Accueil Table des
matières
Forum Compteur pour tout le site : 5 194 079
Nombre actuel de lecteurs : 13
Base HP
Calculs enceintes
Moteur de
recherche
Lexique
Le site
Contact
Notions
techniques
Baffles et
enceintes
Le filtrage
Calculs des filtres
Réalisations
et plans
Autour des HP
et enceintes
Mon système Hors sujets

image121-4.jpg


La haute fidélité

Mise à jour : 29 novembre 2015.


L'idée de ce chapitre est venue d'une discussion toute simple sur un forum audiophile.
Un internaute était allé pour la première fois à un concert de musique classique, et a été déçu du rendu musical des instruments entendus dans la salle de concert. Il préférai le rendu sonore de sa chaîne Hi-Fi.

L'analyse qui en découle ne plaira pas à tous.
Cette analyse évoluera sans doute, et a au moins le mérite d'exister et de dire un certain nombre de choses difficilement contestable.

Les images qui illustrent ce chapitre sont mon approche de le haute fidélité.
Je ne demande à personne de partager mon approche, contentez vous des idées qui découlent de cette approche...


Qu'est-ce que la haute fidélité ?

Je ne citerai pas ce que dit Wikipédia sur le sujet, il parle de performance minimum des appareils, ce n'est pas le sujet dans le cas présent.

Pour moi la haute fidélité c'est la fidélité par rapport à une référence sonore incontestable.
Cette référence sonore ne peut être que le son des instruments acoustique entendus en direct. Cela nous limite à la musique classique, le jazz, la fanfare dans la rue, l'orgue d'une église, un piano, une cornemuse et a tout les instruments non amplifiés. Peu importe l'endroit ou ils sont écoutés.
Un amateur de pop, rock, techno ne peut pas avoir de référence acoustique incontestable, il écoute toujours des sons amplifiés et modifiés sur la console des preneurs de son.

grand orchestre symphonique avec coeurs

Vous allez me dire que ce critère est limitatif. Effectivement !!!

Mais il faut aussi relativiser, nous avons tous sans exception une référence acoustique fiable et reproductible : La voie humaine. Si tout les présentateurs du 13 H ou du 20 H ont une voie caverneuse, vous êtes sur à 100% que votre système n'est pas bon. Simple et efficace.

Pour moi parler de haute fidélité lorsqu'on a pas de référence acoustique incontestable est un abus de langage : Vous ne savez pas de quoi vous parlez.
Vous pouvez parler de sons qui vous plaisent, d'un rendu agréable et bien défini, je n'ai pas de problème avec cette définition.
Mais ne parlez pas de haute fidélité qui est la fidélité à une référence sonore incontestable que vous n'avez pas.

Vous allez me dire qu'un violon ne sonne pas de la même façon, en fonction de la salle et de la distance d'écoute, ou en fonction de la marque et le type de violon utilisé.
Je ne peux pas le contester.
Mais une référence acoustique ne se fait pas avec un seul concert non plus.
Lorsque vous serez allé a une bonne dizaine de concert, dans des salles différentes, à des distances d'écoute différente, vous reconnaîtrez le son de cet instrument sans vous tromper.

Un détail en passant, pour un orchestre symphonique ou de musique de chambre, les violons sont à gauche.
Si vous faites écouter votre chaîne, vérifiez ce point avant la venue de l'auditeur.


Deux exemples vécus ?

Reprenons l'exemple de notre internaute.
Il a toujours écouté de la musique sur une chaîne qui accentuait les aigus. Pour lui, dans sa mémoire auditive, le violon devait avoir un rendu sonore bien précis.
Arrivé au concert, le rendu était différent. La déception peut parfaitement se comprendre.
Mais faut-il faire les reproches au concert ou aux mauvaises habitudes d'écoute avec une chaîne pas si fidèle que cela ?
Pour moi, il n'y a pas le moindre doute, les reproches sont pour l'audiophile et son installation. La référence sonore incontestable c'est le concert, ce n'est pas votre chaîne Hi-Fi.

