Accueil Table des
matières
Forum Compteur pour tout le site : 6 904 777
Nombre actuel de lecteurs : 25
Base HP
Calculs enceintes
Moteur de
recherche
Lexique
Le site
Contact
Notions
techniques
Baffles et
enceintes
Le filtrage
Calculs des filtres
Réalisations
et plans
Autour des HP
et enceintes
Mon système Hors sujets

image121-4.jpg


Le DAVIS 20DE8

Mise à jour : 29 juillet 2018.

 

Les dernières évolutions en 3 voies, 2 voies et large bande seul :

Il y a deux ans, en juin 2016, j'avais le système à trois voies décrit dans le chapitre Transformée de Linkwitz de l'évolution de mon système.

  • Sur cette base, et avec Ma courbe cible qui donne enfin des résultats convainquant, j'ai essayé différentes fréquences de coupure du tweeter.
    J'ai remonté progressivement la fréquence de coupure de 2460 Hz à 8500 Hz, en vérifiant à chaque étape les niveaux relatifs entre les haut-parleurs et la correction de la phase acoustique.
    La dernière étape à été la suppression du tweeter, en ajoutant un petit boost dans les extrême aigu du VISATON B200.
    Le gain obtenu a été un gain de cohérence du message sonore.
    Bien des amateurs de systèmes multivoies feraient bien de se poser des questions non pas sur les timbres mais sur la cohérence globale.
    J'avais tout ce qu'il fallait pour faire le filtrage parfait, l'écoute ne l'a pas retenue...
     
  • Coté graves, la transformée de Linkwitz sur le VISATON B200 à ouvert d'énormes possibilités, soit en faisant descendre le haut-parleur le plus bas possible en fréquence, Fc = 62 Hz et Qtc = 0.577, soit en laissant le haut-parleur descendre naturellement et en corrigeant juste le Qtc, Fc = 84 Hz et Qtc = 0.707.
    Sur cette base j'ai essayé différentes fréquences de coupure et pentes du filtre entre le grave et le large bande. Je ne décrirai pas tout les tests.
    La combinaison qui fonctionnait le mieux c'est Fc = 84 Hz et Qtc = 0.707, filtre en Butterworth à 84 Hz et à 12 dB/octave sur le B200, filtre en Linkwitz Riley à 84 Hz et à 24 dB/octave sur le grave EMINENCE ALPHA 15 A, et correction de la phase acoustique en Linkwitz-Riley à 24 dB/octave.
    Cette solution a été comparée à l'écoute avec le B200 seul réglé avec Fc = 62 Hz et Qtc = 0.577.
    Comparaison en monophonie, une enceinte en deux voies, une enceinte avec le large bande seul, comparaison presque instantanée grace au DCX qui est très souple à ce niveau.
    L'ALPHA 15 A en U-FRAME + boost descendait à 30 Hz, le B200 seul coupe à 60 Hz. Une octave de différence.
    Posez la question sur n'importe quel forum, personne ne votera pour le large bande seul.
    Pourtant si vous écoutez la qualité du haut-grave et bas-médium, c'est sans le moindre doute que le large bande seul est le meilleurs.

La qualité d'une enceinte, ce n'est pas la réponse dans l'extrême grave, c'est la qualité du haut-grave, du bas-médium, la cohérence du médium-aigu.
J'ai faits des choix sur des critères d'écoute qui vont à l'encontre de tout ce qui se dit sur les forums.
Les larges bande sont décriés, démolis, sur les forums, avec des arguments dont le poids dans les critères d'écoute n'ont pas du tout été évalués à leur juste niveau.
Le home cinéma, et la recherche d'une extension de la bande passante avec un SUB, oublie simplement la difficulté du raccordement avec des solutions matérielles qui ne sont pas toujours capable de bien faire les choses.
Les forumeurs veulent des aigus, en oubliant que la FM coupait à 15000 Hz, et que cette coupure n'a jamais gêné personne.
Si je partage avec les forumeurs le souhait de la meilleure qualité d'écoute possible, les divergences sont énorme sur le moyen d'y arriver.

