Accueil Table des
matières
Forum Compteur pour tout le site : 5 620 884
Nombre actuel de lecteurs : 16
Base HP
Calculs enceintes
Moteur de
recherche
Lexique
Le site
Contact
Notions
techniques
Baffles et
enceintes
Le filtrage
Calculs des filtres
Réalisations
et plans
Autour des HP
et enceintes
Mon système Hors sujets

image121-4.jpg


Baffle plan et filtrage

Mise à jour : 2013-04-27.

 

riom.jpg

uframe1.jpg uframe2.jpg
image967.jpg

A partir des mêmes baffles plans et des mêmes électroniques, vous pouvez changer l'écoute de votre chaîne de façon importante en jouant sur les réglages du filtre actif.
Vu de l'extérieur, vous avez rigoureusement la même chaîne.
Vu du coté des réglages, les choses ont considérablement évoluées au fil du temps et de l'expérience dans les réglages.

Dans ce chapitre, nous allons parler des différents réglages qui ont été essayés, des raisons des essais et de leurs abandons.
Si vous avez lu la série de chapitres sur l'évolution de mon système, vous avez constaté que les erreurs sont expliquées dans le but de vous éviter de faire les même.
Ce chapitre est dans la suite logique, mais avec des évolutions logicielles dans les réglages des appareils, et non plus matérielles.

Le point commun de tous les essais décrits ici est une courbe de réponse "au cordeau" grâce à une égalisation réalisée avec le DEQ 2496 et/ou le DCX 2496.
Inutile de remontrer la courbe de réponses à chaque fois. Elle est linéaire dans les aigus à courte distance, avec une atténuation de 3 dB/octave au dessus de 2000 Hz pour les mesures au point d'écoute à 4 m.
Je précise que l'atténuation au dessus de 2000 Hz est naturelle, l'égalisation ne sert qu'a garder une pente droite, comme dans la zone linéaire de 40 à 2000 Hz.

uframe3.jpg
4m.jpg

 

L'idée de base :

Cela fait plusieurs années que je connais le tableur JMLC pour simuler le résultat d'un filtrage.
Mais les premières utilisations ont été pour moi assez déroutante, tant les résultats à la simulation n'étaient pas bons.
Pour avoir échangé sur le forum du site, je me suis aperçu que je n'étais pas le seul a avoir des mauvais résultats en 3 voies.

Au fil des échanges, principalement avec JMB, l'approche de l'outil s'est précisée, les résultats en 3 voies se sont affinés, au point aujourd'hui de ne plus vouloir essayer le moindre filtre sans l'avoir simulé au préalable.
Pour vous aider dans cette démarche, il y a les chapitres Filtres 2 et 3 voies et tableur JMLC et Filtrage avec un HP relais.

A coté de l'utilisation de l'outil, il y a les critères de choix d'un bon, ou d'un moins bon filtre : Le meilleurs filtre, c'est pas de filtre.
Les filtres à 6 dB est avec HP relais sont très bons sur la réponse dans l'axe, les délais de phase et de groupe, la réponse sur signal carré. Ils ne le sont pas sur la réponse en coïncidence.
Un filtre bon sur la réponse dans l'axe et en coïncidence le sera moins sur les délais de phase et de groupe, ainsi que sur signal carré.
L'écoute, associée à mon choix de HP et à la méthode de réglage, me fait préférer les premiers cas par rapport aux seconds.

Il y a enfin la méthode de réglage du filtre actif.
Cela fait des années que le DCX est sur le marché, et je n'ai jamais lu la nécessité absolue de linéariser les HP avant filtrage sur une bande passante aussi étendue que possible, pour obtenir en pratique les pentes d'atténuation théorique. Déconcertant...

Et pourquoi ne pas, au passage, donner un bon coup de patte a ces simulations de filtres passifs que l'on voit sur les forums, simulation absolument linéaire au point de tromper les néophytes (et même les experts), et qui ne regardent absolument pas les choses complètement.
L'atténuation du HP corrigé ne respecte pas la pente théorique du filtre choisi, donc les résultats sur les délais de phase, de groupe et sur signal carré sont un grand n'importe quoi.
Une réponse parfaitement linéaire ne suffit pas pour avoir une bonne écoute...

