Menus déroulants Compteur pour tout le site Dôme acoustique, la conception des enceintes acoustique : 9 184 713 --- Nombre actuel de lecteurs : 11

image121-4.jpg


L'ALTEC 420-8B BIFLEX

Mise à jour : 6 avril 2021.

 

C'est dans les vieux pots qu'on fait une bonne soupe !!!
Je suis retraité, et les haut-parleurs ALTEC 420-8B BIFLEX ne sont pas loin d'avoir mon age !!!

 

Pourquoi un changement de HP et d'enceinte ?

Parce que suite à une fausse manoeuvre avec VSTHost et Convolver VST, les bobines mobiles du DAVIS 20DE8 frottent dans l'entrefer de l'aimant, que seul DAVIS peut faire la réparation, et que je juge le prix de la réparation franchement trop élevé.
Le changement du HP a entraîné la construction d'une nouvelle enceinte, un HP de 41 cm de diamètre ne se monte pas dans une enceinte de 35 cm de large, le volume pour monter le 420-8B n'est pas le même que pour le 20DE8, et les paramètres T&S du 420-8B demandent une enceinte close alors que le 20DE8 était dans une enceinte à triple résonateur.

Nouvel HP, nouvelle enceinte, nouvelle conception, nouvelle mise au point.
Je reparts de 0 avec ce HP, mais avec toute l'expérience acquise sur les réalisations précédantes.

Ce chapitre n'a pas grand chose à dire, la partie enceinte close n'est pas compliquée à mettre au point.
C'est toute la partie de la correction par convolution de la réponse, de la phase acoustique, de la transformée de Linkwitz, des filtres passe-haut et passe-bas qui m'a demandé le plus de travail.
Le plan d'expérience sur les corrections par convolution a permis de bien progresser dans la mise au point, en levant pas mal de doute.

Les ALTEC 420-8B BIFLEX dans leurs enceintes et dans ma pièce

Le haut-parleur est à 85 cm du sol, le milieu de la face avant de l'enceinte droite est à 67.5 cm du mur latéral droit, et à 67 cm du mur arrière, l'orientation des enceintes est de 35°.
Le gain dans l'extrême grave est de 8 dB maxi, à la mesure, visualisé avec la fonction Compensate de La transformée de Linkwitz.
Le placement dans les angles est pris en compte dans le réglage des corrections de l'enceinte, cela n'aurait aucun sens de faire un réglage avec des mesures en extérieur. (Extérieur pourtant si proche...)

 

Avant l'achat :

Je n'avais que très peu d'informations, la référence du HP et une courbe d'impédance.
La courbe d'impédance m'a permis d'estimer le Qts du HP, de savoir qu'il faudrait faire une enceinte close et une transformée de Linkwitz.
Ce choix ne rend pas indispensable de connaitre les paramètres T&S complet du HP, Fc et Qtc seront mesurés directement le HP monté dans l'enceinte.

Courbe d'impédance vendeur d'un 420-8B

 

J'ai trouvé sur le net des avis à l'écoute assez flatteur.
Je compte les utiliser avec une correction en amplitude et phase acoustique, donc avec de meilleurs résultats que ce que j'ai lu.
Je suis bien conscient de la coupure annoncée à 14000 Hz, a peine plus bas que la FM des années 70 qui coupaient à 15000 Hz sans que cela ne gêne personne.

 

La construction de l'enceinte :

Je n'ai fait aucun calcul sur cette enceinte, je me suis contenté de faire une paire de grandes enceintes pour avoir une Fc du HP monté dans l'enceinte aussi bas que possible.
Je me suis fixé une contrainte de transport : Mon Scénic permet un passage de 97 cm dans le coffre.
Je me suis fixé une largeur de 47 cm extérieure, c'est à dire un jeu de 3 cm dans le coffre.
470 mm extérieur en aglo de 22 mm, c'est 426 mm intérieur.
Avec des proportions 1.000 --- 1.271 --- 2.636, les côtes intérieures sont 426, 499 et 1123 mm.
Fin du calcul de l'enceinte !!!

Pas de calcul ne dispense pas une conception rigide avec des renforts internes.
Vous trouvez tout un tas de solutions sur internet, je vous en propose une qui a été soigneusement réfléchie.
La liaison entre les cloisons internes et la barre verticale se fait par des vis entre cuir et chair.
La face avant est en 22 + 18 mm, les 18 mm sont là pour l'encastrement du haut-parleur.