La haute fidélité est la fidélité par rapport à une référence sonore qu'il convient de préciser.
Pour moi c'est le concert acoustique, musique de chambre, orchestre symphonique, opéra.
Pour certain forumeurs, mes critères ne sont pas les bons, la chaîne des autres forumeurs seraient un meilleur critère.
Il s'écrit souvent, sur les forums, qu'il est impossible de reproduire un orchestre symphonique chez soi. L'idée de s'en approcher plus ou moins n'est même pas évoquée.
Faut-il ajouter qu'un nombre non négligeable de forumeurs sont amateurs de musiques électroniques, écoutées à un niveau sonore totalement imcompatible avec une bonne audition au fil des ans ?
Il se mélange allègrement, sur les forums, le son fidèle à une référence à préciser avec le son qui plait.
Pas étonnant que l'approche pour y arriver diffère, et comme je suis bien seul avec mes choix je suis souvent en conflis ou échanges musclés sur les forums...


Le DAVIS 20DE8 :

J'écoutais mes B200 seuls dans leur enceinte close, les autres haut-parleurs n'étaient là qu'en décor, et je réfléchissais à un nouvel haut-parleur large bande qui pourrait descendre plus bas en fréquence pour passer la contrebasse 4 cordes sans trop d'atténuation.
J'ai reçu un mail d'une jeunne entreprise qui relance une maque Française, et qui voulait un concepteur pour une enceinte équipée d'un large bande DAVIS 20DE8.
J'ai pris 24 H pour répondre, en prenant bien le temps de regarder les paramètres de THIELE et SMALL, et de faire les simulations pour savoir ce qu'il était possible de faire de ce haut-parleur.
Et j'ai répondu que j'étais d'accord pour faire l'étude, à condition de garder la paire de haut-parleurs de test pour moi, en ayant à ma charge tous les frais annexes.
Les frais anexes ce sont les ébénisteries, les composants de filtrage et correction, et tout les accessoires nécéssaires à la réalisation et à la mise au point.
Je ne m'attendais pas à une réponse positive, mais c'est ainsi que j'ai eu mes DAVIS 20DE8...

Le cahier des charges précisait une utilisation avec un ampli à tubes, une correction passive si nécessaire, et pas de corrections numérique.
Pendant quelques semaines j'ai supprimé la convolution, pour être dans les conditions demandées.
L'ampli à tubes m'a été preté pendant plus de 6 mois, une bonne mise au point cest long.
Quand les enceintes à mettre au point sont en même temps votre système de reproduction principal, vous êtes bien motivé pour le faire.

J'ai réalisé une grande enceinte bass-reflex de 130 cm de haut, 35 cm de large et 43 cm de profondeur, et ai commencé le rodage des haut-parleurs.
Le rodage est un critère parfois raillé : "C'est le termps qu'il faut aux oreilles pour s'habituer aux défauts du haut-parleur", ou parfois passé sous silence.
Avec le DAVIS 20DE8, là ou je pensais à 100 H, il en a fallut 500, soit plus de trois mois. C'est long.
Dans cette période j'ai retouché trois ou quatre fois la longueur de l'évent, et j'ai même essayé plusieurs semaine en clos, avant de revenir à l'évent.

Au bout de 500 heures, le rendu sonore à changé, et j'ai pu choisir une bonne fois pour toute entre l'enceinte close et celle avec évent : Ce sera une enceinte avec évent.
C'est à ce moment que j'ai réellement pu me rendre compte des qualités de ce haut-parleur, qualités qui ne se lisent pas dans les paramètres de THIELE et SMALL.
Avant d'avoir ce haut-parleur je critiquais très facilement les fabrications plus ou moins artisanales, au prix très élevé.
Depuis je me taits sur le sujet, et je regarde avec beaucoup plus d'attention les larges bande Français de 31 cm fabriqués dans le sud de la France, malgré leur prix très élevé...


La mise au point concernait deux aspects :

  • Corriger la courbe de réponse pour ne pas avoir les médiums et aigus qui vrillent les oreilles.
  • Optimiser la charge acoustique pour avoir le meilleur du haut-parleur.


Les corrections passives, une très grande précision de mise au point :

Filtre pour ajouter un tweeter à un large bande. La première partie, la plus grande, ne parle que du correcteur de courbe de réponse RLC.
La courbe de réponse donnée par DAVIS semble parfaitement linéaire. Mais elle est mesurée sur un baffle plan CEI.
Monté dans une enceinte avec une largeur plus petite, le baffle step fait son apparition. Il faut dont le corriger.
Un correcteur de courbe de réponse avec une self, un condensateur et une résistance, les trois composants branchés en parallèle, le tout en série avec le haut-parleur, corrigent le baffle step et ammorcent la courbe cible nécessaire à une bonne écoute.

