Menus déroulants Compteur pour tout le site Dôme acoustique, la conception des enceintes acoustique : 7 706 528 --- Nombre actuel de lecteurs : 33

image121-4.jpg


Mon système en 1988

Mise à jour : 2012-05-12.


Nous sommes en 1988. J'ai le système le plus ambitieux en terme de possibilités que je n'ai jamais eu. Ce système comprend :

  • Un CD DENON acheté en 1984.
  • Un tuner HARMAN KARDON T403 acheté en 1978.
  • Une platine tourne disque sur base THORENS T145 très modifiée, avec bras maison et cellule DENON DL103.
  • Une télé stéréo branchée sur le pré ampli et posée sur le caisson de grave. Les HP de 38 cm ne sont pas blindés.
  • Un pré ampli AUDIOANALYSE C55.
  •  Un ampli AUDIOANALYSE A225, 2x25W en pure classe A.
  • Un baffle 4 voies en 2 caissons séparés + un caisson de grave comprenant :
  • Grave AUDAX PR38EX100VST en bass-reflex de 250 L, les deux 38 cm sont dans le même volume, mais séparés par un évent rectangulaire vertical.
  • Bas médium AUDAX PR33S100 en coffret ouvert à l'arrière.
  •  Médium AUDAX HD17HR37 en coffret ouvert à l'arrière.
  •  Tweeter FOSTEX T925.


La configuration à 4 voies :

A cette époque le filtre est en cours de mise au point. L'idée était d'utiliser le grave en dessous de 150 HZ, le bas médium de 150 à 1100, le médium de 1100 à 6000, et le tweeter au delà.

Deux 38 cm , l'un branché sur le canal droit, l'autre sur le canal gauche, ne donnent pas de bons résultats à l'écoute. Il y a une interférence d'un HP sur l'autre.

La télé posée sur ce caisson a les deux coins du bas en vert a cause des fuites de champs magnétique. La première modification fut de faire deux caisson de 250 L, comprenant chacun un 38 cm, avec un évent rectangulaire horizontal a raz du sol.

Mais la télé à conservé ses coins verts pendant encore 2 ans... Amateur de home cinéma, blindez soigneusement les haut-parleurs à coté de votre télé.


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Un filtre passif qui coupe aussi bas que 150 Hz n'est pas facile à réaliser.
L'impédance du bas médium varie fortement autour de la fréquence de résonance du HP, et nous n'avons pas du tout la pente de coupure souhaitée.
Avec un correcteur d'impédance RLC sur le bas médium le problème aurait été solutionné.
Avec un filtre actif à 150 Hz, et deux amplis, la solution aurait marché.

Indépendamment de ce point technique précis, un filtre 4 voies est très difficile à mettre au point, compte tenu des interactions entre les cellules de filtrage.
Ce déjà n'est pas évident en 3 voies, voir le chapitre sur la simulation des filtres passifs avec le tableur JLMC.
En 4 voies, une vraie 4 voies, c'est pratiquement une gageure.
Évitez au maximum de partir sur une 4 voies...



Le passage à 3 voies

Mise à jour : 2012-05-12.


En essayant plusieurs possibilités de coupure grave - bas médium, je me suis aperçu que plus je remontais la fréquence de coupure, meilleurs étaient les résultats. La fréquence est passée successivement de 150 à 250, 300, 400, 500, 600, 800. J'ai supprimé le bas médium et les résultats étaient encore meilleurs.

image01.jpg

Le médium pouvait reprendre dès 600 HZ. J'ai tenté cette fréquence de coupure pour la remonter vers 800, 1000 et 1500 HZ. Le 38 cm avait été choisi particulièrement linéaire dans le médium, pratiquement sans surtension à 2000 HZ. Pourquoi ? Quand vous avez cinq ou six 38 cm au même prix, il faut bien faire un choix sur un critère...

Coté grave, le baffle ne permettait pas un accord à une fréquence supérieure à 40 HZ car l'évent était en bois, vissé et collé. L'accord le moins mauvais à l'écoute se situait donc vers 15 ou 20 HZ faute de pouvoir aller au delà de 40.

C'est à cette époque que j'ai commencé à tester une optimisation particulière du baffle de grave sur des petits HP de 13 cm. Le grave de 38 cm est passé dans un baffle de 130 L, initialement prévu pour les PR33S100, le médium dans un baffle de 9.7 L, tous les deux en bass-reflex. Quelques livres au fond du baffle m'ont permis de vérifier ma théorie : L'optimum calculé vers 120 L à été vérifié en pratique sur le 38 cm.
Cette optimisation particulière est aujourd'hui abandonnée.

Je reviens une minute sur le PR33S100 en bass-reflex dans 130 L. Un haut-parleur avec un Qts trop faible (Qts=0.15) est incapable de descendre dans le grave, quelque soit le volume. Ces haut-parleurs ont certainement une charge qui leurs convient (le pavillon avant ou arrière), mais je ne l'ai pas trouvée à l'époque.

Le médium HD17HR37 avait du mal à dépasser 6000 HZ. Et le tweeter FOSTEX ne pouvait pas descendre en dessous. Le raccord entre les 2 n'était pas optimal. Attention au choix de certain tweeter à compression réputé, si votre médium ne monte pas jusqu'a 8000 Hz.

Le 2x25W classe A s'est avéré être une catastrophe en terme de fiabilité. Il a subit plusieurs réparations qui n'étaient pas fiable dans le temps. Un vendeur m'a dit une fois, "Mon réparateur est le meilleur de France". La réparation a tenue 1/4 d'heure... Y a t'il des concours de réparateurs pour être le meilleur de France ? Si vous rencontrez le cas, fuyez... Je l'ai remplacé par un DENON POA 2200 de 2x220 W en conservant le pré ampli AUDIOANALYSE.


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Le tweeter FOSTEX T925 est excellent au dessus de 15000 Hz, et ne pouvait pas descendre assez bas pour reprendre correctement à 5000 Hz.
Mais lorsque vous en avez lu beaucoup de bien dans la revue l'AUDIOPHILE, vous ne le remettez pas en cause.
J'ai traîné cette cause des années encore, avec des choix de solutions par toujours judicieux, par la non remise en cause de cette technologie de tweeter.
Le chapitre Filtre pour ajouter un tweeter à un large bande lui règle son compte une bonne fois pour toute.

Le filtre retenu, avec des coupures à 600 et 6000 Hz à 18 dB Butterworth n'est pas trop critiquable.
Mais le filtre à 18 dB avec raccord à -5 dB n'était pas connu à l'époque.
Impossible de dire si la mise au point à l'écoute nous a fait dériver vers le raccord à -5 dB. Sur le choix des selfs, je suis sur que non.
Aujourd'hui, avec un tweeter qui descend jusqu'a 2000 Hz, en laissant le grave monter jusqu'à 800 Hz, il existe des structures de filtre performantes qui laissent le médium presque en HP relais.
Voir le chapitre sur la simulation des filtres passifs avec le tableur JLMC.



Le passage en 2 voies

Mise à jour : 2012-05-12.