J'ai un exemple personnel sur le même sujet.
Lorsque je suis passé à la mesure de mon système, ce que je vous recommande de faire même avec une chaîne achetée à 100% dans le commerce, j'ai placé le micro au point d'écoute et ai réglé à l'égaliseur la réponse parfaitement linéaire de 40 à 15000 Hz.
Normalement je devais avoir le rendu sonore parfait à l'écoute. Pourtant j'avais une grosse gêne dans les aigus.
Je suis allé plusieurs fois à l'opéra de Lyon, j'habitais à proximité à l'époque. Le rendu sonore des instruments et des voix étaient différent entre la chaîne et le concert.
J'ai appliqué un réglage qui tient compte de la courbe ISO 2969X mesurée au point d'écoute, et ai retrouvé l'équilibre sonore du concert. J'avais sur ma chaîne l'écoute qui correspondait aux références acoustique écoutées.
Il me suffit de faire une mesure entre 50 et 70 cm dans l'axe d'une enceinte pour retrouver la courbe de réponse parfaitement linéaire que montre tout les constructeurs d'enceintes.


Quelles sont les conséquences ?

Sans références acoustique précise, vous pouvez vous faire refiler n'importe quoi par le premier vendeur qui baratine bien. (Un vendeur qui baratine bien et une condition essentielle dans le métier...)
Même si vous écoutez le matériel avant de l'acheter, vous ne saurez pas dire s'il est fidèle ou pas. Vous achèterez un matériel dont le son vous plait, ce qui est déjà pas si mal, pas un matériel haute fidélité au sens de la référence acoustique précise.

Lorsque vous lisez un avis d'écoute de tel ou tel matériel sur un forum, méfiez vous.
Si celui qui donne l'avis n'a pas de référence acoustique précise, ou si ses références ne correspondent pas aux votre, (est-ce des références dans ce cas ?), ce qui est jugé bon par l'un peut être jugé mauvais par d'autres.

Lorsque vous demandez conseil sur un forum, une question revient souvent : Pour quel type de musique.
Je suis désolé, si vous voulez une chaîne haute fidélité au sens du rendu sonore, la chaîne doit être fidèle au signal enregistré sans rien ajouter, sans rien retrancher.
Par conséquent une chaîne haute fidélité digne de ce nom passera très bien n'importe quel type de musique. Si l'on vous pose la question, méfiez vous de la réponse !!!

J'assume mes choix totalement, et pour avoir dans ma pièce d'écoute le même rendu sonore que ce que j'ai entendu au concert, je corrige la réponse une fois pour toute à l'égaliseur en suivant la courbe ISO 2969X mesuré au point d'écoute. J'entends les audiophiles crier au scandale, un égaliseur dans la chaîne !!!
Je sais simplement ce que je faits, pourquoi je le faits et comment je le faits.
Et si un audiophile sans référence musicale précise vient me faire la morale acoustique, il se fera remballer sans complaisance.
Enfin le rendu sonore me convient parfaitement sur tout les autres types de musique, puisque je sais que la chaîne est fidèle sur un type de musique dont je connais parfaitement le rendu sonore grâce au concert.
Ma chaîne passe tout parfaitement, y compris les musique de films...


Un paradoxe absolument remarquable :

Ce sont les audiophiles les plus accrochés aux dogmes "du fil droit avec un gain", "un appareil de plus n'apporte que des pertes", qui ont le moins de référence acoustique précise.
Ils cherchent un rendu sonore particulier en mariant avec plus ou moins de bonheur les appareils et les câbles, et en refusant catégoriquement le seul appareil réellement capable de leur apporter le son recherché : L'égaliseur.
Ils sont la proie rêvée des vendeurs, parce qu'il faut bien le dire, leur recherche du mariage idéal pour obtenir un son imparfait revient très cher.

De mon coté je suis redoutablement pragmatique, et n'hésite pas à corriger la réponse globale de la chaîne dans la pièce avec une méthode rigoureuse et reproductible, pour obtenir le son entendu au concert. La correction se fait une fois pour toute.
Un appareil de plus apporte des pertes, et aussi des gains. Si la somme des gains est supérieure à la somme des pertes, il faudrait être bien idiot pour refuser d'ajouter l'appareil.