Un dogme du passé, disait qu'un large bande s'utilise sans la moindre correction, branché directement sur l'ampli.
C'est peu dire que je ne partage pas cette approche, c'est pour moi inécoutable.
Je défends avec force l'idée que les larges bande doivent être corrigés, pour être bon à l'écoute, et j'applique ce principe.

Les trois composants du correcteur de courbe de réponse ont été mis au point à l'écoute.
La self reste de valeurs standard, et j'ai essayé une self de valeur inférieure et supérieur à l'optimum pour être certain d'avoir trouvé l'optimum. Self de 14/10e pour la mise au point.
La valeur du condensateur a été trouvée en mettant deux condensateurs en parallèle, pour une précision de réglage à 0.2 ou 0.3 uF près. Là aussi j'ai vérifié une valeur inférieure et supérieure à l'optimum pour être certain d'avoir trouvé l'optimum. Condensateur MKP pour la mise au point.
Même chose pour les résistances, avec une mise au point à 0.2 Ohms près. Résistance cimentées pour la mise au point.

Une fois les bonnes valeurs trouvées avec des composants de bonne qualité, j'ai faits des essais avec des composants plus haut de gamme ou DIY.
Le gain le plus significatif est obtenu avec une résistance "crayon" à mine graphique. C'est le domaine du DIY, avec un savoir faire non négligeable que je n'ai pas. Un internaute m'a fait un retour de service en me fournissant les crayons à la bonne valeur.
Remplacer une self avec du fil en 14/10e par une autre avec du fil en 20/10e est audible sur la qualité du grave. J'ai pris une self MUNDORFF L200. Le prix fait mal, 50 à 65 € l'une.
Un condensateur MUNDORFF SUPREME apporte un surcrois de finesse dans les aigus. Le prix de l'ordre de 15 € est encore acceptable. J'ai eu la chance, avec ma mise au point à 0.2 uF près, de tomber sur une valeur standard qui ne demandait qu'un seul condensateur.

La courbe d'impédance du haut-parleur monté dans son enceinte avec le correcteur de courbe de réponse RLC montre une bosse de 18 Ohms à 3000 Hz.
Un correcteur d'impédance RC placé coté ampli permet de revenir à une courbe d'impédance qui reste entre 5 et 7 Ohms entre 150 et 20000 Hz.
A l'écoute avec un ampli à tubes, le correcteur RC enlève un voile du bas-médium à l'aigu.
Lorsque je suis revenu à un ampli FDA, j'ai bien vite retiré le correcteur d'impédance RC qui bouffe de la dynamique.
En fonction de l'ampli utilisé, les correcteurs d'impédance sont utile ou pas.
C'est à savoir, surtout quand on voit les schémas des filtres passifs proposés par TROELS GRAVESEN par exemple.
Un filtre bien au point cela s'écoute !!! Oubliez un instant vos PC et autres matériel de mesure.


Un bass-reflex à triple résonateur, comme Elipson :

Le rodage du haut-parleur s'est fait pendant 3 mois en bass-reflex simple.
L'évent a été pris dans un tube PVC de 10 cm extérieur, pour avoir une vitesse de l'air dans l'évent <= à 5 m/s au Xmax du haut-parleur.
C'est l'hypothèse de calcul de Mario ROSSI dans son livre, hypothèse bien éloignée des logiciels qui sont souvent à 17 m/s.
Le grand volume de l'enceinte pour un simple haut-parleur de 21 cm, associé à un Xmax du haut-parleur qui reste modéré, permet d'avoir cette vitesse de l'air aussi faible, même avec un accord bas en fréquence, en gardant une longueur très raisonable de l'évent : 1.3 D.
C'est en quelque sorte un retour à la façon de faire les enceintes dans les années 60, avec une approche à la simulation qui ne laisse rien au hasard.