Renforts internes et barre verticale  Face avant en 22 + 18 mm

 

Au niveau des pieds en contact ave le sol j'ai utilisé l'astuce de mettre 3 pieds hauteur 22 mm, deux sur les cotés de la face avant, un au centre de la face arrière.
Une enceinte posée sur 3 pieds est parfaitement stable sans aucun micro basculement possible, par contre si vous bousculez un peu l'enceinte elle bascule facilement.
J'ai ajouté 2 pieds de plus hauteur 18 mm sur les cotés de la face arrière pour limiter l'amplitude d'un basculement éventuel.
Ces deux pieds ne touchent pas le sol en utilisation normale, ils limitent le basculement en cas de choc involontaire.
Les 5 pieds reçoivent un feutre adhésif type patin de chaise, pour faire glisser l'enceinte sur le carrelage.

La meilleure connectique, c'est pas de connectique...
Les câbles 2.5 mm2 sortent de l'enceinte par deux trous un peu trop gros de 1 mm.
Ces trous ne sont pas bouchés et assurent l'équilibre de la pression atmosphérique qui varie lentement.
Aucun risque d'avoir un fonctionnement type "évent" avec une surface aussi petite dans un volume aussi grand !!!
Les fils traversent un domino 6 mm2 vissé sous l'enceinte.
Les câbles qui viennent de l'ampli, 2x2.5 mm2 de sono à 2.50 €/m, sont soudés aux câbles de l'enceinte, la partie soudée est glissée dans le domino qui est serré comme s'il n'y avait pas de soudure.
J'ai totalement confiance dans mes soudures, les mettres dans le domino supprime tout risque de court-circuit si un bout de fil dénudé traine sous l'enceinte...

Pieds au sol et branchement électrique

 

Remarque sur les mesures :

J'ai commencé la mise au point de ces enceintes avec des mesures à 117 cm du cache noyau, à 3.5 D.
En court de mise au point j'ai essayé d'autres distances de mesure, pour tomber sur un optimum entre 84 et 86 cm.
Un certain nombre de mesures n'ont pas été refaites actuellement, je travaille plus sur la mise au point que sur la rédaction de ce chapitre...
J'ai indiqué clairement les mesures que j'aurai à refaire, quand j'aurai fini les mesures et mise au point à 86 cm au dessus de 300 Hz, et à 2 cm en dessous.

 

Mesure de l'impédance, transformée de Linkwitz et filtres passe-haut :

Le HP monté dans l'enceinte avec l'amortissement j'ai mesuré : Fc = 49.07 Hz, Qtc = 0.64 sur l'enceinte gauche, Fc = 43.53 Hz, Qtc = 0.67 sur l'enceinte droite.
Avec la transformée de Linkwitz j'ai réglé la fonction compensate avec : Ft = 49.07 Hz, Q = 0.64 sur l'enceinte gauche, Ft = 43.53 Hz, Q = 0.67 sur l'enceinte droite, exactement les valeurs mesurées avec l'impédance.

Dans le médium, le passage à la membrane centrale seule se voit entre 450 et 1200 Hz.
Le cache noyau en aluminium commence à agir au dessus de 7000 Hz.

Courbe d'impédance de l'enceinte gauche !!!

Impédance du HP monté dans son enceinte

 

Fonction compensate dans rePhase de l'enceinte droite !!! (Je n'ai pas toutes les images sous la main...)
La compensation à partir des valeurs mesurées avec l'impédance est loin d'être idéale à cause du sol et des murs.

Avec la transformée de Linkwitz réglé sur Fc et Qtc mesuré

 

10 mois plus tard, je n'ai pas réglé la transformée de Linkwitz à partir de Fc et Qtc, mais à partir de la courbe de réponse mesurée dans le grave, et pour avoir une réponse linéaire de 16 à 50 Hz après avoir appliqué la fonction compensate de rePhase.
La correction se fait avec Fc = 31.5 Hz et Qtc = 1.00 pour tenir compte de la proximité du sol et des murs.
Ce point est expliqué dans le chapitre sur La transformée de Linkwitz, dans la partie "La théorie et la pratique".

Avec la transformée de Linkwitz réglé pour linéariser le grave jusque 10 Hz

 

Il y a deux aspects dans les réglages :

  • La correction de l'enceinte mesurée en extérieur ou en chambre sourde.
    Ces corrections se font à minimum-phase ou à Minimum-Phase Filters comme la fonction compensate.
  • Une deuxième correction de l'enceinte placée dans la pièce, correction qui vient en complément de la première.
    Ces corrections se font à linear-phase ou à Linear-Phase Filters.