Pour régler le raccordement entre médium et tweeter, j'ai acheté une chambre de compression RCF N482 avec le pavillon FD700 de MHP. Mes baffles passaient en 2 voies, avec un filtre à 1500 HZ. Le filtre à d'abord été un 6dB, puis un 18 dB et enfin un 18 dB symétrique pour être une dernière fois amélioré avec un correcteur RLC sur la compression, mais sans correcteur RC sur le 38 cm.

image221.jpg

Une bonne amélioration a été le remplacement du pavillon FD700 par un pavillon calculé par mes soins et qui respecte parfaitement le raccord avec la chambre de compression. La chambre de compression a une sortie légèrement conique, le pavillon FD 700 à un début presque cylindrique. Nous sommes à l'époque ou la revue l'AUDIOPHILE a sorti son article sur "Le dressage des escargots" qui insiste sur la continuité des profils et des tangentes. Ce pavillon est décrit, avec photo, au chapitre pavillon.

Mais il restait un problème de fond : un 38 cm à 1500 HZ c'est limite. Et la petite chambre de compression 1" ne pouvait plus rien faire en dessous de 1000 HZ. Pourtant, dans cette configuration, beaucoup de gens les trouvaient bons... Si j'avais eu un peu (!) d'argent, j'aurai pu acheter une chambre de compression plus performante à 3500 F (535 €) avec un pavillon plus grand à 4000 F (610 €) soit 15000 F (2300 €) pour la paire de baffles, excusez du peu... Avec du recul et Internet, j'aurai certainement trouvé moins cher entre 1/3 et 1/2...

Certain d'entre vous utilise cette solution, avec des haut-parleurs mieux adaptés. Voici le filtre que j'utilisais à l'époque, le 17 août 1997 dans mon cahier numéro 4 :

image74.jpg

Aujourd'hui, je referai exactement le même filtre, mais avec un atténuateur à impédance constante entre le condensateur de 27.2 uF et la compression. D'autre part je décalerai légèrement les fréquences de coupure pour un raccordement à -5 dB suivant la méthode JLMC.

J'ai récupéré une paire de SUPRAVOX T215 ORTF que j'ai monté à la place du 38 cm, mais en conservant le filtre passe bas sur le SUPRAVOX. Après mise au point du filtre, la fréquence de coupure était pratiquement inchangée. Le volume optimal se trouvait vers 100 L, quelques bouquins au fond du baffle ont fait l'ajustement nécessaire. La revue l'AUDIOPHILE est très bien pour cela...

La combinaison de haut-parleurs utilisés (et uniquement cette combinaison là) ne donnaient pas de bons résultats avec une coupure à 1500 Hz. Le SUPRAVOX n'apportait rien de plus par rapport aux 38 cm. Je suis revenu au 38 cm. C'est mon frère qui à récupérer les SUPRAVOX dans un baffle de 100 L avec résonateur. Mon père avait fait bien des essais avec ces HP, avec la charge RJ préconisée par SUPRAVOX et la fibre de papier. Un bon bass-reflex, optimisé par le rendement, et un résonateur ont transfiguré ce haut-parleur.

Quand on filtre 2 HP à 18 dB, en supposant que les 2 HP se comportent comme une résistance pure, la somme de ce qu'on récupère n'est pas égale au signal de départ. Il existe une solution théorique avec un HP relais filtré à 6 dB qui permet de récupérer le signal de départ. (Cet avis est certainement faux, voyez le chapitre tweeter et filtre)

Sur une brocante, j'ai trouvé pour 100 F (15 €) une paire de HP SIARE bi cônes à aimant ALNICO. Je les ai essayés en HP relais dans un baffle clos de 20 L. Ce n'était pas terrible. Je les ai monté sur un petit baffle plan. C'était mieux. C'était encore mieux en supprimant la chambre de compression et en laissant monter le 21 cm. Mais ça manquait quand même d'aigu.

Pas de problème, j'ai ressorti les FOSTEX T925 du placard, une petite self sur le 21 cm, une résistance + un condensateur sur le FOSTEX, et après comparaison, suppression de tout. Le 21 cm marche mieux seul...

Coté basse fréquence, plus j'agrandissais le baffle plan, meilleurs était les résultats. J'ai fini par me réaliser un baffle plan aux côtes d'un baffle plan CEI, mais avec les 2 côtés montés sur charnière. Les côtés faisaient respectivement 52 et 32 cm, le panneau du milieu 32 cm, le tout en 150 cm de haut. Toutes tentatives de rajouter un grave sur le baffle plan s'est soldé par un échec.

Il y a une notion très importante en acoustique, c'est le WAF. (A ne pas confondre avec le WHOUAF des ignorants!). Le WAF c'est le WOMAN ACCEPTANCE FACTOR. Madame, qui est quand même bien compréhensive, m'a interdit de faire des baffles plus grands qu'elle. Elle mesure 1M56... Les 1M50 de mes baffles plan viennent de là. J'aurai préféré 1M70... Il ne faut surtout pas négliger le WAF dans la conception de ses baffles...

J'ai tenté de rajouter un grave (mes PR38 ou PR33 ressortis du placard) en bass-reflex mais dirigés vers le sol, avec le baffle plan surélevé de 8 cm environ. Le PR33 est meilleurs pour cette application que le PR38 compte tenu du filtre utilisé. Après avoir essayer des filtres à 6 et 18 dB, passe haut et passe bas à 150 HZ, j'ai supprimé complètement le grave. C'était un peu mieux sans filtre sur le 21 cm. Mais il aurait fallu filtrer grave à 50 ou 60 HZ. En passif ce n'est pas possible... (?)


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Faire grimper trop haut un 38 cm est la garanti de l'échec assuré.
Le filtre n'est pas un filtre à 18 dB/octave avec raccord à -5 dB.
Dans le cas présent, il aurait sans doute fallut passer au filtre Linkwitz Riley à 24 dB/octave. Je ne le connaissais pas à l'époque...

Une autre idée aurait été d'abandonner le 38 cm au profit de deux HP de 25 cm en montage MTM, mais ce n'était absolument pas dans mon état d'esprit à l'époque.



Le large bande

Mise à jour : 2012-05-12.


La configuration était le 21 cm seul sur baffle plan. J'étais parti 10 ans avant d'un quatre voies...

J'ai eu l'occasion d'essayer un ampli à lampe FILSON de 2x25W. Malgré un manque de linéarité dans l'aigu, les résultats étaient très agréables. Un jour, un des 2 transformateurs d'alimentation s'est mis à fumer. Les enfants ont accourus affolés. J'ai eu l'interdiction formelle de le faire réparer et de le remettre en service. Le WAF...

Le retour aux transistors fut dur. J'ai réalisé un pré ampli passif qui remplace le C55 AUDIOANALYSE. Le mariage pré ampli passif + DENON POA 2200 est bon et beaucoup plus linéaire que le FILSON à tubes.

J'ai lu un banc d'essais d'un baffle PHY HP, avec un très bon 21 cm large bande, complété par un tweeter à pavillon réalisé à partir d'un tweeter piezo électrique MONTOROLA. La justification du choix de la technologie piezo électrique m'a paru pertinente. J'ai acheté une paire de tweeter MONTOROLA pour 100 F (15 €). Avec une résistance sur le tweeter et rien sur le 21 cm, ça marche!!!
Et là, pas question de supprimer le tweeter, c'est une perte d'information claire et net.

Suite à un déménagement, j'ai réimplanté mes baffles dans une autre pièce. Je me suis souvenu d'un article de la NRDS qui parlait du positionnement des baffles dans la pièce. Après un essai concluant de réglage en profondeur et en largeur, j'ai refaits le morceau central du baffle plan pour mettre le 21 cm à la bonne hauteur. Avec les 3 réglages, longueur, largeur et hauteur les baffles plan manquaient beaucoup moins de grave et descendaient plus bas. Les résonances de la pièce faisaient un effet de masque sur le grave. Cette méthode est décrite au chapitre la pièce d'écoute.