Je reconnais volontiers qu'une courbe de réponse linéaire est meilleure qu'une courbe de réponse accidentée.
Mais vous aurez un meilleurs résultat à l'écoute si vous avez à la fois la réponse linéaire et le respect des pentes d'atténuation à partir d'un filtre qui ne chahute pas les délais de phase et de groupe ainsi que la réponse sur signal carré.

Télécharger le tableur JMLC (JMLC pour Jean Michel Le Cleac'H).
Les simulations ci-dessous sont obtenus avec une version modifiée de ce tableur, pour correspondre exactement au filtre actif DCX 2496.
Ces modifications ne concernent que l'ergonomie et la présentation, la base du calcul est à 100% celle du tableur JMLC, sans modification.
Les modifications apportées au tableur en téléchargement sont décrites dans le détail au bas du chapitre : Filtres 2 et 3 voies et tableurs JMLC.

 

18 dB JMLC :

J'ai longtemps considéré ce filtre comme étant le meilleurs de tous.
Avec le montage MTM, une pente raide est nécessaire entre les larges bandes et le médium tweeter. Le filtre à 18 dB répond bien à la demande.
La coupure grave / large bande a été essayée entre 90 et 270 Hz en fonction de la pièce.
La pente à 6 dB entre grave et LB est pour essayer de récupérer un peu l'énergie des deux LB dans le grave, en augmentant la surface émissive. Le 38 cm n'avait pas un Qts vraiment adapté, et n'était pas en U-FRAME.
Égalisation après filtrage.

Les courbes délais de phase et de groupe ont peu de variation, 31 mm en dessous de 4000 Hz.
L'accident sur la réponse dans l'axe est corrigé à l'égaliseur.
La réponse sur le signal carré serait bonne, sans le pic final qui est la signature sonore de ce filtre.

courbe de réponse des filtres
courbe de réponse sur un signal carre


2 voies et demi :

Le manque de graves mesuré m'a incité à utiliser les deux LB B200 en complément.
Dans cette solution, j'ai donc un 38 cm et deux 21 cm dans les graves.
A l'écoute il y a de l'énergie dans le grave, mais l'extrême grave reste tronqué.
La solution 2 voies est demi est utilisé sur des enceintes du commerce avec un filtre passif. Les images vous donnent une bonne idée du résultat.

Les plus 6 dB de la courbe de réponse dans les graves sont normal. C'est une façon économique de faire un boost de cette plage de fréquences.
La courbe de délais de groupe n'est pas si mauvaise que cela, celle du délais de phase a un décalage important, 253 mm au dessous de 4000 Hz.
Enfin la réponse sur un signal carré n'a pas un plateau bien plat.

courbe de réponse des filtres
courbe de réponse sur un signal carre


3 voies avec HP bouchon :

Les pentes de coupure sont raides pour le montage MTM entre les LB et le médium tweeter.
Les LB travaillent sur une bande de fréquence très étroites. Pas besoin de LB dans ce cas, un bas médium convient parfaitement.
Ce filtre a été utilisé avec deux HP de graves différents, le PR38EX100VST dans un premier temps, puis le PR380T0 dans un 2eme temps. Le PR380T0 à un Qts plus élevé que le premier, et est donc mieux adapté au baffle plan.

Les réponses dans l'axe et en coïncidence sont excellentes.
Les délais de phase et de groupe ont un décalage important, 254 mm en dessous de 4000 Hz.
La réponse sur signal carré n'est pas un modèle du genre.

C'est lors de l'utilisation de ce filtre que j'ai commencé à linéariser les HP dans le DCX sur une bande passante aussi large que possible.
Le HP de grave est linéarisé jusqu'à 2500 Hz.
Les larges bandes sont linéarisés de 100 Hz à 10000 Hz.
Le médium tweeter est linéarisé de 200 Hz à 15000 Hz.

courbe de réponse des filtres
courbe de réponse sur un signal carre


2 voies (3 voies ?) avec HP relais :

La linéarisation des HP avant filtrage laisse une latitude assez grande pour choisir les fréquences de coupure.
Cette solution de filtrage est pratiquement une enceinte à deux voies, avec un HP relais qui travaille sur une bande passante très large.
Le LB du haut à été débranché, le MTM ne convient pas à ce type de filtrage.
Le grave était le PR380T0 dans un premier temps, en U-FRAME dans un 2eme temps, et enfin un ALPHA15A en U-FRAME.