Modifier la fonction compensate n'est donc pas la bonne solution à l'écoute, il faut garder les valeurs théoriques mesurées sur la courbe d'impédance, et corriger le reste à phase linéaire avec les potentiomètres de Paragraphic Gain EQ.
On oublie Fc = 31.5 Hz et Qtc = 1.00, on garde Fc = 43.53 Hz et Qtc = 0.67, et on finit le reste avec des EQ, Q = 0.90 à phase linéaire.
L'écoute vous dira un grand merci, les corrections ne sont pas monstrueuses.
J'utilise cette dernière solution depuis mi mars 2021, parce qu'elle est meilleure à l'écoute que la fonction compensate avec Fc = 31.5 Hz et Qtc = 1.00

Avec la transformée de Linkwitz réglé pour linéariser le grave jusque 10 Hz

 

La fin de la transformée de Linkwitz utilise au moins un filtre passe-haut du 2eme ordre.
Ce filtre du deuxième ordre est placé à Ft = Fc / 1.32 = 32.900 Hz, affiné à l'écoute à 33.500 Hz avec une précision de 0.125 Hz.

Une pente, plus forte que le filtre du 2eme ordre, donne de meilleurs résultats à l'écoute, l'enceinte placée dans la pièce.
J'utilise une coupure passe-haut en Butterworth du 5eme ordre, à 30 dB/octave, réalisé avec deux filtres du 2eme ordre et un du 1ere ordre, réalisé dans rePhase avec les coefficients Q = 0.618 et Q = 1.618 indiqués dans le chapitre sur La mise en série des filtres du 1ere et 2eme ordre.
La fréquence de coupure optimale à 33.500 Hz à été recherchée à l'écoute, après avoir vérifié que c'était bien un filtre passe-haut d'ordre 5 qui convenait le mieux à l'enceinte placée dans la pièce.

Filtres passe-haut et passe-bas du 5eme ordre utilisés pour le 420-8B

 

La coupure en passe-haut de cette enceinte est devenue une coupure électrique, avec une pente parfaitement respectée jusque -52 dB à 10 Hz.
Je considère que ce qui se passe en dessous de -30 ou -40 dB n'est plus audible.
Avec -52 dB à 10 Hz, il y a de la marge, une très solide marge !!!
Les effets indésirables de la pièce ont été pris en compte dans la fonction compensate et les EQ à phase linéaire associées.

 

Compensation dans l'aigu et filtre passe-bas :

420-8B à 86 cm sans correction

La courbe de réponse ci-dessus à été mesurée à 86 cm du cache noyau, à 2 cm pour les fréquences inférieures à 200 Hz, avec un réglage très précis à l'écoute des niveaux relatif entre les deux mesures.
Elle est sans aucune correction.
La coupure dans les aigus est vers 8000 Hz, nous n'allons pas chipoter pour 250 Hz !!!

Toutes tentatives de booster à l'égaliseur juste ce qu'il faut pour ajouter un peu d'aigu s'est soldé par un échec : Avec un Q = 0.90 sur les corrections, ce n'est pas possible...
Ce qui a été possible, c'est de booster globalement la réponse jusque au moins 20000 Hz, avec le 20000 Hz à 0 dB.
Ce boost a été mis en place après avoir corrigé la réponse du HP, et avant la courbe cible.

420-8B à 86 cm avec correction et boost des aigus

 

N'est-elle pas merveilleuse cette réponse de 40 à 20000 Hz ?
Je ne suis pas sur que vous ayez mieux sur un système muli voies.
Sauf que c'est inécoutable en pratique, la réponse dans les aigus est infecte, à fuir.

Comme pour le passe-haut, le passe-bas est un Butterworth du 5eme ordre à 11625 Hz.
La fréquence de coupure a été réglée à l'écoute, à 125 Hz près.
Il monte bien ce 41 cm utilisé en large bande sans le moindre haut-parleur supplémentaire dans les aigus !!!

Filtres passe-haut et passe-bas du 5eme ordre utilisés pour le 420-8B

 

Il y a une grande analogie avec ce que je fais coté graves : Un boost aussi loin que possible, et un filtre électrique.
La différence est qu'il n'y a pas de fonction compensate dans les aigus.
Les fréquences de coupure ne sont plus acoustique mais électrique, les pentes de coupure sont respectées jusque en dessous du seuil ou les effets sont audibles.

Quel est le gain dans les aigus ?
Sans aucune correction, le 3000 Hz est à +4 dB, le 10000 Hz est à -6.5 dB, donc le 10000 Hz est à -10.5 dB.
Après correction, le 3000 Hz et le 10000 Hz sont à 0 dB.
Le boost à 10000 Hz est de 10.5 dB, ce n'est pas rien, le haut-parleur et l'écoute le supporte sans problème.
A 20000 Hz, par contre, j'ai un peu moins d'aigus que sans correction, environ 4 dB de moins, un filtrage à 30 dB/octave est efficace.
Ce n'est pas gênant pour moi dont les oreilles ne captent plus rien au dessus de 12500 à 13000 Hz.