J'ai acheté 2 planches de plus pour régler, dans ma pièce et pour mon implantation, la taille des panneaux latéraux du baffle plan. Ils font respectivement 56 et 59 cm, le panneau central fait 28 cm, toujours en 150 cm de haut. Maintenant j'ai du grave, du vrai (?), et je pense beaucoup moins à me réaliser un caisson central de grave avec un module ampli filtre de home cinéma.

Le manque de grave se fait quand même un peu sentir. Quand on rajoute une résistance en série avec un HP, le Qts remonte. Un baffle plan descend bien dans le grave si le Qts est de l'ordre de 0.70. J'ai essayé une résistance de 1.8, 2.7, 3.9, 4.7, 5.6, 6.8 et j'ai trouvé l'optimum à 8.6 Ohms.

Le gain en basses fréquences est sensible, mais le supplément de grave se traduit par plus d'ampleur, avec toujours une extrême vivacité, et une séparation assez fantastique entre les différentes notes de grave.


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

La solution marche fort bien et je la conseille encore aujourd'hui.
Le large bande qui convient pour une utilisation seul sur un baffle plan, est celui qui a un Qts élevé.
Et même avec un Qts élevé, il faut des cotés latéraux assez grands pour avoir du grave.

Il y a un point qui mérite d'être évoqué, votre degré d'exigence.
Pour un Internaute très exigent, le large bande seul ne lui suffira pas.
Pour un Internaute moins exigent, la solution est absolument remarquable.
Dans mon cas, après des galères avec des systèmes multi voies, j'ai apprécié d'écouter enfin de la musique...



Grave sur baffle plan

Mise à jour : 2012-05-12.


Même avec les résistances séries, le grave du 21 cm est assez limité. J'ai envisagé un moment de me faire un caisson de grave avec un ampli filtre de Home Cinéma, et j'ai reculé devant le prix des amplis filtres. Les vendeurs donnent certainement de bons conseils, mais quand le porte monnaies ne veux pas suivre c'est peine perdue...

J'ai monté les 38 cm sur le baffle plan, à une hauteur calculée qui n'excite pas les résonances de ma pièce. Je n'ai pas voulu le mettre à raz du sol, pour gagner quelques dB dans le grave, et me retrouver avec des toniques indésirables. La face avant du baffle plan est passée de 28 à 42 cm, l'axe du grave est à 41 cm du sol.

J'ai fait la mise au point d'un baffle à deux voies pour un jeune collègue. HM210G0 en BR de 60 L, filtré avec 1.5 mH, et TW025A0 filtré à 18 dB. En écoute intimiste, le niveau de grave semble même supérieur à celui des mes 38 cm sur baffle plan. Mais dès que le niveau sonore monte un tant soit peu, le baffle plan enterre littéralement le 21 cm en BR (Série HM quand même !) qui ne suivent absolument pas en dynamique, en niveau de grave en puissance, en élargissement de la scène sonore. La quantité d'informations et la définition sont supérieures sur le baffle plan.

Je n'ai jamais entendu autant de sons graves différents et de niveaux différents, de franchise des percussions que sur baffle plan. L'aération du bas médium qui en résulte ajoute une vie à la restitution sonore convaincante.

Une discussion sur un forum de HI-FI m'a appris qu'il ne fallait pas un baffle plan trop grand pour le médium, pour avoir une image sonore plus grande. J'ai essayé l'hypothèse inverse en ajoutant un tasseau de 4 cm sur la tranche supérieure des panneaux. Le résultat était moins bon.
J'ai recoupé le haut des baffles de 24 cm, et le médium et l'image sonore sont beaucoup mieux.


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Un grave de grand diamètre apporte un plus au large bande monté sur baffle plan.
Malgré la coupure certainement plus rapide dans le grave que l'enceinte deux voies citée, l'énergie de ce qui est reproduit enterre complètement le pauvre petit 21 cm.
Ce point est discutable en fonction de votre degré d'exigence et de vos goûts d'écoute.

Si vous préférez le grave et les aigus en avant, avec un médium creusé, cette solution de grave sur baffle plan ne vous conviendra pas, passez directement à l'U-FRAME ou le H-FRAME avec égalisation.



Mes baffles plan filtrés en passif

Mise à jour : 2012-05-12.


Le plan initial :

image42.gif

La réalisation est en aglo de 22 mm, bien que des panneaux sablés soient préférable. Les panneaux sont articulés entre eux avec des charnières à piano de longueur 150 cm. La stabilité de l'ensemble est irréprochable grâce aux panneaux latéraux.

N'oubliez pas une planche de 20x20 cm au sommet du baffle pour le pot de fleur de madame. J'ai fixé sous le 38 cm un spot dirigé vers le plafond pour assurer un éclairage d'ambiance quand on regarde la télé.

La zone centrale qui tient le 38 cm est réalisée avec 3 panneaux de 22 mm, dont un pour l'encastrement du 38 cm. Les boulons qui tiennent le HP traversent toute l'épaisseur, des écrous et rondelles assurent le serrage énergique.

Le médium est fixé sur une plaque de 12 mm d'épaisseur pour aligner le 1/3 avant de la membrane du 21 cm avec le 1/3 avant de celle du 38 cm. Une 2eme plaque de 10 mm assure l'encastrement du HP.

Le tweeter est posé sur sa cale en bois, elle même vissée sur une planche perpendiculaire. Sous cette planche, un tasseau de 20x20 mm tient les deux fiches bananes d'alimentation.


Le plan modifié :

image55.gig

Par évolution successives, je suis passé à la forme du milieu hauteur 1.22 m, puis à la forme de droite avec les cotés arrondis. Je n'ai pas encore adoptée la solution des cotés arrondis en spirale d'Archimède.

Définition des cotés en spirale d'Archimède pour un baffle déplié de 56+42+49=147 cm de large, et un haut-parleur à 81.5 cm du sol.
Calcul avec largeur = 1.414 m et hauteur =1.140 m.
Largeur baffle = 1.490 m, hauteur baffle = 1.207 m, hauteur HP = 0.815 m.

image06.jpg

Mon repérage peut vous sembler bizarre, le point 0,0 est le point :
- En bas à gauche du panneau gauche.
- En bas à droite du panneau droit.
Quand vous serez avec votre mètre ruban et votre crayon devant votre planche, cela vous semblera logique.
L'angle 0 est la verticale, l'angle 90 est l'horizontale.
En dessous de la hauteur 0.544, le baffle est vertical. Il n'est donc pas nécessaire de le définir.


Le filtre passif :

Le grave est un AUDAX PR38EX100VST, le large bande un 21 cm SIARE bi cônes à aimant alnico, le tweeter un FOSTEX T925.

Mise à jour du plan du filtre le 15/06/2003.

image39.jpg

Le grave est filtré par une self de 10 mH, débobinée de 61 tours. Il est atténué par une résistance de 1.3 Ohms en série et 14.3 Ohms en parallèle. Le correcteur RLC fait 6.7 Ohms, 5.0 mH et 400 uF.

Si le grave n'est pas encore filtré en symétrique, c'est que je n'ai pas encore pris le temps de faire mesurer la self en résistance interne et inductance, pour en commander d'autres de même inductance mais avec du fil plus gros pour que la résistance interne soit deux fois plus petite.