Les courbes de réponse dans l'axe, les délais de phase et de groupe, la réponse sur signal carré sont tout simplement parfait.
La réponse en coïncidence n'est pas bonne, et cela ne s'entend pas. Les explications théoriques sont une chose, l'écoute en est une autre.

Les pentes de coupure ne sont qu'à 12 dB/octave sur les HP principaux, et à 6 dB sur le HP relais.
Tout les HP sont branchés en phase, sans le moindre délais entre les HP.
(A la linéarisation des HP près, les amateurs de filtre actif analogique ont une solution utilisable avec ce filtre.)

courbe de réponse des filtres
courbe de réponse sur un signal carre


La mise au point :

Comme indiqué dans la partie "Idée de base", les HP sont linéarisé individuellement avant filtrage sur une bande passante aussi étendue que possible.
C'est l'égaliseur paramétrique du filtre actif DCX 2496 qui est utilisé dans ce cas.
Le micro est placé à 50 cm, dans l'axe de chaque HP, pour avoir la réponse du HP sans la pièce.

alpha15a_sans_g.jpg
b200-sans-g.jpg
wfr12-sans-g.jpg

 

Le filtrage est appliqué à chacun des HP, en vérifiant que les atténuations théoriques sont bien respectées.
Au passage la sensibilité de chacun des HP est relevée, à 200, 800 et 5000 Hz pour régler les niveaux relatifs entre les HP d'une même enceinte, et pour régler la balance G / D.
Lorsque vous linéarisez vos HP, la sensibilité moyenne bouge un peu. En jouant sur les gains dans le DCX, vous remettez au niveau les 6 HP.
Ainsi l'image sonore viendra bien du centre.

La coupure du grave à 3000 Hz se retrouve à -25 dB sur le grave filtré. Les -9 dB à 1000 Hz sont bien présents.
La coupure du WFR12 à 200 Hz se retrouve à -22 dB une fois le HP filtré. Les - 9 dB entre 6 et 700 Hz sont bien présents.
Les atténuations en fin de bande du B200 sont visibles à -15 ou -20 dB.

Seul le B200 semblait ne pas avoir les atténuations voulues. Pourtant une analyse plus fine montre que les pentes sont bien à l'endroit voulu.
Nous sommes en face d'un effet d'échelle, associé à une linéarisation insuffisante entre 200 et 3500 Hz, et à un besoin d'un boost dans les aigus jusqu'à 15000 Hz au moins. A retravailler !!!

alpha15a_filtre_g.jpg
b200-filtre-g1.jpg
wfr12-filtre-g.jpg

 

La dernière opération est une égalisation finale avec le DEQ 2496, avec le micro placé au point d'écoute à la hauteur de B200. Cette égalisation intègre la pièce.
Pourtant les précautions prises tout au long de la mise au point se retrouvent dans la faible amplitude des corrections nécessaires entre 200 et 10000 Hz.
N'oubliez pas que ce sont des baffles plans, avec cette foutue onde arrière qui perturbe tout.
Je me demande si le B200 ne serait pas mieux en enceinte close.

 

Evolutions fin 2012 :

Le médium tweeter n'est plus un AUDAX WFR12 mais un FOSTEX FE103E que j'avais chez moi. Deux raisons justifient se changement, la fréquence de résonance plus basse du FE103E, et surtout sont aptitude à monter plus haut en fréquences. Le WFR12 avait sa limite à 10000 Hz, le FE103E vers 16000 Hz.

Le B200 du haut est démonté, et vendu. Il n'était plus nécessaire compte tenu du filtrage avec le HP relais. Cet abandon du MTM n'est pas un désaveu de la performance de cette solution. C'est la mise en place d'une solution de filtrage plus performante qui l'a nécessité.