N'y a t'il pas des idées à reprendre aux extrémités d'un système multi voies ?
Ce n'est plus mon problème aujourd'hui, mais si vous le faites, et que vous en êtes satisfait, je serai content de le savoir...

 

La courbe cible :

J'écoute dans une pièce acoustiquement non traité, le salon de monsieur et madame tout le monde.
La réverbération dans les aigus est trop importante, l'écoute du médium et des aigus serait fatigante très vite.
Certains audiophiles aiment, ma référence au concert acoustique ne l'accepte absolument pas.

La courbe cible est une droite du grave à l'aigu, et pas une horizontale.
La pente de cette courbe cible se règle à l'écoute, et change en fonction de la pièce de chacun.

Ma courbe cible

Dans mon cas, l' atténuation du 20000 Hz est de 6 dB par rapport au 20 Hz. Dans mon cas, c'est dans ma pièce d'écoute et avec mes HP.
Dans votre cas, vous aurez une autre pente, pas forcément éloignée de celle-ci, mais tout de même différente.

 

Voir la courbe cible est une chose, voir l'effet de cette courbe cible sur la réponse en est une autre.
Rouge : Sans courbe cible.
Bleu : Avec courbe cible.

420-8B à 86 cm avec et sans courbe cible

 

Un auditeur qui est venu écouter, un habitué de "Jazz à Vienne", me faisais remarquer qu'il entendais plus d'aigus avec la courbe cible que sans.
Le deuxième point est que, par rapport à ce qu'il entend au concert acoustique avec ses oreilles de 60 ans, il n'y a pas de manque dans les aigus malgré la coupure à 12000 Hz.
Comme indiqué un peu plus haut dans le chapitre, je n'entends plus rien au dessus de 12500 à 13000 Hz.

La bande passante va de de 33.5 à 11625 Hz à -3 dB et de 30 à 13100 Hz à -6 dB, sur la courbe rouge sans la courbe cible.
Il parrait qu'un haut-parleur large bande ne descend pas dans le grave, je l'ai lu sur un le forum !!!
Je ne crois plus (bien que...) à la loi des 400000, bien que 33.5 * 11625 = 389400 et 30 * 13100 = 393000, vraiment proche des 400000 théorique.
Etonnant qu'un réglage à l'écoute tombe aussi juste, étonnant que des forumeurs insistent très lourdement pour me faire ajouter une voie aigu !!!

Bien des audiophiles ajoutent un tweeter sur leur système pour de mauvaises raisons.
L'une d'elle est de ne pas se faire critiquer par les autres audiophiles, c'est rien de l'écrire, qu'est-ce que j'ai pris, qu'est-ce que je prends toujours !!!
Je mets un gros doute à ceux qui conseillent avec force d'ajouter une voie aigue : Leurs conseils sont-ils pertinent ?

 

La phase minimum théorique :

Mon enceinte n'a plus de coupures acoustique, puisque les coupures passe-haut et passe-bas sont toutes obtenues avec des filtres.
Cette façon de faire évite d'avoir à mesurer la phase minimum après les premières corrections, pour pouvoir finir de corriger cette phase.
Cette phase minimum calculée n'a aucun accident, et c'est une excellente chose pour que les corrections restent musicales.
Dans l'image ci-dessous, la phase est corrigée en 1/3 d'octave dans Paragraphic Phase EQ avec Q = 1.58 sur toutes les corrections utilisées.

J'ai commencé à corrigé l'Excess phase et j'ai fait un Clear dans rePhase.
Puis j'ai importé la réponse et la phase totale, j'ai corrigé la réponse et la phase totale.
L'enceinte est à phase minimum, les bons (?) conseils des forums vous disent d'en rester là.
J'ai ajouté, pour mon plus grand bonheur à l'écoute, la correction de la phase minimum à partir de cette courbe théorique, en changeant le signe des corrections.