Le large bande est filtré en symétrique à 6 dB/octave avec 158 uF à 180 Hz environ. Le correcteur RLC est supprimé suite a de nombreuses écoutes, depuis qu'il y a un condensateur en série. Sans filtrage symétrique, il n'y aurai qu'un seul condensateur de 79 uF

Le tweeter est filtré en symétrique à 6 dB/octave avec 1.0 uF à l'étain. Il est atténué par une résistance de 7.4 Ohms (3.7+3.7) en série et 1.00 Ohms en parallèle. Le correcteur RLC fait 11.3 Ohms, 0.56 mH et 6.5 uF.

Mise au point de la coupure grave avec le large bande : La combinaison de la self de 10 mH, débobinée de 61 tours, la résistance série de 1.3 Ohms et parallèle de 14.3 Ohms, assurent à la fois une fréquence de coupure optimale vers 180 HZ et un réglage du niveau du grave par rapport au 21 cm.
Le réglage se fait en fixant arbitrairement la résistance série, et en cherchant à l'écoute la résistance parallèle qui convient le mieux. Quand deux combinaisons de résistances série et parallèle sont trouvées, l'écoute permet de choisir la meilleure solution.
Le processus de réglage recommence avec une troisième combinaison, et ainsi de suite jusqu'au réglage optimal.
Le réglage est possible dans ce cas car le 21 cm large bande a une sensibilité assez faible, de l'ordre de 92 dB.
Une fois la self du grave au point, il est possible de rajouter les condensateurs de 238 uF sur le 21 cm large bande.
Si la sensibilité du large bande avait été plus élevée, il aurait fallu conserver la résistance en parallèle sur le 38 cm pour ajuster la fréquence de coupure, et mettre une résistance série sur le 21 cm large bande pour ajuster les niveaux relatifs.

Si on estime à 3 Ohms la résistance de la self, le QT du HP est remonté de 0.375 à 0.64, la sensibilité tombe de 97.1 dB à 92.3 dB/2.83V/m.

Les compensateurs d'impédance RLC du grave et du tweeter sont réglés sur la bosse d'impédance générée par les haut-parleurs et leurs filtres à la fréquence de coupure, et en aucun cas sur la fréquence de résonance propre de l'un des haut-parleur.


Écoute :

Que donne à l'écoute un tel système ?
Si je vous donne mon avis je ne saurai pas objectif. Je préfère donner celui d'un audiophile et pianiste, Paul, qui a écouté beaucoup d'autres systèmes pour avoir un avis objectif.
C'est la configuration décrite ci-dessus qui est écouté ici.

L'écoute de votre système m'a édifié : en baffle plan les HP "respirent" aux dimensions de la pièce, C'est une expérience unique : je n'ai jamais rien entendu d'aussi beau, sauf peut-être les panneaux QUAD 989 sur les amplis à tube KT 88 (110.000F l'ensemble), quoique le grave des quand soit moins tenu, et l'ensemble peut-être moins dynamique.

Pourtant j'ai déjà fait plusieurs fois le tour de tous les auditoriums L..., vendeurs de kits compris. Peut-être suis-je habitué à plus d'énergie dans l'extrême aigu avec mon HEIL, mais je ne suis pas certain que cela soit naturel. Ce qui est confondant est l'extraordinaire qualité des résultats avec des électroniques assez simples, et cela fait plaisir de voir qu'en HI-FI l'électroacoustique passe avant tout.

J'ai écouté les PHY-HP chez M... à L... . Je voulais écouter des SUPRAVOX, mais ils n'en avaient pas. Il faut dire que c'était sur des électroniques à transistor dont j'ai oublié la marque (par le fondateur de REGA m'a-t-on dit), en charge TQWT contreplaqué d'épicéa selon les recommandations du fabricant. Résultat :

  • Sur une petite formation à petit volume, c'est extraordinaire: très fin, beaucoup d'expressivité, on sent qu'il doit y avoir très peu de distorsion: ce que j'ai entendu de mieux avec les panneaux quand.

  • Dès que le volume monte et qu'on passe au gros orchestre: la catastrophe: le médium se pince, le son est projeté comme sur mon autoradio à 1000 balles !!!!!

Le système de "Conception des enceintes acoustiques" : Exactement les mêmes qualités dans le médium, mais ceci quelque soit le niveau et l'ampleur. Ce qui est extraordinaire, c'est la présence très classe du grave : Juste ce qu'il faut et parfaitement tenu, je n'ai jamais entendu ça. On sent qu'il y a peu de distorsion, que les HP respirent, que le rendement est bon par la profusion de détails, mais toujours avec une certaine classe. Ce n'est pas hyper démonstratif. Vraiment pour mélomane. De plus avec des électroniques hyper abordables !!

Seule chose: avec mon tweeter HEIL (exceptionnel) je suis habitué à plus de présence de l'aigu et de dynamique en haut. Mais tout compte fait, je me demande si c'est fidèle à la réalité : là, je pense que, ça devient une question de goût, et je me demande si je ne choisirais pas un aigu plus discret que le mien. Il faut dire une chose capitale : "Conception des enceintes acoustiques" a peaufiné l'équilibre de ses enceintes en harmonie avec la pièce d'écoute ce que je n'ai pas chez moi et ce qu'on n'a pas dans les magasins.

Si le baffle plan peut donner avec des moyens assez simples des résultats excellents, il demande seulement quelques tolérances d'aménagement intérieur de votre séjour, et une patiente mise au point qui n'est pas réalisable par tous.


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Si je devais refaire ce système avec un filtre passif passif, je ne le ferai pas pareil :

  • Le grave serait en U-FRAME ou en H-FRAME, avec un HP qui a un Qts adapté.
  • Au lieu d'un 21 cm large bande, je prendrai deux médium de 17 cm pour un montage MTM.
  • Le tweeter serait capable de reprendre à 2000 Hz, et n'aurait pas une membrane annulaire.
  • Le filtre ne serait pas un filtre symétrique et serait choisi dans les filtres qui vont bien à la simulation, voir le chapitre sur la simulation des filtres passifs avec le tableur JLMC.
  • Enfin la mesure à montré que les belles spirales d'Archimède si satisfaisante pour l'esprit ne servaient à rien lorsque les baffle plan sont placés dans votre salon.

Le chapitre existe, je le laisse, mais il n'est plus bon du tout...



Filtre actif, bi-amplification active

Mise à jour : 2012-05-12.


Une petite annonce proposait un filtre actif BEHRINGER 2300 à 100 €. C'était l'occasion rêvée de passer en bi-amplification.
Il me fallait un 2ème ampli. Un LUXMAN LV-113 d'occasion à 120 € fera l'affaire.
Bon achat, il est meilleurs que le DENON POA 2200. Mais il n'y a pas d'entrée directe au niveau de l'ampli de puissance seul.

La connectique du filtre actif était en XLR. Les 6 adaptateurs XLR/RCA coûtent 54 €. C'est la mauvaise surprise, tenez en compte... Dans ces conditions, le passage à la bi-amplification ne coûte que 274 €, ce qui n'est pas excessif.
Un filtre passif à 180 Hz revient à 150 € environ.