Les dogmes sont une plaie dans tout les domaines, haute fidélité comprise.


Des discussions sans fin :

Avec des recherches du son idéal aussi différentes que "le son qui plait" pour les uns, "le son entendu au concert" pour moi, les discussions sont difficiles sur les forums.
Or si chacun annonçait la couleur, son approche, tout deviendrai beaucoup plus simple. J'espère que ce chapitre y contribuera.

Le son direct entendu au concert acoustique est pour moi le son de référence : La phase du signal acoustique n'est pas modifiée puisque c'est un son direct, les graves, le médium, les aigus arrivent dans le bon ordre à vos oreilles.
La phase du signal est modifié dans votre chaîne par le filtre de coupure entre les HP, par les coupures acoustiques des HP dans le grave et dans les aigus, par les coupures électrique de vos électroniques en passe haut et passe bas.
Par conséquent si vous ne corrigez pas par convolution la phase du signal, vous ne pouvez pas avoir le signal sonore entendu au concert...
Vous pouvez prendre le problème dans n'importe quel sens, l'argument est imparable : Une installation Hi-Fi qui ne corrige pas la phase par convolution n'est pas une installation fidèle, ce n'est pas une installation haute fidélité.
Beaucoup d'entre vous ne seront pas content de le savoir...

La courbe ISO 2969X n'est pas un but, mais une conséquence. Elle permet d'obtenir le son entendu au concert lorsque cette courbe est obtenue au point d'écoute. Il y a beaucoup d'internautes qui cherchent un son doux dans les aigus qui seront content de le savoir. Vous savez, vos enceintes dont le son ne vous plait pas trop dans les aigus peuvent être corrigées à l'égaliseur...

J'ai été critiqué assez violemment sur les forums pour avoir dit que j'utilisais la courbe ISO 2969X. Les critiques les plus virulentes sont le fait d'internautes sans références musicales précises, je l'ai vérifié, pour ne pas dire sans culture musicale.
C'est allé jusqu'à faire des écoutes chez l'un d'entre eux, avec deux réglages différents à l'égaliseur, pour prouver combien l'idée était débile. Qui dois-je plaindre le plus, le meneur ou ceux qui l'on cru ? Si un seul d'entre eux fréquentait les concerts, le test ne serait pas passé...

Lorsque j'essayais de marier un tweeter annulaire à un large bande, et que le mariage ne se faisait pas, que n'ai-je pas lu !!! J'étais au dire de certain "sourd comme un pot", "incapable de faire une mise au point", ect, ect.
Lorsque je préférai un tweeter piezo à 10 € à un tweeter annulaire à 350 €, même chose.
Et aujourd'hui que j'utilise un médium-tweeter, un large bande de 10 cm, pour le raccorder assez bas en fréquence avec le large bande de 21 cm, j'ai tord pour un certain nombre d'entre vous.

Nous ne cherchons pas à obtenir la même chose.
Respectez mon approche d'obtenir sur ma chaîne le son entendu au concert, je respecterez votre choix d'obtenir sur la votre le son qui vous plait, à la condition que ce ne soit pas assorti du terme "haute fidélité".
Je vous laisse volontiers le terme audiophile, il est tellement galvaudé que je ne le défendrai pas.


Pas politiquement correct :

Je repense à tout les internautes qui n'ont pas de références acoustiques précises, et qui cherchent dans le commerce le matériel qui donne le son qui leur plait, ce qui est parfaitement leur droit.
Je repense aussi à tout ces fabricants qui vous proposent du matériel, annoncé Hi-Fi, avec un son qui n'est pas fidèle au son du concert. Les prix ne sont pas fait en fonction de la fidélité au signal original mais en fonction des critères marketing.
Ne trouvez vous pas votre matériel cher, très cher, trop cher, pour aussi peu de fidélité ?
Réfléchissez un peu avant de répondre...

