dans le médium-aigu de votre pièce d'écoute, pas, ou pas assez traitée.

Le deuxième point est bien expliqué au chapitre Correction de la taille de la face avant des enceintes.
Le troisième point est expliqué dans le chapitre Courbe cible avec une solution avec les corrections par convolution.
Les trois causes se corrigent de la même façon, un "RL ou RLC parallèle" en série avec le large bande.


Que se passe t'il si vous restez sur votre idée d'ajouter un tweeter puis un SUB ?
Le large-bande à une bosse dans le médium.
En ajoutant un tweeter, vous allez linéariser la réponse du médium à l'aigu, cela ne fait aucun doute.
En ajoutant un sub vous allez remonter le niveau de grave et d'extrême grave jusqu'à la fréquence de coupure de votre SUB. 100 Hz, 120 Hz ?
Vous allez vous retrouver avec un trou dans le bas-médium, trou d'autant plus grand que la largeur de l'enceinte qui reçoit le large bande sera étroite...
Trou de 120 à 570 Hz pour une enceinte de 30 cm de large parce que 17200 / 30 = 570 Hz comme expliqué dans le chapitre sur le baffle step.
Pour une écoute Hi-Fi vous êtes mal partis, sans compter l'aspect financier de l'affaire !!!

Maintenant si vous utilisez un large bande en médium, monté dans une enceinte de 50 cm de large, avec un grave qui monte à 340 Hz et un tweeter, la solution tient la route...
Même chose si vous faite une deux voies et demi, avec un grave en parallèle du large bande, grave filtré en passe bas à 6 dB/octave à la fréquence du baffle step.


Une crainte arrive souvent dans les discussions sur le manque d'extrême aigu entre 15000 et 20000 Hz.
C'est la génération CD qui veut ça !!!
Nous autres, les plus anciens, avons connu la FM, avec une bande passante limitée à 15000 Hz.
Jamais personne ne s'est plaint d'un manque d'extrême aigu !!!
Les audiophiles ont le don de couper les décibels en 4, d'avoir des exigences infondées.
Cela coûte cher pour rien.
Commencez sans tweeter, corrigez la bosse dans le médium du large-bande, il sera toujours temps de rajouter un tweeter plus tard, et cela me surprendra beaucoup si vous en arrivez là.

Vous aurez compris dans ce qui précède que ce chapitre parle plus de comment se passer de tweeter, que d'en rajoutez un.
Tout le début du chapitre c'est comment s'en passer, avec des évolutions régulières.
Toute la fin du chapitre c'est comment ajouter un tweeter.


Correction RL ou RLC passive, sans tweeter :

RL parallèle :

image774.jpg

RLC parallèle :

image567.jpg

Dans les deux cas la self peut faire entre 0.5 et 2.5 mH, la résistance entre 3 et 30 Ohms, la capa entre 1 et 5 ou 10 uF.
Un essais début 2017 avec un HP large bande de 21 cm sur une face avant de 350 mm de large et 1300 mm de haut m'a fait retenir la valeur de 2 mH pour la self (après avoir conparé 2.2 et 1.8 mH), 10.5 Ohms et 1.7 uF.

Si vous réglez bien le correcteur RL ou RLC parallèle ci-dessus, vous n'aurez pas besoin de rajouter un tweeter, et vous aurez un aigu d'une très grande qualité car parfaitement intégré au reste du spectre.
Il faut avoir conscience  que le terme "aigu d'une très grande qualité" est a voir en fonction de votre degré d'exigence, et qu'un tweeter mal marié, ou mal filtré est dans tous les cas moins bon que pas de tweeter du tout.
Sur une enceinte centrale de home cinéma, un seul haut-parleur qui fait tout est la garanti d'une absence de distorsion géométrique.
Faut-il rappeler l'horreur et le non sens acoustique total de deux graves médium de part et d'autre du tweeter ?