La bi-amplification passive marche mieux que la mono amplification. Le correcteur RLC du grave n'est plus nécessaire.
Le filtrage actif du grave, avec le large bande et tweeter en passif sur le 2ème ampli marche encore mieux. Mais c'est le filtrage actif intégral qui est de loin le meilleur.
Les pentes de coupure plus raide, à 24 dB/octave de type Linkwitz Riley au lieu de 6 dB/octave en passif, autorisent une coupure plus basse à 130 Hz au lieu de 190 Hz.

Enfin, sur baffle plan, les deux haut-parleurs de grave et large bande sont sur le même panneau. Le réglage "DELAY" du filtre actif autorise la mise en phase par simple rotation d'un potentiomètre. Le gain est là aussi important. Ce réglage est indispensable si vous n'avez pas la possibilité de déplacer en profondeur un haut-parleur par rapport à l'autre.
(J'ai découvert plus tard que la mise en phase acoustique, par alignement dans le même plan vertical des centres acoustique des HP était tout de même nécessaire).

Le bilan est un énorme gain de qualité globale. Le haut grave / bas médium est beaucoup plus propre qu'en filtrage passif. La quantité d'informations qui passe est encore plus grande. La tenue en puissance a encore fait un bon. Par contre, il y a un léger buzz de fond que je n'avais pas en passif mono ou bi-amplification. Je cherche des solutions. Ces gains sont obtenus avec une connectique bas de gamme entre les électroniques. Il y a encore des améliorations possibles.

A la prochaine occasion je passe en tri amplification.
Si vous avez un système à réaliser, Préférez la bi ou tri-amplification avec des électroniques moyennes plutôt que la mono amplification avec un super ampli...

Filtre actif ou pas, il faut penser à corriger le Qts du haut-parleur de grave pour l'amener à 0.80 ou plus. Une résistance de 6.7 Ohms (12 et 15 Ohms en parallèle) le fait très bien et apporte un gain de 3 dB à 63 Hz.
Une valeur un peu plus faible (6 Ohms pour un Qts de 0.74), ou un peu plus forte (7.5 Ohms pour un Qts de 0.83), est moins bonne à l'écoute.


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Rien...
Si vous pouvez éviter l'étape filtre passif pour passer directement au filtre actif, vous gagnerez du temps et de l'argent.



Filtre actif, tri amplification active

Mise à jour : 2012-05-12.


Une autre petite annonce proposait un filtre actif BEHRINGER 2300 pour 85 €. Avec les frais de port, cela a fait 95 €. Le troisième ampli fut un CAIRN 4807 à 230 €. Enfin la connectique XLR est revenue à 36 €, un câble XLR male / XLR femelle de 60 cm de long coûtant presque le même prix qu'un adaptateur XLR / RCA.
Le passage en tri amplification me revient donc à 361 €.

La fréquence de coupure du large bande et du tweeter est descendue immédiatement à 7500 Hz au lieu de 12 à 15000 Hz en passif ( 0.47 uF en série avec le tweeter, coupure naturelle du large bande ).
Le gain en propreté du haut médium et de l'aigu est sensible. La puissance acoustique est encore augmentée.
Il n'est pas possible de descendre la coupure plus bas sans perte de qualité. Ce doit être la limite de ce tweeter pourtant donné pour descendre à 5000 Hz.
Mais il faut noter un buzz sensible à moins de 1 m, les filtres actifs BEHRINGER 2300 et 2310 ne sont pas un modèle de silence.

La petite annonce proposait pour 100 € un lecteur PHILIPS CD723 modifié (Voir en annexe). Je n'ai pas laissé passé l'affaire...
Je l'ai reçu un soir, mais je n'ai pas eu le temps de bien l'écouter.
Par contre, en rentrant du travail le lendemain, ce sont mes enfants ( 10 et 14 ans, la "petite" de 7 ans n'a pas d'avis ) qui m'ont dit : "Il est bon ton nouveau lecteur Papa".
Or ils n'ont pas fait d'écoutes comparatives. C'est un jugement en absolu sur leur mémoire auditive. J'en suis resté sur le cul, si je puis me permettre.
Mes écoutes confirment parfaitement leur jugement, Le DVD n'est pas si bon que cela en comparaison.

J'ai ressorti les compressions 1" + pavillon pour les essayer à la place des tweeters FOSTEX T925.
Ces compressions sont capables de marcher à partir de 1000 Hz. Les 21 cm larges bandes montent jusqu'a au moins 15000 Hz.
La plage de fréquences de coupures théoriques possibles est grande, de 1000 à 15000 Hz...
La pratique est tout autre. La coupure optimale se trouve à 1200 Hz.
Mais l'écoute est décevante à la longue, en semblant meilleure en comparaison immédiate.
Il faudrait certainement essayer en 4 voies, mais devant la facilité à faire monter les 21 cm jusqu'à 6000 ou 7000 Hz, j'ai préféré retirer les compressions et revenir aux tweeters.

J'ai troqué mon 2310 par un 2300, extérieurement identique au mien, mais modifié DIY à l'intérieur.
La première différence est un crantage des potentiomètres deux fois plus fin sur le 2300 que sur le 2310. La précision de réglage est meilleure.
A l'écoute, la différence est flagrante, et l'aigu est bien meilleur avec le 2300.
La fréquence de coupure a été remontée aux alentours de 8000 Hz.

Dans une discussion sur les caissons de basses dans un forum, un internaute disait qu'en rajoutant 3 composants passif entre le filtre actif et l'ampli de grave, et a condition d'avoir une fréquence de coupure assez basse, il était possible de remonter progressivement le niveau de +1 dB a 90 Hz, +3 dB a 40 Hz et +5.5 dB à 20 Hz. Voir le chapitre Filtre Actif.

image220.jpg
 

J'ai utilisé une capa de 220 nF et une résistance de 8.2 K au lieu des 470 nF et 10 k, et je n'ai pas supprimé la résistance en série avec le grave.
Il y a plus de grave, une image sonore beaucoup plus grande, et la clarté du bas-médium est rigoureusement la même qu'avant.
Absolument remarquable ce petit montage à 1 €...

Faire écouter son système a des internautes mieux équipés que vous, permet aussi de déceler les défauts rapidement.
Les tweeters FOSTEX T925 sont remarquables au dessus de 15000 Hz, mais manquent de corps de 5000 à 15000 Hz. Cela se traduit par un manque de définition dans le haut médium.
Le remplacement par des tweeters FOSTEX FT66H avec une coupure à 5200 Hz a réglé le problème. Mais je défie quiconque, a la simple vue de la courbe de réponse, de le savoir...
L'extrême aigu est un peu plus atténué qu'avec les T925, mais le gain global est très nettement en faveur du FT66H.
Si on fait un retour en arrière, la combinaison médium AUDAX HD17HR37 / FOSTEX T925 aurait beaucoup mieux fonctionné avec ce FT66H.
C'est la première fois que je prends les articles de l'audiophile a défaut à ce point. J'ai su plus tard que le FT66H n'existait pas à l'époque.


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Je ne sais toujours pas pourquoi compression + pavillon n'ont pas mieux fonctionnés qu'un tweeter.
Sans doute faut-il éviter les différences de sensibilité trop importante entre les HP ?

J'ai toujours les tweeters annulaires à haut rendement, qui m'interdisent des coupures plus basse entre médium et tweeter.
Un simple tweeter à dôme coupé à 2000 Hz marche bien mieux, et avec la multi amplification active la différence de sensibilité n'est plus un problème.