Phase minimum théorique, avec les filtre passe-haut et passe bas en Butterworth du 5eme ordre

 

Les autres mise au point qui ont été faites :

C'est dans le cadre du Plan d'expérience sur les corrections par convolution générées avec rePhase.
Ce plan à permis de faire des gains sensibles à l'écoute, et permet surtout de savoir réellement ce qui marche et ce qui ne marche pas.
Les paramètres de réglage dans RePhase ont été étudiés un par un, ce sont :

  • Le Q des corrections de la courbe de réponse est 0.90.
  • Lissage de la mesure de la courbe de réponse et de la phase acoustique en 1/2 octave, pour les corrections.
  • L'EQ type qui marche le mieux est Proportionnal Q.
  • Le Q des corrections de la phase acoustique est 1.56.
  • L'effet fenêtre avec le traitement de 16 fenêtres différentes pour avoir une courbe de phase acoustique exploitable, en prenant le maximum sur les 16 fenêtres aussi bien sur la réponse que sur la phase acoustique. En dessous de 200 Hz, c'est exclusivement la mesure à 2 cm qui est utilisée.
  • Windowing réglé sur albrecht 5-term.
  • 131072 taps et FFT length réglé sur 4194304, les deux maximums possibles dans rePhase.
  • Optimization none. Compte tenue des 131072 taps utilisés, une optimisation ne sert à rien, le -500 dB n'est pas utilisé.
  • Les enceintes sont orientées directement vers l'auditeur au centre de la pièce, et pas avec un croisement 1 m devant l'auditeur comme avec les DAVIS 20DE8.
    La raison est la directivité plus grande de l'ALTEC 420-8B BIFLEX par rapport au DAVIS 20DE8.
    L'image sonore est bien entre les deux enceintes avec cette orientation.
  • Réduire la stéréo pour finir de combler le trou central dans l'image sonore.
  • Les essais de mesures et corrections à différentes distances sont terminées, 117 cm, 100 cm, 92 cm, 86 cm, 84 cm, 75 cm, 67 cm et 2 cm dans le grave.
    Quelque soit la distance la courbe de réponse est à peu près la même dans l'épaisseur d'un gros trait, par contre la phase acoustique passe par un optimum à l'écoute avec la mesure à 86 cm et un time offset = 0 µs.
  • Position à 0.05 dB près, à l'écoute, de la mesure à 2 cm par rapport à celle à 86 cm. L'élargissement de la scène sonore est sensible.
    Légère modification de la pente de la courbe cible après ce réglage, pour parfaire l'écoute globale.
    Nous parlons de subtiles améliorations, mais toutes les subtilités mises bout à bout ça changent la fidélité de l'écoute.
  • Correction de la phase acoustique avec la méthode ci-dessous.
    • Importer dans rePhase la réponse et l'excess phase.
    • Commencer par corriger linéaire l'excess phase, ne pas toucher à la réponse.
      Faire un Clear dans rePhase.
    • Importer dans rePhase la réponse et la phase acoustique.
    • Corriger linéaire la réponse puis la phase acoustique, en utilisant pour la phase acoustique d'autres Bank que celles utilisées pour la correction de l'excess phase.
      Attention n'ajoutez pas la courbe cible dans la réponse.
      Les filtres passe-haut et passe-bas, si vous en avez, sont des filtres à phase minimum, avec roration de phase.
    • Ajouter la courbe cible dans la réponse, courbe cible réalisée à phase linéaire.
      Faire un Clear dans rePhase
    • Importer dans rePhase la phase minimum mesurée ou théorique après avoir fait les corrections ci-dessus.
      Si vous utilisez la phase minimum théorique, changez le signe des corrections.
    • Corriger la phase minimum, en utilisant d'autres Bank que précédement.

Les gains obtenus sont des petits gains.
Une très bonne écoute est une somme de petits gains qui, mis bout à bout, font ensemble un gain global sensible qui se traduit par une fidélité bien plus grande du message musical.
Les solutions retenues s'appliquent aussi aux autres installations, à votre installation, puisqu'il s'agit de méthode et du bon choix des paramètres.

L'image ci-dessous montre la réponse et phase acoustique du 420-8B avec et sans correction, mesure à 86 cm et à 2 cm en dessous de 200 Hz.
Bleu : Sans correction.
Rouge : Avec corrections, courbe cible, boost dans les aigus, transformée de Linkwitz et filtres passe-haut et passe-bas Butterworth du 5eme ordre.

avec et sans correction, mesures à 86 et 2 cm

Il est permis de se poser la question de savoir si j'ai vraiment boosté les graves et les aigus, ou si j'ai fait une atténuation bien ciblée du bas-médium à l'aigu.
Je vous laisse juge.
Si c'est la 2eme solution, la sensibilité à perdu 8 dB à 1000 Hz, pas plus de 2.5 dB à 40 Hz et 0.5 dB à 11000 Hz.