Sur ce correcteur RL ou RLC, je suis sûr de la valeur de la self à prendre, mais R et C sont à régler à l'écoute en fonction de votre large bande et de la réverbération de votre pièce d'écoute.
Commencez par R avec une précision de réglage idéale de 0.2 ou 0.3 Ohms.
Cela se fait avec deux ou trois résistances en parallèle : 1/R = 1/R1 + 1/R2 + 1/R3 + ... + 1/Rn.
Vous pouvez aussi ajouter un atténuateur à impédance constante, correctement câblé, en parallèle avec la résistance que vous mettrez à 15 Ohms dans ce cas.
Il y a des cas ou C n'est pas utile, ne le mettez pas si la mise au point à l'écoute vous dit que c'est meilleur sans.
Précision de réglage idéale 0.2 ou 0.3 uF par mise en parallèle de deux ou trois condensateurs. C = C1 + C2 + C3 + ... + Cn

Les valeurs standards des résistances 4.7, 5.6, 6.8, 8.2, 10, 12 et 15 Ohms ne permettent pas un réglage assez précis.
Les valeurs standards des condensateurs 0.33, 0.47, 0.56, 0.68, 0.82, 1.0, 1.2, 1.5, 1.8, 2.2, 2.7 et 3.3 uF sont un poil trop grand pour les plus fortes valeurs.


Corrections numérique :

Cette correction peut être remplacée par un égaliseur numérique, avec l'avantage d'une très grande souplesse de réglage.
La courbe de réponse du traînage (Suivant la terminologie de Joe d'Appolito) ci-dessous montre parfaitement la bonne intégration de l'aigu au reste du spectre sonore,avec une parfaite continuité de la décroissance spectrale dans le temps.
Se passer de tweeter n'est pas une utopie.
Ce n'est pas du tout dans l'air du temps sur la plupart des forums mais est-ce un problème ?

image689.jpg


Le choix des composants pour une correction passive :

Le choix des composants est un critère à ne pas prendre à la légère.
Il vous faut un jeu de composants de qualité standard pour déterminer à l'écoute la valeur des composant dont vous avez besoin, avant d'acheter sans vous tromper des composants plus qualitatifs qui resteront dans votre réalisation.
Un exemple avec les selfs :
J'ai essayé 1.8 mH, 2.0 mH, 2.2 mH avec des selfs avec du fil de 1.5 mm de diamètre, j'ai retenu 2.0 mH que j'ai acheté avec du fil de 2 mm de diamètre c'est à dire 3.14 mm2.

self 15/10e de 1.8, 2.0 et 2.2 mH, self 20/10e de 2.0 mH

Vous noterez en passant une certaine fantaisie dans l'affichage de la résistance des selfs : Une self avec du fil de plus petite section ne peut pas être moins résistante qu'une self avec du fil de plus grosse section...


Le correcteur RLC n'utilise que des composants en parallèle.
10.8 Ohms se fait avec deux résistances de 18 et 27 Ohms en parallèle.
10.3 Ohms se fait avec deux résistances de 33 et 15 Ohms en parallèle.
Les valeurs intermédiaires entre 10.8 et 10.3 Ohms se fait en ajoutant une 3eme résistance en parallèle, 220, 390, 470, 560 ou 680 Ohms.
1.7 uF se fait avec 1.0 et 0.68 uF en parallèle.
Surtout pas de composants en série !!!

Correcteur RLC


Intéressons nous à l'impédance HP avec et sans correcteur RLC :

Le HP dans son enceinte, sans le moindre correcteur.
C'est un haut-parleur bagué cuivre, la remonté d'impédance est très limité dans les aigus.

Impédance du LB seul dans son enceinte


Le HP dans son enceinte, avec le correcteur de courbe de réponse RLC.
Il y a une bosse d'impédance de presque 18 Ohms à 3000 Hz, bosse qui ne sera pas appréciée par tout les amplis, surtout ceux à tubes avec un transformateur de sortie.

Impédance du LB dans son enceinte avec le correcteur de courbe de réponse RLC


Le HP dans son enceinte, avec le correcteur de courbe de réponse RLC et d'impédance RC.
Deux composants de plus sont nécessaires pour atténuer presque totalement la bosse de 18 Ohms à 3000 Hz.
C'est un correcteur d'impédance RC, placé entre l'ampli et le correcteur de courbe de réponse RLC.
Si vous choisissez bien vos valeurs, 11 Ohms et 33 uF pour cette mesure, vous obtenez le résultat ci-dessous.