Je pense a ses internautes qui nous parlent musicalité à tout bout de champs, sans que leur chaîne soit bonnes sur les critères objectifs et mesurables.
La musicalité n'est pas donnée par la chaîne, mais par la musique que vous écoutez.
Une chaîne parfaite reproduit ce qui est sur le support, sans rien ajouter, sans rien retrancher. Elle ne peut pas être musicale, elle est neutre. Elle deviendra musicale avec de la bonne musique, elle sera detestable sur de la mauvaise musique.
Méffiez vous des internautes qui ne parlent que musicalité, indirectement ils veulent vous faire gobber des non fidélité !!!

Je suis un amateur indépendant de toutes contraintes, commerciales et autres : Je dis ce que je pense. Je sais tapper sur les fabricants et les vendeurs lorsque c'est nécessaire. Mais s'il y a un marché aussi surprenant qu'actuellement, c'est aussi parce que les acheteurs ont leur part de responsabilité.
J'ai précisé un certain nombre de points qui ne plairont pas à tous, j'assumerai mes propos. Ce ne sont pas des attaques personnelles contre telle ou telle personne. C'est un constat argumenté à partir d'une analyse qui vous fera peut être bondir au plafond à la première lecture, et que vous admetrez sans doute comme juste à la réflexion.

Les acheteurs se font refiler n'importe quoi par les fabricants et vendeurs, parce qu'ils n'ont pas de culture musicale leur permettant d'entendre la supercherie...
Vous pouvez concevoir et vendre n'importe quoi, vous trouverez toujours un client a qui ça plaira...
Je vous ai prévenu, pas politiquement correct, mais tellement vrai...


Le concert dans votre pièce :

Je cite souvent que je cherche à reproduire sur mon installation la même chose que ce que j'ai entendu au concert acoustique, ou à l'opéra..

Des internautes bien informés répondent que ce n'est pas possible, parce que l'enregistrement ce n'est pas le son du direct, que le chois des micros, le mixage, les compressions changent le son.
D'autre part en terme de niveau sonore, seules les enceintes à pavillons associés a des amplis puissants peuvent essayer prétendre reproduire un niveau sonore identique.

Il existe cependant de très bons enregistrements sur CD qui vous donnent une très bonne illusion du concert.
Dans votre pièce d'écoute vous êtes beaucoup plus prés des enceintes que des instruments au concert. Vos enceintes n'ont pas besoin de passer le même niveau sonore que les instruments pour vous donner un niveau sonore proche au point d'écoute.
Le volume de la pièce est très sensiblement différent, ce qui aura là aussi un effet dans le bon sens sur le niveau sonore dont doit être capable vos enceintes.

L'illusion d'être au concert ce n'est pas que le niveau sonore. C'est aussi un équilibre sonore identique : Des aigus pas trop fort, une bonne énergie dans le bas médium, une définition et une quantité d'information comparable.
Si le violoncelle donne l'impression d'être une contrebasse, vous avez visiblement trop de graves, même si cela vous plait beaucoup sur les films.
Si la soprano fait 3 m de large et 2 m de haut, l'image sonore ne correspond pas à la source ponctuelle entendue au concert.
Si le roulement sur les timbales se transforme en un son continu, la définition dans le grave et bas médium n'est pas bonne.
Si le grand piano de concert Stenway manque de corps dans le bas médium, vous avez mis le doigt sur les limites du baffle plan. (vécu en juin 2014...)

Certains internautes veulent vous faire croire que puisque vous n'aurez jamais exactement le concert dans votre salon, c'est inutile de prendre cette source sonore comme référence.
Les exemples ci-dessus ont pour but de vous montrer combien cette approche est fausse.
Il y a plein de chose entendues au concert qui doivent être reproduit à l'identique par la chaîne Hi-Fi, simplement pour être capable de reconnaitre correctement les instruments.
La fidélité du son, ce n'est pas l'idée que vous vous en faites, mais ce que vous avez entendu réellement.
Ne pas vouloir prendre la musique acoustique comme référence sonore, c'est la certitude de ne jamais arriver à vous faire un système fidèle au message sonore entendu en direct.