 

La distorsion mesurée :

C'est la nouvelle marotte ce certains internautes, trouver des HP avec une distorsion extrêmement faible.
Pourtant il y a 50 ans, un ampli à tubes avec une distorsion à 1% était considéré comme bon.
Un bon ampli d'il y a 50 ans est toujours bon aujourd'hui, les progrès ne sont pas aussi fulgurant que le laisse dire les pubs...
Pour moi si un HP à une distorsion inférieure à 1% à un niveau sonore confortable, il n'y a pas lieu de s'inquieter.

La distorsion mesurée à 117 cm sans aucune correction, à refaire à 84 ou 86 cm, à présenter en % et pas en dB :

Distorsion sans correction

 

La distorsion mesurée à 117 cm avec correction, à refaire à 84 ou 86 cm :

distorsion avec correction

 

La distorsion baisse avec les corrections !!!
Les corrections ont été mise au point pour rester "musicales", la distorsion est un moyen de le voir.
La distorsion est un paramètre parmis d'autres : Une bonne enceinte doit être bonne sur toutes les mesures objectives.

 

L'impulsion mesurée :

C'est la mesure qui fait la différence avec les système multivoies, sans mise en phase sur les impulsions par recul du tweeter par rapport au médium et du médium par rapport au grave.
Avec ou sans correction j'ai une belle impulsion vers le haut, et pas grand chose après.
Regardez sur les système multivoies, il y a une impulsion aussi bien vers le haut que vers le bas. Ou est la fidélité ?

Le large bande, c'est un courreur qui part faire son 400 m.
Le multi voies c'est un relai 4x100 m, avec un ou deux courreurs qui partent en sens inverse !!!
La courbe de réponse est la distance parcourue, tout le monde fait bien 400 m au total.
La courbe de phase acoustique montre la supercherie de ceux qui partent en sens inverse, et ça se voit.
La course, la musique à reproduire, c'est 400 m c'est à dire un tour de stade et pas deux fois 100 m dans chaque sens...

L'impulsion mesurée à 117 cm sans aucune correction, à refaire à 84 ou 86 cm :

Impulsion sans correction

 

L'impulsion mesurée à 117 cm avec correction, à refaire à 84 ou 86 cm :
L'amplitude des oscillations après l'impulsion est bien réduite.

Impulsion avec correction

 

Regardez les impulsions des enceintes multivoies sans recul du tweeter par rapport au médium, et sans correction de la phase acoustique.
En comparaison mes impulsions sont vraiment excellentes, et plus représentative de la qualité d'écoute que la distorsion.

 

La directivité

Tout les internautes qui veulent démolir les haut-parleurs large bande vont se ruer sur cette mesure.
"Regardez comme c'est directif" !!!
Je donne le bâton pour me faire battre, ils n'attendent que ça.

Je ne nie pas cette directivité au delà des 15°, je dis simplement que compte tenu que les enceintes sont orientées vers l'auditeur, je ne fais pas d'écoute hors de l'axe, ceux qui viendront écouter ne seront pas hors de l'axe...
A une distance d'écoute de 3.50 m, 15° c'est un décalage possible de 90 cm.

Mesures à refaire à 84 ou 86 cm, et surtout avec le boost dans les aigus.

Directivité à 15°, 30° et 45°

 

Les électroniques

Des évolutions dans le sens de la simplification :

  • En bas le boîtier du PC hauteur 180 mm pour loger un refroidissement totalement passif du processeur INTEL CORE I5 jusqu'à une température de 45°.
    Disque dur SSD pour Windows, disque dur 1 To pour la musique, 16 Go de mémoire vive. (C'est l'ancienne carte mère du PC de mon fils gameur.)
    Il y a un ventilateur silencieux de 120 mm en sécurité sur le ventirad du processeur, déclenchement au dessus de 45°.
    PC dédié musique, débarassé de tout les programmes inutiles.
     
  • Deux ampli BEHRINGER A500.
    L'impression de puissance dans le grave est plus grande avec deux amplis bridgés qu'avec un seul en stéréo.
    Les A500 sont des amplis qu'il ne faut pas utiliser par leurs entrées RCA, parce que c'est "bruyant", ou que ça deviendra bruyant un jour trop proche : Utilisez exclusivement les entrées symétriques, quitte à ajouter un symétriseur idéalement sur transformateur.
     
  • Le lecteur DVD.
    Il n'est plus sur la photo, il est passé sur la tablette sous la télé avec un câble HDMI court.
     