Le gain à l'écoute n'est pas négligeable avec ces deux composants de plus, en utilisant un ampli à tubes avec transformateur de sortie : Un voile a été enlevé du bas-médium à l'aigu.
Je n'ai pas retrouvé ce gain en refaisant un test sans le RC 6 mois après, avec une dynamique est supérieure sans le correcteur d'impédance RC.
L'ampli utilisé dans le 2eme test est un ampli FDA, FX-AUDIO D802.
En fonction de l'ampli utilisé, tubes, transistors ou FDA, il y a un gain ou une perte. Vous évaluerez vous même à l'écoute si vous devez ou non le rajouter.

Schéma du correcteur RC et RLC

Impédance du LB dans son enceinte avec les correcteurs RC et RLC


Des avis à l'écoute sur les large bandes :

Vous pouvez lire des avis négatifs sur les large bandes.
Ces avis sont écrit par des internaute qui utilisent les large bande sans la moindre correction.
Je ne veux pas généraliser à outrance, mais je n'ai encore jamais rencontré de large bande qui ne demandait pas une correction, même lorsque la courbe de réponse mesurée par le constructeur sur un grand baffle plan était parfaite.
Une fois monté dans une enceinte fermée et moins large, les accidents apparaissent, ne serait-ce qu'à cause du baffle step...

Que faut-il penser des avis sur les large bandes effectués sans la moindre correction ?
Rien du tout, ils sont nuls et non avenus.
Je ne pense pas du bien de ceux qui se livrent à ce genre d'exercice, c'est de l'incompétance pure et simple.
Dans l'imaginaire collectif, vous prenez un LB et un ampli à tube et ça marche du feu de dieu. Dans la vrai vie, c'est simplement faux de A à Z...
Prenez ce même large bande et ce même ampli à tubes, prenez le temps de mettre au point un correcteur RLC qui convient parfaitement à votre HP monté dans son enceinte, et vous aurez une bonne écoute à vous faire douter de l'intérêt des enceintes multi voies.

Vous pouvez lire que le fractionnement de la membrane dans le médium aigu n'est pas bon. Mais personne ne vous dira qu'un filtre de coupure pas suffisament au point sur une enceinte deux voies est lui aussi pas bon.
Et quitte à ne pas être bon, je préfère l'être en restant homogène du grave à l'aigu : Parce que l'homogéneité d'une enceinte deux voies avec un filtre pas assez au point, vous êtes absolument certain de ne jamais l'avoir.

Les internautes nous parlent aussi de finesse dans les aigus meilleur avec un tweeter qu'avec un large bande seul.
Pouvez vous nous montrer le step de vos réalisations à deux voies ?
Quel est l'intérêt d'avoir un surcrois de finesse dans l'aigu si le raccordement avec le médium est mauvais, ou simplement moins bon ?
Vous vous extasiez sur la finesse en oubliant la cohérence globale, ce n'est pas mon choix de conception : Je suis peut être un poil moins fin, et tellement plus cohérent...
Allez au concert acoustique, vous vous rendrez compte combien mes choix sont pertinents !!!

Vous trouvez des haut-parleurs large bande avec bicônes, et d'autres sans, même dans les diamètres 21 cm.
Avec un bicônes vous avez deux impulsions à la mesure, sans bicônes vous en avez qu'une.
Pour moi il n'y a pas à réfléchir longtemps, mes large bande sont sans bicônes. C'est un critère de choix objectif et mesurable.


Impulsion Step avec un large bande DAVIS 20DE8, le triple résonateur, un correcteur de courbe de réponse RLC et d'impédance RC :

Step avec triple résonateur


Correcteur RLC passif, ma recommandation :

Vous êtes un certain nombre à ne pas vouloir passer aux corrections par convolution.
Cette petite partie est pour vous, vous indiquer le correcteur RLC à utiliser en fonction de l'impédance de votre HP.
Les parties précédantes vous expliquent ce que j'ai fait pour un HP de 8 Ohms : L = 2.0 mH, C = 1.8 uF, R = 10.0 Ohms.
Ces correcteurs donnent tous une atténuation de 7 dB à F = 2650 Hz avec un Q = 0.30

Je ne peux pas vous garantir que les 10 Ohms et 1.8 uF (pour un HP de 8 Ohms) vous donneront les meilleurs résultats dans votre cas.
Cela dépend de votre large bande et de la réverbération de votre pièce d'écoute.
Ce dont je suis sûr, par contre, c'est que ce sont des valeurs qui vous donneront envie de continuer la mise au point.
Un internaute à préféré, dans son cas, 4.7 Ohms à 10 Ohms, et je lui ai recommandé d'affiner un peu plus...