Il a fallut attendre 30 ans après l'arrivé du numérique pour pouvoir corriger la phase par convolution.
Le gain est parfaitement audible, l'ambiance de la scène sonore, les arrières plan deviennent beaucoup plus audible, l'aigu est d'une tout autre classe, le grave est plus détaillé.
Vous pouvez toujours rêver de la chaîne des années 70, mais si vous voulez la vrai haute fidélité, avoir chez vous ce que vous avez entendu au concert acoustique, vous êtes obligé d'y passer.

Mon test préféré est le final d'opéra, avec coeur et orchestre symphonique, écouté à un niveau sonore comfortable.
Vous devez entendre le texte des choeurs et des solistes distinctement, la plupart des pupitres d'instruments, et le roulement, ou les coups séparés, sur les timbales distinctement.
Allez voir votre marchant de Hi-Fi avec un test de ce type, et vous contasterez qu'il ne vous laissera pas l'écouter longtemps : Une très grande partie des enceintes n'en sont pas capable, ou alors il faut baisser le niveau sonore sensiblement.

Aida à l'opéra


D'autres exemples de non fidélité dans les forums :

Je ne citerai personne explicitement, même si certain se reconnaitrons.
Je ne ferai pas de copier coller, mais je rédigerai à ma sauce l'idée d'une demande lue ici ou là.
Le but est de vous montrer que la notion élémentaire de fidélité est ignorée par des internautes prêt à mettre très cher dans leur éléments Hi-Fi.
Je ne retiens que les exemples réels les plus caricaturaux.

  • Dans cette liste d'enceintes, laquelle donne le grave le plus physique ?
    Il me faut au moins +3 dB à 45 Hz par rapport au niveau à 1000 Hz.
    Il ne faut pas des graves qui tappent, il faut des graves qui prennent aux trippes.
    Ma recommandation, un égaliseur et un grave de 38 ou 46 cm !!!
    .
  • En production musical, on cherche avant tous, la neutralité et la précision, afin de mixer et mastériser au plus juste.
    En Hi-Fi, c'est différent, la neutralité n'est pas "primordiale" enfin, suivant les goût de chacun, la Hi-Fi sert à faire vivre la musique, donc si le système colore un peu le son, suivant les goût, on va trouver ça plus musical.
    Allez au concert acoustique, et fixez vous comme règle d'entendre sur votre chaîne la même chose qu'au concert. Le son qui plait est incompatible avec le terme Hi-Fi.
    .
  • Je voudrais un ensemble chaleureux, moelleux, transparent, pas montant, doux, pas besoin de rapidité, neutre pourquoi pas mais c'est pas une qualité pour moi car c'est l'émotion que je cherche, je privilégie les voix car j'écoute surtout du jazz vocal.
    Le cas est tout de même moins grave que les autres, l'écoute au concert fera du bien.
    .
  • En parcourant le forum je vois qu'il est réputé que chaque marque a une sonorité qui lui est associée.
    Par exemple il est réputé que MARANTZ ou CAMBRIDGE ont des sonorités assez douces, soyeuses, NAD des timbres charpentés assez chauds, ATOLL est dynamique avec un son clair etc.
    Donc, quelqu'un pourrait-il me donner une ou plusieurs marque d'amplis qui auraient un son bien tendu, dynamique, plutôt nerveux aux timbres charpentés, avec un grave précis sec et profond, médiums/aigus précis soyeux et détaillés, avec une coloration plutôt chaude et surtout : mu-si-cal (surtout pas analytique) pour m'aider à faire un tri.
    Une sonorité particulière, ce n'est pas de la haute-fidélité... Le forum dont on parle n'est pas celui associé à ce site.
    .


Valid HTML 4.01 Transitional

Merci pour votre visite.

Logo du site : Conception des enceintes acoustiques

Il y a un savoir vivre élémentaire qui consiste à demander l'autorisation avant de reprendre tout ou partie de ce qui est écrit dans ce chapitre.
Ne pas respecter ce droit élémentaire vous expose à des poursuites sous toutes les formes légales et moins légales.