Les filtres actif BEHRINGER 2300

Mise à jour : 2012-05-12.


Même avec un filtre actif à 170 Hz, pente 24 dB/octave, entre la coupure grave / large bande, et un ampli par haut-parleur, il y a quelques éléments passifs sur les haut-parleurs pour corriger les filtres actifs.
Les BEHRINGER 2300 n'ont pas la possibilité de régler indépendamment la fréquence de coupure en passe haut et en passe bas.
Le moindre défaut dans l'un des haut-parleurs se traduit par un pic dans la courbe de réponse.

image238.jpg

Les 2 résistances séries de 6.97 et 8.60 Ohms permettent de remonter le Qts des haut-parleurs grave et large bande à 0.8 pour avoir une réponse correcte et une assise dans le grave. Elles sont indispensables
La réponse dans le grave est encore accentuée avec le boost situé entre le filtre actif et l'ampli de grave.

La capa de 118 uF sur le large bande corrige un défaut du filtre actif à la coupure de 170 Hz.
La self de 0.2 mH sur le large bande et la capa de 6.5 uF sur le tweeter corrige un défaut du filtre actif à la coupure de 5200 Hz.
La capa de 6.5 uF corrige en plus le reste de la bosse à 4000 Hz dans la réponse du tweeter.
Il manque une self d'environ 6 mH en série avec le grave, mais je n'ai pas cette valeur sous la main.

Le tweeter est un FOSTEX FT66H.
Le large bande est un SIARE ALNICO bi cônes.
Le grave est un AUDAX PR38EX100VST.


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Un égaliseur permet d'éviter les composants passifs de correction, avant ou après les amplis.
Un filtre actif numérique permet un filtrage beaucoup plus fin.
Paris ne s'est pas construit en un jour, ma chaîne non plus.



DCX 2496

Mise à jour : 2012-05-12.


La petite annonce disait : Vend DCX 2496 pour 350 €. Je l'ai eu pour 341 €, port gratuit.
La revente de mes deux 2300 et des adaptateurs XLR / RCA m'a rapporté 230 €. Je n'ai investi que 111 €...

Par une autre petite annonce, j'ai eu deux MONACOR SP-200X mutilé : Le bi cônes à été coupé. 47 € port compris la paire.
Un essai sans préjugé me les ont fait conserver.

image05.jpg

Dès le premier réglage, l'écoute avec le DCX 2496 a été meilleure qu'avec les 2300.
Ma fille Manon 7 ans 1/2 à l'époque a eu le mot suivant : "L'écoute est plus libre, Papa". Adorable les mots d'enfant non ? Et surtout parfaitement juste.
Les pentes et fréquences de coupure étaient les même qu'avec les 2300 lors de cet avis.

Il y a une difficulté de mise en oeuvre de ce filtre :
Il faut l'attaquer à un niveau aussi élevé que possible, idéalement proche du "0 dB", et avoir une atténuation suffisante sur les potentiomètres d'entrée des amplis pour avoir un niveau d'écoute pas trop élevé.
Au niveau entrée, avec mon préampli passif, je suis à "-30 dB" sur les crêtes à niveau sonore élevé.

La solution des puristes, attaquer le filtre actif à niveau constant en prenant le signal avant le potentiomètre de volume du préampli, et ajouter un atténuateur à 6 pistes en sortie, ne me tente pas pour l'instant.
La documentation BEHRINGER montre toujours le DCX 2496 derrière une table de mixage.
Plus de deux ans après avoir acheté ce DCX, je n'ai toujours rien fait à ce niveau.

Les appareils HI-FI tombent parfois en panne, ou préviennent qu'ils vont tomber en panne.
En rentrant de vacances, mon LUXMANN devait être éteint après 2H30 d'écoute, car il y avait un crachotement inacceptable sur un canal par forte température extérieure.
J'ai trouvé une paire de HAFLER TA1600 "d'occasion neuf" qui marchent fort bien avec un câblage sur les bonnes entrées, et une prise casque débranchée sur le bornier HP. Description en annexe au bas du chapitre.
La qualité du médium aigu est en hausse avec ces deux petites merveilles.


J'ai fait écouter mon système à plusieurs internautes. Je suis en effet mal placé pour donner un avis objectif sur l'écoute de ma chaîne.

Mon grave sur baffle plan n'a jamais convaincu (sauf en filtrage passif). Il est certes très rapide et très bien intégré au reste du spectre, mais tous ceux qui l'ont écouté disent qu'il est court dans le grave.
Après les avis divergent, pour les uns c'est inacceptable, pour les autres un grave très propre et court et préférable a un grave qui descend plus, mais qui se laisse aller.
Toujours est-il que même avec 17 dB de correction dans le grave à 25 Hz, la réponse subjective n'est pas celle attendue, et ce point sera sans doute a corriger.
Je ne suis qu'a moitié convaincu.
Mon étalon sonore reste l'orchestre symphonique de LYON a l'Auditorium, et il n'y a pas tant de mal que cela.

 

image254.jpg

Février 2006 :

Il fallait faire quelque chose contre le manque de graves :
J'ai ajouté un 2eme haut-parleur de 38 cm sur chaque baffle, un PR380T0 avec un Qts de 0.64 et une Fs à 52 Hz.
Les haut-parleurs ont bien sur été acheté d'occasion.

La hauteur du haut-parleur n'a pas été choisie au hasard : 61 cm correspondent a une annulation de résonance dans ma pièce.
C'est le 38 cm en façade qui est placé trop bas (41 cm), mais compte tenu de la position du large bande, il n'y avait pas d'autre solution.

La sensibilité du PR380TO est un peu plus faible que celle du PR38EX100VST en façade.
Celui-ci a une résistance en série, qui fera remonter sont Qts légèrement.
Comme le Qts est aujourd'hui de 0.38, il n'y a pas de problème particulier.
La résistance à une valeur théorique de 2.78 Ohms pour une atténuation de -1.3 dB sur 8 Ohms, et a été réalisée avec 3 résistances en parallèle, 4.7 Ohms, 12 Ohms et 15 Ohms.
La valeur exacte sera affinée aux essais.

J'ai conservé un boost sur le grave, mais plus modéré qu'avec un seul 38 cm : 6.9 dB.

L'extrême grave est coupé à 12 dB/octave en dessous de 34 Hz, il est inutile d'essayer de faire passer un message que sont incapables de reproduire des HP qui résonnent vers 50 Hz à l'air libre.


Mai 2006 :
J'ai toujours corrigé plus ou moins bien le LB dans le médium. Dans un 2eme temps j'ai ressenti le besoin de rajouter de bas médium. Mais un certain bon sens me disait de ne pas dépasser 3 dB de correction au total.
L'analyse de la courbe de correction m'a incité a remplacer des corrections ponctuelles par des corrections plus lissées, comme celle ci-dessous, mais avec moins d'amplitude.
J'ai montré cette courbe sur un forum en disant que je soupçonnais une correction d'effet de bords du baffle plan avec ces 42 cm de large. Un internaute m'a indiqué un lien chez True Audio. Puis j'ai trouvé via un message sur un forum un autre lien chez Linkwitz Lab
Fort de l'analyse théorique, j'ai retouché les corrections jusqu'a obtenir les 5.3 dB après une mise au point fine :

image326.jpg

Un point m'a particulièrement surpris : malgré la remonté du grave de 5.3 dB par rapport au aigus, il n'y a aucun manque dans le médium aigu. Au contraire celui ci est encore plus réaliste et vivant.
Avec 5.3 dB de plus le rendu de grave devient particulièrement présent, tout en restant très rapide. Je n'entendrai plus dire que mon système manque de grave. Pour l'extrême grave par contre il y a un manque.