  • Pour un HP de 04 Ohms, L = 1.0 mH, C = 3.6 uF, R = 05.0 Ohms, R et C à affiner à l'écoute.
  • Pour un HP de 06 Ohms, L = 1.5 mH, C = 2.4 uF, R = 07.5 Ohms, R et C à affiner à l'écoute.
  • Pour un HP de 08 Ohms, L = 2.0 mH, C = 1.8 uF, R = 10.0 Ohms, R et C à affiner à l'écoute.
  • Pour un HP de 10 Ohms, L = 2.5 mH, C = 1.4 uF, R = 12.5 Ohms, R et C à affiner à l'écoute.
  • Pour un HP de 12 Ohms, L = 3.0 mH, C = 1.2 uF, R = 15.0 Ohms, R et C à affiner à l'écoute.
  • Pour un HP de 14 Ohms, L = 3.5 mH, C = 1.0 uF, R = 17.5 Ohms, R et C à affiner à l'écoute.
  • Pour un HP de 16 Ohms, L = 4.0 mH, C = 0.9 uF, R = 20.0 Ohms, R et C à affiner à l'écoute.

Autres impédances :
L = 2 * impédance / 8 en mH --- C = 1.8 * 8 / impédance en uF --- R = 10 * impédance / 8 en Ohms.


Un autre exemple :

Vous êtes quelques uns à avoir suivit mes recommandations, en ajoutant un correcteur RLC à votre large bande.
C'est rien de dire que vous êtes extrêmement satisfait !!!

Dans l'exemple ci-dessous le haut-parleur est un TANG-BAND W6-1916, touvés début 2021 chez un marchant qui en avaient encore, choisi avec l'outil de recherche des haut-paleurs pour enceinte close, en indiquant simplement que l'on cherche un large bande de 17 cm qui marche dans une enceinte de 37 L close, avec une coupure à -3 dB en dessous de 80 Hz.
L'outil indique un W6-2144, parce que le W6-1916 est théoriquement indisponible. La vérification a validé le W6-1916.
Il y a un caisson de graves qui complète le spectre sonore en dessous de 100 Hz.

L'enceinte est un dodécaèdre régulier, 37 L interne clos, forme que l'on rencontre rarement, réalisée à base de 12 morceaux identiques à 5 côtés.
Un très beau travail de menuiserie !!!

Le correcteur RLC, mis au point à l'écoute sur le critère de la taille de l'image sonore, avec une comparaison en monophonie d'un réglage sur une enceinte et d'un autre réglage sur l'autre, utilise les 3 valeurs : 2 mH, 9.23 Ohms (10 et 120 Ohms en paralèle), et 2.2 uF.
Ces valeurs sont proches de mes recommandations pour commencer, 2 mH, 10 Ohms, 1.8 uF, c'est une vérification de plus du bien fondé de ces conseils et de la recommandation de finir le réglage de R et C à l'écoute.

Doécaèdre régulier équipé du Tang-Band W6-1916

Correcteur RLC en court de mise au point dans un doécaèdre régulier

Un court avis à l'écoute :
Le voile sur les voix est enlevé, le son est équilibré c'est superbe !
L'enceinte à des graves et médium graves absolument étonnantes (pour un novice comme moi) et il n'y a plus ce voile sur les voix donc très content !

Ne croyez pas ceux qui, sur les forums, écrivent qu'un large bande ça ne marche pas à l'écoute.
Vous avez dix fois plus de chance de vous planter avec une deux voies et un filtre pas assez au point, qu'avec un large bande et son correcteur RLC...


Passer une correction RLC passive dans un égaliseur paramétrique :

Nous avons vu que le correcteur d'impédance RC pouvait être utile avec un amplis à tubes, et être une catastrophe à l'écoute avec un ampli à transistors ou un ampli FDA.
J'ai voulu tester si le correcteur de courbe de réponse RLC ne serait pas plus musical s'il était réalisé dans un égaliseur numérique au lieu des composants passifs même de qualité supérieure à la moyenne.

La mise au point du RLC passif a retenu 3 valeurs, 2 mH, 1.8 uF et 10.4 Ohms.
En utilisant Le formulaire inversé pour vérifier votre correcteur, nous trouvons une fréquence centrale de correction de 2653 Hz, une atténuation de -7.2 dB et un Q de 0.31.
Ce sont les valeurs à utiliser dans l'égaliseur numérique, pour moi dans RePhase.