  • Le RME ADI-2 DAC FS, branché en USB avec le câble fourni sur le PC, branché en S/PDIF optique sur la télé, branché en XLR sur deux A500 bridgés.
    Il y a une entrée S/PDIF sur RCA qui reste libre pour la mesure à travers (ou pas) les corrections.
    Le mode DSD Bypass est activé, toutes les EQ, loudness et autres modifications du DSP sont shuntées.
    Ce DAC est une petite merveille à l'écoute, je vous le recommande chaudement parce qu'il est neutre et fidèle.
    Vous en avez pour votre argent, ce qui est loin d'être le cas avec le matériel estampillé Hi-Fi qui vous facture très cher (trop cher) les coffrets en aluminium.
    La hauteur des 4 cales en bois, pour évacuer la chaleur, sera réduite.

La chaîne en février 2020

Synoptique du RME ADI-2 DAC

 

Les logiciels

Pas de PC sans logiciels à l'intérieur !!!

  • Le driver ASIO Madiface de RME ADI-2 DAC FS.
    C'est ce driver qui gère la liaison USB bi directionnelle en 24 bits à 768 kHz.
    C'est une liaison "informatique" pas une simple liaison "audio" qui n'est pas bi directionnelle.
    Le même dirver est utilisé sur la RME DIGIFACE USB avec 32 canaux en 24 bits à 48 kHz dans les deux sens.
    C'est une performance qui rend obsolète la plupart des DAC estampillé Hi-Fi, en vendus trop cher pour leur performance réelle.
     
  • Le principal est JRiver pour lire la musique dématérialisée en faisant les corrections par convolution.
    RME ADI-2 DAC FS est déclaré dans JRiver en WASAPI. ASIO fonctionne aussi un peu moins bien.
    Lecture des fichiers numérique dans leur format d'origine sans upsampling.
    Les fichiers de correction par convolution sont générés dans 6 formats, 44100, 48000, 88200, 96000, 176400, et 192000 Hz.
    Les fichiers de configuration permettent la lecture en stéréo, en mono D et G, en mono G seul, en mono D seul, pour la mise au point à l'écoute des enceintes, avec un changement en moins de 0.5 s.
     
  • VSTHost et Convolver VST pour corriger par convolution le son qui vient de la télé, ou lors des mesures à travers les corrections.
    RME ADI-2 DAC FS est déclaré dans VSTHost en ASIO aussi bien sur l'entrée que sur la sortie. La même interface doit gêrer l'entrée et la sortie.
    La sélection "à travers les corrections" ou "sans les corrections" se fait dans le DAC RME en prenant l'entrée "Record" ou "Playback" du Monitor Control.
    L'entrée "Record" envoi le flux numérique dans le PC via la liaison USB pour traitement, le flux traité revient vers le DAC toujours par la liaison USB qui est bi directionnelle.
    L'entrée "Playback" envoi directement le flux numérique dans le DAC sans passer par le PC.
     
  • Les corrections par convolution.
    Voir la partie "les autres mise au point" qui ont été faites, et suivre le lien vers le plan d'expérience.
    La qualité d'écoute a été obtenue à ce niveau...

 

Le prix de la solution :

Si vous allez sur les forums, vous voyez souvent la description de systèmes hors de prix.
Pour moi la qualité d'écoute n'est pas dans le prix du matériel utilisé, mais dans la qualité de la mise en oeuvre des corrections par convolution.
Les corrections c'est du savoir faire, ça ne coûte rien.
Si vous ne savez pas faire, votre porte feuilles bien garni n'y pourra rien.

Je ne cache pas mon savoir faire dans le Plan d'expérience sur les corrections par convolution générée avec RePhase.
Je ne cache pas mon désaccord très important avec les recommandations lues sur les forums :
Prenez les conseils au bon endroit, ou essayez à l'écoute les deux approches car seule l'écoute à raison.

  • J'ai acheté d'occasion les ALTEC 420-8B pour 400 € la paire à un particulier.
    Je n'ai pas vu souvent sur internet cette référence en vente, je ne suis pas souvent sur EBAY non plus.
    Ce ne sont pas les seuls large bande du marché, en pas cher regardez chez FANE par exemple.
  • Les enceintes me sont revenues à 300 € bois, vis et peinture. J'avais l'amortissement interne.
  • L'interface numérique RME ADI-2 DAC FS est à moins de 1000 €.
    Je voulais un DAC neutre et fidèle fabriqué par un industriel, pas du matériel ésotérique trop cher pour le contenu électronique réel.
  • Les amplis BEHRINGER A500 étaient à moins de 200 € l'un.
    Choisi pour leur prix, pour l'absence de ventilateur, pour la qualité d'écoute hors du circuit habituel de la Hi-Fi commeciale et chère.
  • Mes câbles n'ont rien d'extraordinaire, et je n'engraisse pas les marchants et fabricants.
    Câble HP de SONO, câble XLR de SONO tout fait, câble USB livré avec l'interface numérique sur lequel j'ai ajouté une ferrite à chaque bout.
  • Un PC sous WINDOWS, avec JRiver qui est le seul logiciel payant.