Les enceintes à double et triple résonateur.
J'ai ajouté le 2eme résonateur qui divise le volume initial en deux volumes inégaux.
En commançant les tests, j'avais deux hypothèses de calculs :
- Une hypothèse avec l'évent interne identique à l'évent externe, un seul paramètre de réglage : Le rapport entre les deux volumes.
- Une hypothèse avec l'évent interne différent de l'évent externe, deux paramètres de réglage : Le rapport entre les deux volumes et la fréquence d'accord de l'évent interne.
Cette deuxième hypothèse s'appuyait sur la modélisation en 4th order bandpass, et l'analogie de la modélisation avec le double résonateur.
Dans les deux cas j'avais une méthode de calcul, mais je tenais absolument à bien vérifier les choses, même si certains internautes avec qui j'en ai parlé après coup ne l'admettent pas.

La vérification à l'écoute s'est faite en deux temps :
- A fréquence d'accord constante, faire varier le volume pour trouver l'optimum.
- Puis à volume du résonateur constant, faire varier l'accord là aussi pour trouver et vérifier l'optimum.
- Une troisième vérification à eu lieu en refaisant varier les volumes en gardant constant l'accord trouvé et vérifié à la 2eme étape.
Je suis absolument certain de mes réglages et de la validation à l'écoute, ce qui valide en même temps les équations qui servent au calcul.
Vous trouvez toujours sur les forums des internautes qui critiquent tout, qui mettent tout en doute, qui ont la science infuse, et qui n'ont pas les arguments convainquant à mettre en face. Ces gens sont pénibles...

Plusieurs mois après, il faut le temps de s'habituer à une écoute de qualité, j'ai attaqué la mise au point du 3eme résonateur.
Ce volume redivise le volume principal en deux parties inégales : Le volume avec le haut-parleur prend le même volume que celui du 2eme résonateur.
La fréquence d'accord est placée plus haut que celle utilisée dans le 2eme résonateur.
J'ai procédé à toutes les vérifications comme pour le 2eme résonateur, faire varier le volume en gardant la fréquence d'accord constante, puis faire varier la fréquence d'accord en gardant le volume constant.

L'amortissement en fibre pour anorak a été soigneusement dosé dans chacun des volumes.
C'est la masse d'absorbant qui est utilisé comme critère, avec une précision de +/-10 g pour une masse de 320 g.
Les trois volumes sont remplis, avec une quantité proportionnelle aux volumes.

Le schéma de principe indiqué il y a bien des années par Elipson montre des résistances acoustique entre les volumes.
La résistance acoustique entre le volume principal et le 3eme résonateur est placée directement à l'entrée de l'évent entre les deux volumes. Le gain à l'écoute est dans le médium.
La résistance acoustique entre le volume principal et le 2eme résonateur est placée dans une ouverture supplémentaire à coté de l'évent. L'évent ne doit pas être freiné. le gain à l'écoute est dans le bas médium.


Bilan de cette conception avec un filtre passif :

Je lis beaucoup d'avis négatifs sur les haut-parleurs large bande sur les forums, avis émis par des internautes qui n'ont pas essayés dans de bonnes conditions, pour ne pas dire pas qu'ils n'ont pas essayé du tout.
Ce sont des avis évoqués sur des idées, et dont les arguments ne sont pas positionnés au bon niveau de gravité.
Lorsque j'écoute mes enceintes, je ne comprends pas ou sont les faits audibles de ceux qui émettent les critiques...

Par rapport à une simple enceinte bass-reflex, le bas médium est beaucoup plus propre, la réponse sur les percussions est plus rapide.
Ceux qui parmis vous n'aiment pas le rendu des enceintes bass-reflex feraient bien d'essayer, le triple résonateur gomme l'aspect son de boite en conservant l'extension de la réponse dans le grave.
La meilleure qualité du médium a aussi une explication : L'onde arrière dans le médium doit, pour sortir par l'évent, traverser l'évent et le volume du 2eme résonateur.
Cela constitue un filtre acoustique efficace, associé à l'amortissement des trois volumes.

Comparé à mes anciens VISATON B200 dans leur enceinte close avec la transformée de Linkwitz, les DAVIS 20DE8 dans leur grande enceinte passent la contrebasse 4 cordes de l'orchestre symphonique sans atténuation.
Je ne suis pas du genre à aller chercher l'utopique 20 Hz chez moi, c'est la qualité d'écoute qui passe avant tout.
Sur ces critères, le DAVIS 20DE8 est un succès total, au pris d'un compromis sur le SPL maxi : Je ne peux pas dépasser un niveau d'écoute moyen de 80 dB, ce qui pour moi est plus que le nécessaire.
Je vous invite à Mesurer le besoin en niveau sonore avant d'avoir le moindre avis sur les 80 dB moyen que j'annonce : Les SPL annoncés sur les forums sont une connerie sans nom.