Les premiers tests à l'écoute, en monophonie, avec le correcteur passif sur l'une des enceinte et le correcteur numérique sur l'autre, donne un avantage sensible au correcteur numérique.
Les composants passifs ne sont pas neutre au niveau du rendu sonore, même des composants plus haut de gamme que la moyenne.
D'autre part, la corrections passive ne fait que 70% de ce qui est nécessaire, il faut finir en numérique.
Dans ces conditions, faisons tout en numérique, nous économiserons des composants coûteux et moins bons.

Les paramètres à rentrer dans un égaliseur paramétrique, tel que RePhase sont :
Constant Q, F = 2650 Hz, Q = 0.31, Att = -7.3 dB.
Ces valeurs ont été vérifiées à l'écoute, à +/-25 Hz pour F, +/-0.01 pour Q, +/-0.1 Ohms pour Att.
Ce sont de bonnes valeurs de départ pour votre LB, vous affinerez ensuite.
Cette correction fait plusieurs choses, corriger le baffle step, corriger la réponse dans le médium, commencer la courbe cible.

Correcteur de réponse RLC dans un égaliseur paramétrique

Sur les courbes ci-dessus, nous voyons trois choses :

  • La courbe rouge qui correspond à la correction passive.
  • La courbe verte qui est la correction passive sans le condensateur C. Il n'y a pas assez d'aigus.
  • En bleu la courbe que je préfère à l'écoute en ajoutant une égalisation de plus : Shelving high, F = 9700 Hz, Q = 0.62, Att = -1.4 dB.

Je ne sais pas comment obtenir la courbe bleu avec un filtre passif. En ajoutant une résistance devant le condensateur ?

J'ai mis au point une nouvelle atténuation de la bande 10000 à 30000 Hz avec Shelving high, F = 18700 Hz, Q = 0.72, Att = -1.3 dB.
Il ne manque qu'un ajustage très fin à 50 Hz près sur F, 0.005 sur Q et 0.05 dB sur Att. (En court actuellement).
L'écoute s'améliore beaucoup lorsque les aigus sont parfaitement à leur place, et il faut bien ça pour aller taquiner les meilleurs tweeters du marché sans avoir les incohérences entre deux HP et le filtrage de coupure.
Prenez le temps d'essayer, comparez en mono avec un réglage différent par enceinte, la qualité est dans ce genre de détails.
Il faut simplement avoir l'idée d'aller chercher à l'écoute dans cette direction, c'est le but de ce chapitre.

Correcteur de réponse RLC dans un égaliseur paramétrique

Cette dernière correction est aussi un joli pied de nez aux audiophiles amateurs de systèmes multivoies, et qui regardent avec dédain les haut-parleurs large-bande en disant que ça manque d'aigu.
Non seulement un large-bande DAVIS 20DE8 ne manque pas d'extrême aigu, mais en plus il faut l'atténuer un peu pour qu'il soit parfaitement à sa place.
Quand les avis sont donnés par des audiophiles dogmatiques, qui n'ont pas essayés les larges bande avec corrections, les avis ne sont pas crédibles et vous en avez la preuve.



Correcteur RLC ou RL parallèle et Qts du haut-parleur

Mise à jour : 2008-12-30.


Ce correcteur est un filtre passif avec deux composants, une self et une résistance.
Il existe une solution avec trois composants, avec un condensateur en parallèle.
Ces deux ou trois composants sont branchés en parallèle entre eux, le tout en série avec le haut-parleur.

image774.jpg

Aux très basses fréquences, l'impédance du condensateur est infinie, celle de la self est nulle.
Il ne reste que la résistance de la self au courant continu, et la résistance en parallèle.
Dans notre exemple ci-dessus, la résistance de la self est de 0.6 ohms, avec 24.7 Ohms en parallèle.
La résistance équivalente est Req = 24.7 x 0.6 / ( 24.7 + 0.6 ) = 0.586 Ohms.

La formule de calcul des résistances en parallèle est :
1/Req = 1/R1 + 1/R2 + 1/R3 + ... + 1/Rn
Dans notre cas nous avons :
1/Req = 1/24.7 + 1/ 0.6 + 1/Infini.
Mathématiquement 1/Infini = 0. La formule devient :
1/Req = 1/24.7 + 1/ 0.6 <==> Req = 24.7 x 0.6 / ( 24.7 + 0.6 ).