Les fréquences de coupure ont pu être décalées avec le FE103E : 620 Hz entre le grave et le HP relais, 754 Hz entre le HP relais et le médium tweeter. Des fréquences de coupure plus basses sont meilleures à la mesure, mais c'est à l'écoute qu'elles ont été choisies.

La mise en phase, le réglage des délais, a été laborieuse à obtenir. La simulation indique des délais à 0 mm sur les trois voies. Le montage mécanique des HP peut justifier des délais de 40 mm. Mais lorsque vous trouvez à la mesure 130 mm sur le HP relais, et 168 mm sur le médium tweeter, il y a des questions à se poser.
Le décalage de 38 mm (168 - 130 = 38) entre médium tweeter et HP relais est tout a fait normal. Les 130 mm entre HP de grave et HP relais viennent de l'U-FRAME qui décale le centre acoustique du HP vers l'arrière. C'est évident lorsqu'on le sait, mais personne n'en parle...
Le pic sur la réponse STEP vers 8.96 ms, ce n'est pas une mauvaise mise en phase, mais l'U-FRAME qui se manifeste avec retard.
(Je réfléchi très sérieusement a passer le grave en bass-reflex, en ressortant du placard les AUDAX PR38EX100VST.)
Les dernières mesures, STEP et CSD. Essayez de voir le raccordement des HP sur le CSD.

Dans le médium aigu, il y a deux sources, le médium tweeter et le HP relais. Ces deux sources, combinées à la distances qui les sépare, crées des interférences bien visible sur le CSD au dessus de 2000 Hz, et plus particulièrement entre 4000 et 10000 Hz.
Il faudrait que je trouve un médium tweeter plus petit en diamètre, placés au plus près du B200. Pas facile.

step-0.png

csd-3.png

Il y a eu d'autres évolutions électroniques : Les deux NAD 3020 utilisé sur le HP relais pour l'un, sur le médium tweeter pour l'autre, ont été remplacés par deux amplis BEHRINGER A500. Je savais qu'il pouvait y avoir des différences entre électroniques, je ne pensais pas que le gain pouvait être de cette importance. Comme le 3020 n'est pas "pourri", c'est le A500 qui est très bon.
Pour des raisons de refroidissement le gros ampli DENON à été placé à l'extérieur du meuble. Il a reçu un coup d'aspirateur à l'intérieur (au bout de 25 ans cela ne fait aucun mal) là aussi pour améliorer le refroidissement.

J'ai remplacé le câble "numérique" entre l'interface HIFACE du PC et l'entrée S/PDIF sur prise RCA du SRC 2496. Le câble de remplacement est un câble CANARE qui garanti l'impédance de 75 Ohms y compris sur les prises RCA qui ne sont absolument pas prévue pour le respect de l'impédance. J'ai aussi remplacé les câbles AES/EBU entre les SRC, DEQ et DCX par du câble 110 Ohms avec des prises XLR classiques.
Le gain n'est ni sur le grave, ni sur le médium, ni sur l'aigu, ni sur la définition, ni sur la quantité d'information, et pourtant il est partout à la fois. Impressionnant, pour 35 € seulement port compris.
Je me permet de m'interroger sur ces marques Hi-Fi qui se disent haut de gamme, et qui ne sont pas capable de mettre la seule prise qui soit réellement 75 Ohms sur cette liaison, la prise BNC. Il y a une faute technique qui frise le scandale pur et simple.

J'ai essayé un potentiomètre 6 voies SELECTRONIC, qui n'est resté branché que 48 H. La perte en qualité d'écoute n'est pas acceptable. J'ai une dent contre certain Audiophile perfectionniste et sans oreille qui m'ont fait acheter cet appareil. Faire travailler les DAC avec un signal numérique fort est certainement une bonne chose, mais dans ce cas l'atténuateur doit être exclusivement passif.

electronique.jpg

baffle-plan2.jpg

 

Écoute :

La comparaison ne concerne que les deux dernières solutions, celle avec un HP bouchon et celle avec un HP relais.
Le compte rendu d'écoute concerne la dernière solution, celle avec le HP relais, en comparaison avec l'avant dernière solution, celle avec le HP bouchon.
Ce sont les deux solutions pour lesquelles j'ai égalisé les HP avant filtrage. (Ce qui permet au passage de passer facilement de l'une à l'autre).
Pour les deux solutions précédentes je n'avais pas encore pris conscience de l'intérêt de le faire. Et comme personne n'en parle sur les forums, il a fallut l'imaginer au préalable.