Sur la photo ci-dessous les DAVIS 20DE8 sont protégés par une grille en plastique pour haut-parleur de 25 cm.
C'est une petite gêne pour le son, mais quand le chat saute en haut de l'enceinte, les griffes ne vont pas dans la suspension du haut-parleur...
Vu le prix de la bête, le haut-parleur pas le chat, c'est indispensable.

Les 20DE8 dans mon salon


L'informatique n'est pas en reste :

L'amélioration de l'écoute de votre système vous amène aussi à revoir des conclusions passées.
L'upsampling fait partie des choses remises en cause.
L'upscampling c'est l'augmentation du format numérique, passer un CD en 16 bits à 44.1 kHz en 24 bits à 96 kHz par exemple.
Ajouter des bits manquant n'a jamais été un problème. Les calculs des corrections sont simplement plus précis. C'est une qualité ajoutée à votre sustème.

Le changement de format, du 44.1 au 96 kHz sans perte de qualité est pour moi une utopie, même avec Resampleur SoX de Foobar.
Avec un bon système, vous vous rendez compte que le passage du 44.1 au 96 kHz n'est pas bon, que le passage du 44.1 au 88.2 kHz est meilleur, et que laisser le signal à 44.1 kHz est encore meilleur.
Pour les CD en 48 kHz, le passage en 96 kHz est assez bon, mais rester en 48 kHz est encore meilleur.
Pour le son de la télé, le passage du 48 au 96 kHz est assez bon, mais rester en 48 kHz est encore meilleur.
Bref pour être au top de la qualité il faut 4 fichiers de corrections, à 44.1, 48, 88.2 et 96 kHz, avec Foobar qui ne sait pas changer automatiquement. La galère...
Et si votre carte son monte à 192 kHz, il y a deux fichiers de correction de plus à 176.4 et à 192 kHz.

Ce sont ces deux raisons, pas de upsampling et gêrer 6 fichiers de corrections, qui m'ont fait passer au logiciel payant JRiver.
Ce logiciel sait gérer automatiquement les fichiers de configuration en fonction du format, et ce sont les fichiers de configuration qui appellent les bons fichiers de correction par convolution.
Cela peut sembler compliqué, mais c'est bien expliqué dans le chapitre PC JRIVER.


Je lisais sur les forum qu'un ampli FDA, le FX-AUDIO D802 faisait le buzz.
Il est ignoré superbement par les revues spécialisées, qui préfèrent essayer des amplis à 50 000 € vendus à 50 exemplaires dans le monde entier, que d'essayer un ampli vendu à des milliers d'exemplaires.
La pertinence de cette approche se lira dans les chiffres de vente des revues !!! Le décalage est trop grand, je ne les achète plus.

J'ai commencé à le faire fonctionner sur une 2eme installation sans prétention, et je ne l'ai pas trouvé désagréable.
J'ai travaillé la configuration informatique avec un PC sous Windows et Foobar. Avec le composant ASIO de Foobar, et ASIO4ALL, C'est encore mieux.
Sur un forum, un internaute à "testé" cette configuration et à obtenu un bruit rose qui a faillit griller ses tweeters, dit-il.
Pour lui c'est la configuration qui ne marche pas, et ce n'est en aucun cas une erreur de sa part, erreur qu'il aurait fallut chercher et trouver si le modérateur n'avait pas fait des siennes.
Ma configuration fonctionne parfaitement, d'autres l'ont essayés et gardés.

J'ai testé ensuite l'ampli FDA et sa configuration sur le PC de mon installation principale, en lieu et place de la YELLOWTEC PUC2 Lite, filtre actif BEHRINGER DCX 2496 et amplis A500.
L'ampli FDA été branché directement en USB sur le PC.
Le câble USB était un câble d'imprimante avec une ferrite à chaque bout.
L'ampli est resté sur l'installation principale, c'est dire combien il est bon...