Cette résistance modifie les paramètres T&S du haut-parleur :
Qes = Qes x ( Re + Req ) / Re
Qts = Qms x Qes / ( Qms + Qes )
Comme expliqué dans le chapitre Des données haut-parleur justes.

Si vous utilisez un correcteur RL ou RLC parallèle, n'oubliez pas d'en tenir compte dans les calculs de volume et d'évent de votre enceinte.
Si vous rajoutez un correcteur RL ou RLC parallèle après coup, refaites donc le réglage avec un évent plus long...



Filtres pour ajouter un tweeter à un large bande

Mise à jour : 24 juin 2019.


Quel tweeter ?

Le premier point a savoir est qu'un large bande associé a un tweeter qui se marie mal est moins bon à l'écoute que le même large bande seul.
Ce point est loin d'être une évidence lorsque vous essayez de marier un FOSTEX T925 (330 € l'un aujourd'hui pour le T925A) et que le résultat ne vous convient pas à l'écoute.
Quand vous décidez, pour votre qualité d'écoute, de ranger au placard les T925, cela peut vous faire mal au coeur, vous passez surtout pour un débile sur certain forum.
Certaines réflexions d'audiophiles incompétants ne sont toujours pas passées...

Un tweeter ne s'écoute jamais sans son filtre.
Parler de la qualité d'un tweeter sans parler du filtre qui y est associé est un non sens total.
Pourtant vous lisez souvent des avis sur des tweeters sans la précision sur le filtre utilisés. Les audiophiles manquent de rigueurs.
A l'époque du T925, j'ai essayé aussi bien les filtres passifs à 18 dB que les filtres passifs à 6 dB.

Je suis resté longtemps avec un large bande seul, ou avec un piezo à 2 €. Les tweeters piezo se marient bien.
Si votre degré d'exigence n'est pas trop élevé, les tweeters piezo sont une excellente alternative, quand ils sont bien utilisés.

"Les bons conseils" d'un Internaute m'ont incité à vendre les FOSTEX T925 et à les remplacer par des FOSTEX FT66H, car ils étaient capable de reprendre à 3500 Hz là ou le T925 n'est bon qu'au dessus de 7000 ou 8000 Hz.
En parallèle je suis passé à la multi amplification active, ce qui permettait de tester facilement toutes sorte de coupure entre les HP.
Les FT66H sont aussi allés au placards, et je suis encore une fois passé pour débile profond sur certain forum.
Dans ce cas précis, je n'en veux pas au vendeur, le FT66H acceptait effectivement d'être coupé à 3500 Hz.

J'ai recommencé les écoutes un long moment avec le large bande seul dans les aigus, mais associé à un égaliseur numérique 2x31 bandes pour la correction de la courbe de réponse.
Et je suis revenu à un simple tweeter piezo à moins de 10 € la paire, en multi amplification active, avec une coupure raide à 8500 Hz. Les tweeters piezo se marient bien.

C'est plus récemment que j'ai essayé un tweeter ATS T26, et qu'il a remplacé avantageusement le tweeter piezo avec une fréquence de coupure qui est descendu progressivement de 8500 Hz à 2900 Hz (24 dB/octave Linkwitz Riley de part et d'autre).
Un autre tweeter, un BOHLENDER GRAEBENER NEO3-PDR a permis de descendre la fréquence de coupure à 2460 Hz.

Je ne vous conseillerai pas un tweeter.
Vous comprendrez qu'avec mes expériences passées je sois extrêmement septique quand au bon mariage d'un tweeter annulaire à pavillon et à très haut rendement, aussi réputés soit-il.
Je vais essayer d'être le plus clair possible, ne perdez pas votre temps avec un tweeter annulaire à haut rendement si vous n'avez pas une compression 1" et pavillon en dessous.
Par contre un bon tweeter à dôme réputé, ou un tweeter à ruban, sont certainement excellent.