Même en comptant large, je suis à moins de 3500 €, ce qui devrait faire réfléchir sur le prix de la qualité d'écoute en haute-fidélité...

 

Et l'écoute ?

Avec ces enceintes je parlerai de force tranquile...
Le grave et bas médium d'un HP de 38 cm n'est pas celui d'un 21 cm, même avec une fréquence de coupure légèrement à l'avantage du 21 cm.
Je ne sais pas dans quelle mesure la charge close du 420-8B est supérieure à celle à triple résonateurs du 20DE8, mais le grave du 420-8B est beaucoup moins lourd tout en étant bien là.
Les ambiances sonores des enregistrements sont parfaitement restituées, les mauvais enregistrements sont démasqués sans effort.

Le fonctionnement BIFLEX permet d'avoir une membrane de 17 cm au dessus de 500 à 900 Hz.
Une membrane qui fait effectivement 17 cm, c'est un grand HP de 21 cm en pratique.
Le raccordement entre les membranes est imperceptible, avec la cohérence que j'aime et qui est la caractéristique des larges bande bien corrigés.

Je suis certain que je vais pas rajouter un tweeter, quelque soit les avis des internautes.
Une coupure à 11875 Hz par rapport au 20000 Hz, c'est comme une coupure à 50.5 Hz par rapport au 30 Hz, pas grand chose en moins...
20000 / 11875 = 50.5 / 30, le rapport est le même, les échelles logarithmique sont respectées.

Un auditeur est venu le week-end du 11 novembre 2019.
Les enceintes 3 voies de cet auditeur ont un tweeter DYNAUDIO ESOTAR, l'un des meilleurs tweeters du marché quand il est bien raccordé au médium.
Cet auditeur à noté un manque d'extrême aigu sur certains messages. Normal avec une coupure vers 12000 Hz.
Un manque d'extrême aigu de rime absolument pas avec une mauvaise écoute, ni un manque de rapidité ou encore un son mou.
J'ai encore fait des progrès dans la mise au point après le 11 novembre, la cohérence du message sonore s'améliore encore.

Des connaissances ont fait des tests, il faut une coupure au-dessus de 14000 Hz pour qu'il n'y ai plus de manque à l'écoute.
Le reste est très bons avec une homogénéité remarquable, et si vous avez le moindre doute venez donc écouter.

Deux autres auditeurs sont venus en janvier et février 2020.
En comparaison avec ses enceintes, le dernier à trouver une "matité" dans le haut médium, et aucun manque dans les aigus.
Impossible de savoir si c'est un manque chez moi ou un excès chez lui : Nous allons étudier le problème chacun de notre coté.

Un auditeur, habitué de "Jazz à Vienne" est venu début juillet 2020.
J'aime bien les auditeurs qui vont aux concerts, parce qu'ils connaissent parfaitement le vrai son des instruments.
Quand on sait qu'il y a des audiophiles pointilleux qui ne sont jamais allé au concert acoustique...
J'ai la certitude que l'écoute lui à bien plus.

Oublié le rendu des extrêmes aigu, ce qui passe, et par rapport aux concerts acoustique, comble nos oreilles de 60 ans.
Oublié tout idée d'une voie de plus, que ce soit avec un JBL LE8T ou une compression + pavillon : Le "Ne changez rien" me convient parfaitement.
Oublié la directivité, au point d'écoute l'image sonore est parfaite.
Je vise simplement une excellente écoute, la perfection n'est pas de ce monde, et n'est pas dans mon budget non plus.

Je vais quand même monter et mettre au point une paire d'enceinte avec les JBL LE8T.
Si un défaut est passé à travers, par comparaison il sera décelé.
Un avis externe est toujours intéressant, mais la qualité de la mise au point et la pertinence des choix reste de ma responsabilité.


retour_menu.jpg precedant.jpg navigation_evolution.jpg suite.jpg 10_v.jpg


Valid HTML 4.01 Transitional

Merci pour votre visite.

 

Dômes acoustique : La conception des enceintes acoustiques.

 

Malgré les apparences, ce site internet n'est que celui d'un amateur passionné Auvergnat.
"Amateur" doit être compris dans le sens "non professionnel", dans l'aspect financier de l'approche : Je ne vis pas des revenus de cette passion.
Il y a un savoir vivre élémentaire qui consiste à demander l'autorisation avant de reprendre tout ou partie de ce qui est écrit dans ce chapitre.
Je vous donnerai l'accord, demandez-le simplement pour être en règle. Sont exclus les demandes extravagantes.