Le gain est particulièrement sensible dans la qualité du médium.
La somme des trois courbes de réponse donne bien une courbe linéaire, cela se voir sur les corrections que j'ai ajouté dans le DEQ 2496 sur l'ensemble filtré, corrections qui sont insignifiantes entre 200 et 10000 Hz.

Tous les sons en arrière plan sont parfaitement audible.
Que ce soit les instruments qui accompagnent un chanteur, les coeurs d'un opéra qui complètent un soliste, ils sont parfaitement distincts.
Quand le niveau sonore augmente, l'image sonore ne se déplace pas du haut parleur de grave au médium puis au tweeter.
Les ambiances de salle, pour les enregistrements en directs, sont parfaitement audible, même pour les sons très lointains.

Sur des disques connus, la définition à fait un bon en avant.
Je ne l'avais pas perçu sur les premières écoutes. C'est au bout de quelques jours que, disques après disques, sur des musiques bien connues, que la différence est devenue flagrante.

Les ingénieurs du son qui mixent comme des cochons, qui ajoutent de la réverbération à tord et à travers, sont démasqués instantanément.
Ceux qui font bien leur travail, mais qui changent le micro du chanteur entre deux morceaux du même CD aussi.
Un bon CD est bon, un mauvais CD est mauvais, et vous le savez très vite. (Les bons CD sont rares.)

Je ne découperai pas le spectre sonore en tranches.
La qualité du grave est aussi donné par les harmoniques reproduites par le médium et les aigus. La qualité des aigus change avec la réponse des fréquences fondamentales dans le grave et le bas médium.
L'ensemble est parfaitement cohérent en réponse, phase et impulsion, et ne favorise pas certaines fréquences par rapport aux autres.

La seule approche théorique qui n'est pas bonne à la simulation, c'est la réponse en coïncidence.
Il faudra que j'en parle sur les forums, parce que ce calcul purement mathématique est inaudible.
Sans doute la réponse en coïncidence devrait t'elle être présentée sous forme des pétales de fleurs, donc en rentrant la position exacte des HP, pour être mieux analysée.
Toujours est-il que les +6 dB entre 700 et 800 Hz de la réponse en coïncidence, je ne sais absolument pas ou ils sont, perdus, envolés...

En conclusion, je vous invite vivement à choisir des HP qui permettent de mettre en oeuvre cette solution de filtrage.
Ce n'est pas possible avec tout les HP, mais avec ceux qui le permettent vous aurez un excellent, un remarquable, résultat à l'écoute.

 

Filtre 3 voies à 6 dB/octave :

Nous sommes début 2013, et je me suis fait expliquer une bonne fois la courbe en coïncidence. La conclusion est que si la courbe en coïncidence est si importante que cela, le filtre à 6 dB doit supplanter le filtre avec un HP relais, parce que le maximum de la courbe en coïncidence est 3 dB plus bas avec le filtre à 6 dB qu'avec le filtre avec HP relais.
Les fréquences de coupure retenues à l'écoute sont à 214 Hz et 1860 Hz, et correspondent a peu prés à ce que donne le filtre avec HP relais si nous regardons les choses à -14 ou -15 dB. Si les deux filtres ont des délais théorique à 0 mm, les délais pratiques diffèrent un peu.
Une fois au point, le filtre à 6 dB supplante le filtre avec HP relais. Une coloration, un voile ont disparus. Le travail de linéarisation des HP avant filtrage réalisé pour le filtre précédant y est certainement pour beaucoup.

courbe de réponse des filtres
courbe de réponse sur un signal carre


Retour au filtre à 18 dB JMLC :

Dans la suite logique du filtre à 6 dB, et toujours pour réduire la bosse de la courbe en coïncidence.

courbe de réponse des filtres
courbe de réponse sur un signal carre


Retour au filtre 3 voies avec HP bouchon :

Dans la suite logique du filtre à 6 dB, du filtre à 18 dB avec raccord à -5 dB, et toujours pour réduire la bosse de la courbe en coïncidence.
Seul un raccordement à -6 dB permet d'avoir une courbe en coïncidence plate : Il faudra aussi regarder les filtres Linkwitz Riley à 12 et 24 dB/octave.