La seule qualité des ATS T26 que j'utilisais est d'être arrivé par la poste, neuf, pour 100 € la paire, avec une option de retour si je n'étais pas satisfait...
Ils viennent du stock de haut-parleurs système qui a fermé, il faut saisir les occasions qui se présentent.
La seule qualité des BOHLENDER GRAEBENER NEO3-PDR est d'être arrivée gratuitement chez moi. Et lorsque le m'en suis séparé, j'ai pris les frais de port et pas un centime de plus. J'ai aussi une morale auquel je tiens.
Dans mon cas, la multi amplification active m'a permis de ne pas avoir de contrainte de sensibilité du tweeter, et d'ajouter le gain manquant directement sur l'ampli.

Le point qui m'a fait supprimer les tweeters est l'adoption d'une courbe cible linéaire mais pas horizontale.
Cette courbe cible atténue les 20000 Hz de 5 dB environ par rapport aux 20 Hz. Pente à régler dans votre pièce d'écoute.
Sans courbe cible, le tweeter est nécessaire, avec la courbe cible le tweeter apporte plus de pertes de de gains.
C'est un subtil équilbre à obtenir lors de la mise au point...
Une très bonne mise au point associée à un haut degré d'exigences n'est pas le plus facile à obtenir.


Ajouter un tweeter à un large bande :

Sans filtrage du large bande :

C'est la solution des Audiophiles, celle que l'on voit partout. (Donc c'est la solution à ne surtout pas suivre...)
Il n'y a pas de calcul possible pour ces filtres.
Ce serait tellement plus simple si c'était possible.

Il faut chercher à l'écoute la valeur de C1 entre 0.47 uF et 1.8 uF.
Dans le doute, commencez avec 1 uF.
Vous trouverez dans le commerce les valeurs 0.47 uF, 0.68 uF, 0.82 uF, 1 uF, 1.2 uF, 1.5 uF et 1.8 uF.
Commencez avec des condensateur au papier type MKP en 400 V.
Ce n'est qu'une fois la mise au point terminée, et la valeur optimale trouvée, que vous pouvez envisager de passer aux condensateurs à l'étain type SA en 100 V plus performant à l'écoute.

De même si vous n'êtes pas expert dans la mise au point des filtres, commencez avec un potentiomètre à impédance constante, schéma de droite.
Une fois la mise au point terminée mesurez les valeurs des deux pistes, en remplacez le potentiomètre par des résistances de même valeur, résistances cimentées 10 W plus performante à l'écoute, schéma de gauche.

Plan d'un filtre à 6 dB par octave

Ou placer les composants ?
Avec un tweeter FOSTEX, qui a des bornes à visser, R5 est directement entre les deux bornes. R4 et C1 dépassent derrière la borne +.
Ma foi, les fils des composants sont assez rigide pour que cela tienne.
Si vous voulez faire quelque chose de plus esthétique, inspirez vous de la réalisation des filtres sur une plaque de bois.

Soignez les soudure, voir le chapitre CABLES...


Évolutions par rapport a ce schéma :

J'ai lu sur les forums que plusieurs Internautes ajoutais un tweeter à haut rendement à un large bande, uniquement filtré par C1, et sans R4 et R5.
J'ai commencé par bien rire de cette monstrueuse erreur !
Puis en y réfléchissant, en considérant que seul le résultat compte, j'ai lancé une série d'essais.

La réflexion consiste à se dire que si le LB à une courbe descendante dans les aigus, que le tweeter à une courbe montante, les deux peuvent se compenser entre 5000 et 20000 Hz.
Si les chaînes montaient jusqu'a 40000 Hz, il y aurait sans doute un problème. Ce n'est pas le cas sur la plupart des sources. C'est encore moins le cas avec un égaliseur et un filtre actif numérique qui coupent à 20000 Hz.
Donc pour une coupure à 20000 Hz, pourquoi pas.

Le seul réglage est la valeur du condensateur. C'est assez simple.
J'ai noté à la mesure des variations importantes sur la courbe de réponse en fonction du recul du tweeter, et pour 5 ou 6 mm de différence. Ne négligez pas ce point.

J'ai essayé, avec 0.47 uF, + un réglage fin à l'égaliseur + une mise en phase acoustique à la mesure à 2 mm prés.
Deux jours plus tard, je suis revenu au large bande seul, et au réglage sur l'égaliseur qui va avec.
Avec le tweeter il y a bien sur une brillance de plus dans les aigus, une sensation d'espace légèrement plus grande.
Il y a surtout quelque chose qui ne se voit pas aux mesures, ou que je n'ai pas trouvé, qui me vrille un peu les tympans.
C'est subtil, mais je préfère sans.