Toujours sur les forums, des audiophiles écrivaient que le FX-AUDIO D802 est meilleur sur les entrées numérique coaxiale ou optique que sur l'entrée USB.
J'ai racheté une nouvelle interface RME FIREFACE USB avec des entrées et sorties optique. Elle est piloté par un driver ASIO pour un PC sous Windows.
Je ne m'attendais pas à un tel gain de qualité.
Bien sur ce n'est jamais meilleurs qu'au concert acoustique.
Mais les 400 € de l'interface ne sont pas cher en regard du gain obtenu à l'écoute.
La télé est branchée directement en optique sur l'interface, pour un traitement par convolution dans le PC avec VSTHost et Convolver VST, avant de repartir vers l'ampli.
C'est une excellente combinaison que la RME FIREFACE USB et le FX-AUDIO D802, et je n'ai jamais lu sur un forum que certains d'entre vous l'avaient reprise.
La majorité des lecteurs ne sont pas sur les forums...

Si vous comparez le volume occupé par les électroniques aujourd'hui et dans les chapitres précédants, la cure d'amaigrissement est énorme.
Un ampli FDA est tout petit, l'interface RME aussi, il n'y a que le lecteur de DVD qui prend encore un peu de place. Il pourrait être mis dans le PC.
Un ampli FDA, une interface RME, c'est 525 € d'électroniques seulement. Il faut un PC. C'est là qu'on mesure mon énorme décalage avec les approches audiophiles. J'ai mis l'agent ou il fallait, dans les haut-parleurs.
Pourquoi ai-je encore un tel fouilli de câbles ? Un peu de rangement, un coup d'aspirateur, et je change la photo !!!


Mes électroniques à l'été 2018


Le tout numérique :

Une fois l'étude rendue à celui qui me l'avais commandée, j'ai repris mon indépendance au niveau des solutions techniques.
Je n'ai surtout pas remis en cause le triple résonateur qui est pour moi un plus incontestable.
Par contre j'ai remplacé la correction de la courbe de réponse passive par une correction par convolution dans le PC.
Et là quelle ne fut pas ma surprise de voir un gain de restitution global, avec une dynamique ressentie supérieure.
Les composants de filtrage étaient de qualité supérieure à la moyenne. Leur remplacement par un équivalent purement numérique est meilleurs. Donc les composants passifs bouffent des informations et de la dynamique...

Vous lisez plus souvent l'inverse sur les forums, d'internautes qui abandonnent le numérique pour revenir au passif.
Le numérique demande des configurations informatique qui sans être compliquées, demandent à être réellement bien faites.
Quand c'est mal fait, c'est moins bon.
Quand c'est bien fait cela supplante les bons composants passifs, et ce point à son importance.

J'ai également creusé un peu plus les corrections dans les aigus.
Par rapport à ce que j'avais pu faire en passif, les aigus au dessus de 5000 Hz sont un peu plus atténués.
Sur les courbes ci-dessous, nous voyons deux choses :

  • La courbe rouge qui correspond à la correction passive.
  • En bleu la courbe que je préfère à l'écoute en ajoutant une égalisation de plus.

Correcteur de réponse RLC dans un égaliseur paramétrique

Non seulement le numérique est meilleurs à correction égale, mais il permet d'aller plus loin dans les réglages.
Pourquoi dans ces conditions se prendre la tête avec des composants passifs coûteux et moins bons à l'écoute ?
Je ne prendrai plus d'études d'enceintes avec un filtre passif parce que je n'y crois plus : Vous ne pouvez pas avoir le top de la qualité avec ces solutions.

Cette correction numérique est aussi un joli pied de nez aux audiophiles amateurs de systèmes multivoies, et qui regardent avec dédain les haut-parleurs large bande en disant que ça manque d'aigu.
Non seulement un large bande DAVIS 20DE8 ne manque pas d'extrême aigu, mais en plus il faut l'atténuer un peu pour qu'il soit parfaitement à sa place.
Quand les avis sont donnés par des audiophiles dogmatiques, qui n'ont pas essayés les large bande avec corrections, les avis ne sont pas crédibles et vous en avez la preuve.


retour_menu.jpg precedant.jpg navigation_evolution.jpg suite.jpg 10_v.jpg


Valid HTML 4.01 Transitional

Merci pour votre visite.


Dôme acoustique : La conception des enceintes acoustiques.


Il y a un savoir vivre élémentaire qui consiste à demander l'autorisation avant de reprendre tout ou partie de ce qui est écrit dans ce chapitre.
Ne pas respecter ce droit élémentaire vous expose à des poursuites sous toutes les formes.