Pour être bien appliqués les principes doivent être bien compris. La correction ci dessus était appliqué au large bande seul qui est coupé à 180 Hz et 3500 Hz. Une partie de la correction doit s'appliquer au grave, l'autre à l'aigu.
J'ai passé rigoureusement la même correction sur les entrées D et G et les ai supprimées du large bande. Gain à l'écoute.
Normal si j'ose dire, cette correction corrige le baffle pas le HP, et la largeur du baffle plan fait aussi 42 cm au niveau de grave.
Dans le même esprit, j'ai supprimé le boost du grave pour le mettre aussi sur les entrées. Ce boost c'est aussi une correction du baffle, pas une correction du HP.
J'en arrive ainsi a n'avoir aucune correction sur les haut-parleurs après le filtrage. J'ai neuf corrections avant le filtrage pour réaliser deux fonctions, correction de la largeur et de la coupure dans le grave du baffle plan.

image02.jpg


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Nous voyons, sous prétexte de la correction de la largeur du baffle, les premières corrections avec atténuation des aigus, qui me feront adopter plus tard la courbe ISO 2969 X.

Certain d'entre vous ne supporte pas l'atténuations des aigus. C'est certainement un problème de culture musicale, et de référence acoustique du son des instruments en direct.

Une réflexion : Comment peut-on parler haute fidélité sans être aller au concert avec des instruments acoustique pour connaitre le vrai son des instruments ?

Une autre réflexion : L'important est que le son de votre chaîne vous plaise à vous.
Certaine grandes gueules des forums, qui n'ont pas apprécié mon système et qui ce sont empressés d'aller l'écrire sur les forums, n'ont pas de références musicales, et donc de critères objectifs pour juger la qualité de celle-ci...



Mon système avec le SP-200X

Mise à jour : 28 avril 2018.


image070_1.jpg

Abandon du SP-200X début septembre 2006.


La pièce :

C'est le seul point de la chaîne que vous ne pourrez pas facilement copier.
Pourtant c'est là que se fait l'écoute, et c'est en fonction de la pièce que j'ai réalisé mes baffles plans.
La pièce est assimilable à un rectangle de 8.06 m de long, 3.62 m de large et 2.44 m de haut.
Les HP sont placés en position est altitude en fonction des résonances calculées, voir le chapitre Placement optimal des enceintes dans votre pièce d'écoute..

La position d'écoute est assez reculée, elle est à 4.20 m des baffles, et à 5.10 m du mur du fond coté baffles plans, pour un idéal à 6.05 m du mur du fond coté baffles plans.
Ce n'est pas idéal compte tenu des réflexions sur les murs, sol et plafond.
Mais quand on fait des baffles plans c'est justement pour récupérer les réflexions, au moins celles du mur arrière.
En largeur j'écoute facilement décalé sur le coté, à 2.70 m d'un mur latéral.


Les baffles :

En discussion avec madame, un grand tapis devant les baffles, et des tentures épaisses sur les murs derrière les baffles.

Ce sont des baffles plan à 3 voies comprenant :

  • 1ere grave PR38EX100VST AUDAX, choisi pour sa linéarité dans le médium. Il est à 41 cm du sol.
    2eme grave AUDAX PR380T0, branché en parallèle avec le premier. Il est sur le coté à 61 cm du sol.
    Le PR38EX100VST à 2.78 ohms en série pour égaliser la sensibilité avec le PR380T0

  • Large bande MONACOR SP-200X dont le bi cônes a été coupé. Il est à 81 cm du sol, en phase acoustique théorique avec le grave reste du temps du filtrage en passif. (VISATON B200 depuis septembre 2006)

  • Tweeter FOSTEX FT66H. Il est à 100 cm du sol.

  • Baffle plan en 3 panneaux articulés par des charnières à piano.
    Hauteur 1.207 m.
    Panneau droit largeur 57 cm, incliné vers l'arrière à 48°.
    Panneau central largeur 42 cm.
    Panneau gauche largeur 59 cm, incliné vers l'arrière à 83°.
    Les panneaux latéraux sont arrondis en spirale d'Archimède à l'arrière, entre les tangentes horizontales et verticales.
    Les baffles sont très légèrement tourné vers l'auditeur : 1.5 cm sur 42 cm.


Les filtres :

image184.jpg

Filtre actif BEHRINGER DCX 2496.
Fréquences de coupure centrées sur environ 120 Hz et 3500 Hz.
Les 188 Hz correspondent à peu prés au court circuit acoustique des panneaux plan, et au changement de mode de directivité omnidirectionnel en directionnel. C'est idéal pour une coupure entre deux haut-parleurs.
Mécaniquement, le préampli passif est posé sur deux tasseaux en bois, pour éviter toute boucle de masse de coffret à coffret. Ce détail n'est pas sur la photo.

La description du filtrage n'en explique pas pour autant l'esprit exact, c'est le filtrage recommandé par Jean Michel LE CLEAC'H sur bien des forums.
Cette recommandation s'accompagne d'une mise au point à la mesure, je me suis contenté d'une mise au point à l'écoute.
Le logiciel de simulation sous tableur ci-dessous est de Jean Michel LE CLEAC'H.

image355.jpg

Il y a 20 mm d'écart entre le délai du médium et celui du tweeter. Je me suis arrangé par un montage particulier du tweeter a avoir le même écart entre les délais en pratique. Le réglage sera encore affiné avec des rondelles de 0.8 mm d'épaisseur.
C'est plus délicat a appliquer entre le large bande et le grave, il faut faire un peu de menuiserie.

image10.jpg

Les électroniques :

image71.jpg

  • Ampli grave DENON POA 2200, 2x220 W, utilisé en dessous de 187 Hz. En bas à droite. Potentiomètre sur 9 H.
  • Ampli médium HAFLER TA1600, 2x60 W, utilisé de 187 Hz à 2870 Hz. Potentiomètre sur 6
  • Ampli aigu HAFLER TA1600, 2x60 W, utilisé au dessus de 2870 Hz. Potentiomètre sur 6.
  • Préampli passif, 6 entrées, dans le châssis d'un préampli AUDIOANALYSE C55. Au milieu à gauche, boîtier du haut.
    Potentiomètre ALPS 22 kLog.
    4 entrées audio sur sélecteur rotatif.
    2 entrées vidéo sur interrupteur.
    1 interrupteur audio / vidéo.
    1 interrupteur pour Monophonie,
    1 interrupteur -20 dB, beaucoup moins en pratique...
    1 sélecteur rotatif à 3 positions, G - G+D - D.
  • DVD PIONNER DV-444. Liaison télé S VHS et pré ampli. En haut à droite, boîtier du bas
  • CD PHILIPS CD723 modifié DIY selon les préconisations de la Revue du Son, janvier et avril 2001. En haut à gauche
  • Tuner HARMAN-KARDON T403, antenne par le câble UPC (remarquable). Au milieu à droite.
  • Magnétoscope BLUEsky. Achat récent, à bas prix, pour lire les casettes des enfants. En haut à droite. Ce matériel est tellement peu ergonomique que j'ai renoncé à classer les chaînes.
  • Télé THOMSON 72 cm 4/3.
  • Décodeur TNT PHILIPS DTR 300. En haut à gauche, sur le lecteur CD 723 PHILIPS. Remarquable la TNT.