Par rapport au filtre JMLC à 18 dB/octave avec raccord à -5 dB, les courbes de délais de phase et de groupe sont continues et sans accidents. La réponse en coïncidence est pratiquement plate.
Continuité des courbes de délais, réponse en coïncidence plus plate, pente plus raide sur le grave, l'écoute est sensiblement meilleure. Une bonne surprise...

courbe de réponse des filtres
courbe de réponse sur un signal carre


Ce qui a marché :

Tous les filtres décrits ci-dessus ont marchés un certain temps avant d'être remplacés par d'autres.

L'idée intéressante est la linéarisation des HP avant filtrage. Je ne l'ai pas lu souvent sur les forums !!!
Lorsque la simulation indique un filtre Butterworth, Bessel ou Linkwitz Riley, il faut obtenir en pratique rigoureusement la forme de l'atténuation correspondant à ce filtre. Nous pouvons considérer qu'il y a trois zones :

  • Une zone plate avec le début de l'arrondi, jusque -3 dB.
  • La fin de l'arrondi entre -3 et -10 dB, avec les points significatifs à -3 et -6 dB.
  • Une pente d'atténuation constante en dessous de -10 dB.

Je ne doute pas une seconde que vous serez bon dans la première zone, vous êtes beaucoup à considérer que la bande passante du HP doit être celle du filtre de coupure. Mais les deux autres sont à contrôler de très prés.
Si vous partez d'un HP rendu linéaire jusqu'à une fréquence correspondant au -15 ou au -18 dB une fois le HP filtré, et que vous appliquez le filtrage, vous obtenez en pratique le résultat théorique voulu avec un minimum d'écart.
Sur le graphique ci-dessus, le médium doit avoir une réponse plate avant filtrage entre 100 et 3000 Hz, et le tweeter de 800 Hz à l'aigu. Vous n'envisagiez certainement pas les choses sous cet angle. D'ou l'intérêt des filtres à pentes très raides.

L'écoute du filtre à 3 voies à 6 dB/octave est bonne, avec le choix des HP qui est retenu. Ce n'était qu'une étape vers le filtre JMLC avec raccord à -5 dB. Ce filtre a été remplacé par un filtre avec HP bouchon à 24 et 12 dB/octave et raccord à -6 dB, dont la courbe en coïncidence reste très proche des 0 dB, et dont les courbes de délais de phase et de groupe n'ont pas d'accidents brutaux.

 

Ce qui pourrait être encore mieux :

Remplacer le FE103E, qui fait très bien son travail, par un vrai tweeter va être difficile compte tenu de la fréquence de coupure basse. Une compression 1" + pavillon pourrait convenir.
L'idée qui me séduirai le plus serait un HP coaxial de 21 cm, avec une compression au centre. La source rigoureusement concentrique doit apporter un plus.

La correction de la phase acoustique du filtre et des enceintes est détaillée dans le chapitre suivant.


retour_menu.jpg precedant.jpg navigation_baffle_plan.jpg suite.jpg 04_v.jpg


retour_menu.jpg precedant.jpg navigation_evolution.jpg suite.jpg 10_v.jpg


Valid HTML 4.01 Transitional

Merci pour votre visite.

Logo du site : Conception des enceintes acoustiques

Il y a un savoir vivre élémentaire qui consiste à demander l'autorisation avant de reprendre tout ou partie de ce qui est écrit dans ce chapitre.
Ne pas respecter ce droit élémentaire vous expose à des poursuites sous toutes les formes légales et moins légales.