J'ai essayé avec des valeurs plus importantes, 0.82 uF, 1.2 uF, et ai une nouvelle fois supprimer le tweeter.
Je vous invite a faire des essais sérieux sans tweeter.
Il n'y a que sans tweeter que je retrouve l'équilibre sonore entendu au concert.

 

Analyse du filtre des Audiophiles avec le tableur JMLC :

Sans filtrage du large bande, vous avez +6 dB dans les aigus, avec un tweeter annulaire à haut rendement qui en a déjà trop.
Le signal carré n'est pas trop perturbé, les délais de phase et de groupe varient un peu.
La réponse en coïncidence est assez proche de la réponse dans l'axe, avec 1.5 dB d'écart maximum.

2v6-tweet-1.jpg
2v6-tweet-2.jpg

 

Avec filtrage du large bande par une self en série, tout est parfait, sauf la réponse en coïncidence, mais là il n'y a pas de solution.

2v6-tweet-3.jpg
2v6-tweet-4.jpg

 

Lequel conseiller ? Avec ou sans self sur le large bande ?
Si vous intégrez le fait que sans self sur le large bande vous avez + 6 dB dans les aigus, et que vous en tenez compte dans l'atténuateur du tweeter, ne pas filtrer le large bande reste une bonne solution.
Mais essayez tout de même avec une self, il y a un petit gain à la simulation.

Cette simulation considère que le large bande à une bande passante infinie dans les aigus.
Ce n'est pas le cas en pratique, les +6 dB de la solution sans filtrage du large bande n'y sont sans doute pas.
Essayez les deux solutions, avec et sans self sur le large bande...

image135.jpg

 

Les limites du filtre à 6 dB :

Dans certain cas un filtre à 6 dB donne le contraire du résultat obtenu. Vous pensez avoir une atténuation, vous avez une bosse de 10 dB dans la courbe de réponse !!!
Voir le chapitre 9 : Illustration avec SpeakerWorkshop d'un mauvais filtrage à 6 dB, sur une exemple mesuré avec le tweeter JBL 2404.

La limite à cette démonstration est si vous n'avez pas besoin de toute la sensibilité du 2404. Cette démonstration est faites pour ceux qui utilisent le 2404 en complément d'une compression + pavillon de médium, et qui n'atténuent pas, ou pratiquement pas, le 2404.
Le fait d'ajouter un atténuateur à impédance constante lisse considérablement la courbe d'impédance. L'atténuation devrait être beaucoup mieux respectée, mais il convient de le vérifier à la mesure.
Avec une atténuation de 8 ou 10 dB du tweeter réalisée avec un atténuateur à impédance constante (R5 de valeur proche ou inférieure à Re du tweeter), le correcteur d'impédance RLC (les composants R6, L6 et C6) est totalement inutile.

 

Avec filtrage du large bande :

Voir les chapitres filtrage.
Je vous recommande le filtre à 18 dB/octave de part et d'autre, avec raccord à -5 dB type JLMC. C'est l'un des meilleurs filtre que je connaisse.
Le calcul commence par l'Impédance à la fréquence de coupure du large bande, indiqué Grave sur le schéma.

Les autres solutions possibles sont :

  • Le 12 dB/octave Linkwitz Riley de chaque coté.
  • Le 24 dB/octave Linkwitz Riley de chaque coté.
  • Les solutions avec un HP relais.

Oubliez le 6 dB sur le tweeter avec une coupure basse.


image137.jpg

 

Valid HTML 4.01 Transitional

Un grand merci pour votre visite.

 

Logo Dôme acoustique

 

Malgré les apparences, ce site internet n'est que celui d'un amateur passionné Auvergnat.
"Amateur" doit être compris dans le sens "non professionnel", dans l'aspect financier de l'approche : Je ne vis pas des revenus de cette passion.
"Amateur" doit être compris dans le sens ou rien ne m'oblige à vous répondre, si vous êtes désagréable. C'est rare mais le cas arrive de temps en temps.

Il y a un savoir vivre élémentaire qui consiste à demander l'autorisation avant de reprendre tout ou partie de ce qui est écrit dans ce chapitre.
Je vous donnerai l'accord, demandez-le simplement pour être en règle. Sont exclues les demandes extravagantes.