Le meuble avait des vitres coulissantes. Mais c'est tellement peu pratique que je les ai supprimées.

Deux appareils avaient des liaisons à la terre, le CD 723 par le filtre secteur et le DCX 2496. cela entraîne une boucle de masse via les terres d'un coté, et les câbles de liaisons entre appareils de l'autre.
La modification des multi prises secteurs permet de ne conserver qu'un seul appareil à la terre pour toute la chaîne, pour le plus grand bien de la restitution du médium aigu.
Aujourd'hui c'est le CD 723 qui est à la terre.

Les amplis HAFLER ont subis une toute petite modification : la prise casque a été débranchée au niveau du bornier haut-parleurs. (4 cosses a retirer, c'est facile).
Avec cette modification plus la moindre boucle de masse, ni entre les canaux D et G, ni avec la prise de terre.
En conséquent, les deux amplis sont reliés à la terre par leur prise secteur, et sont branchés par des câbles RCA standard.
Enfin cet ampli inverse la phase absolue par rapport au LUXMANN ou au CAIRN utilisé avant. Ce n'est pas gênant, mais c'est à savoir.

Il est à noter que la chaîne se trouve dans le séjour et est utilisée par toute la famille.
Un minimum d'ergonomie est indispensable, c'est la raison des étiquettes adhésives blanches sur le préampli passif.
C'est aussi la raison des repères au scotch rouge sur le bouton de volume de deux amplis.
Mais les enfants ne sont plus surpris, pour voir la télé, de devoir allumer dans l'ordre la télé, le décodeur TNT, le filtre actif, et les trois ampli, soit 6 interrupteurs.
Il est vrai que mes oreilles m'ont un peu sifflées à l'installation.
HI-FI et famille, c'est possible.

Pour situer le niveau de qualité de cette chaîne, il suffit de prendre le disque test sorti en juillet 2005 dans la revue Prestige Audio Vidéo.
La plage 2 est un solo de percussion d'un petit groupe de Jazz. La revue précise : "Attention, l'absence de compression dynamique peut mener à la saturation si votre chaîne manque de puissance".
Ce morceau passe très bien à un niveau presque réaliste...
Et en allant de temps en temps au concert, il est facile d'avoir bien en tête le son des percussions : La fidélité est au rendez vous.



B200 de VISATON

Mise à jour : 2012-05-12.


Juillet 2006 :
Les choses ont commencées un soir d'orage : Un coup de tonnerre, la chaîne sous tension.
Diagnostic rapide, un large bande en panne.
Diagnostic plus précis, un canal d'un HAFLER en panne, un autre avec un niveau plus faible, une sortie du DCX en panne sur les 6.

Sur un forum, j'ai trouvé rapidement une paire de MONACOR SP200X d'occasion, qui sont arrivés en 72 H week-end compris. Une certaine notoriété cela sert. Le chèque est parti a réception des HP...
Remise en service de la chaîne avec les graves et l'ampli DENON, les SP200X et un intégré SANUSI, le filtre actif BEHRINGER DCX 2496 en bi amplification. Les tweeters FOSTEX FT66H ne sont pas utilisés.
Une fois les égalisations au point, l'aigu n'est pas si mal que cela.

Septembre 2006 :
La petite annonce proposait 2 HP VISATON B200 pour 150 €. Avec les frais de port, cela à fait 165 €, moitié moins que si je les avais achetés neuf.
Ils sont installés en lieu et place des MONACOR SP-200X, avec un peu de menuiserie tout de même.
Intérêt : Avec le Qts élevé, il n'y a pas de résistance en série pour une utilisation en baffle plan. La Fs est basse, 42 Hz.
La comparaison en images en annexe de ce chapitre.

image523.jpg

Comme d'habitude les enfants sont vautrés sur le canapé. La chaîne est utilisée par tous.


Une fois la mise au point du filtrage avec les graves, les égalisations dans le médium aigu faites, j'ai faits un test habituel : Écoute des B200 en large bande seul, avec les égalisations, mais sans filtrage.
Et là grosse grosse surprise, les résultats étaient meilleurs en large bande seul qu'en bi amplification active avec quatre haut-parleurs de 38 cm.
Les explications sont simples et logiques :
Un Qts parfaitement adapté, et surtout une Fs basse de 42 Hz pour le B200 au lieu de 49 et 52 Hz pour les 38 cm.
Un Fs bas est donc particulièrement important en baffle plan.
Il faut aussi préciser que mon niveau d'exigences n'est pas le même aujourd'hui qu'il y a quelques années. On s'habitue très vite a de bonnes écoutes.


Mesures du système complet le  avril 2007 :

Échelle de 10 à 20000 Hz. Les barres verticales à 100, 1000 et 10000 Hz sont parfaitement visible.
L'échelle verticale est de -110 dB à +20 dB, dans lequel je n'ai gardé, par couper coller, que la bande -50 dB à +0 dB.
Que mesure t'on en dessous de 20 Hz ? Le DCX coupe en dessous...

Le système est sans tweeter, le B200 bien linéarisé est un vrai large bande.
Les creux à 42 et 70 Hz, les bosses à 38 et 55 Hz échappent à toute possibilité d'égalisation.

Courbe de réponse en 1/12e d'octave


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Sans la panne d'un canal du DCX, les tweeters seraient encore en service.
Le chapitre a été simplifié, les réglages et corrections utilisées sont de peu d'intérêt pour un système placé dans une autre pièce.



Ajouter un égaliseur

Mise à jour : 6 février 2016.

 

Baffle plan semi ouvert :

Mai 2007 :
Les mesures de mes baffles plans donnent toujours des accidents dans les graves, ainsi qu'entre 100 et 200 Hz.
Si le trou entre 100 et 200 est bouché par les deux 38 cm latéraux, les accidents dans le graves restent.

image523.jpg


J'ai essayé beaucoup de choses, sans résultats probants :

  • Boucher l'ouverture coté fenêtre. (voir image ci-dessous)
  • Boucher l'ouverture coté mur. (voir image ci-dessous)
  • Ajouter un panneau à 40 ou 45° juste derrière les HP, pour éviter un retour d'onde direct.  (voir image ci-dessous)
  • Ajouter "un toit" pour être pratiquement en clos.
  • En parallèle j'ai essayé différentes configurations sur le 38 cm latéral.

image573_1.jpg

Après essai je n'ai rien conservé.
Le 38 cm latéral est débranché.
Une coupure plus haute, vers 260 Hz, des 38 cm avec le large bande était meilleure.
Le seul point qui n'a pas été essayé à ce jour c'est le 38 cm en clos, et le large bande sur baffle plan.

C'est finalement beaucoup d'essais, beaucoup de mesures, et peu de résultats pratiques sauf une solide certitude : C'est la pièce qui est la cause des accidents dans le grave, et non le principe de HP sur baffle plan.


Courbe de réponse mai 2007 :
J'ai toujours des accidents dans le grave, mais je suis totalement convaincu que l'enceinte n'est pas en cause.
Ce sont les défauts de la pièce qui sont mesurés ici, et si j'avais un grave en bass-reflex j'aurai les même accidents.
La linéarité au dessus de 200 Hz sera amélioré avec un vrai égaliseur dans les mois qui viennent.

image610.jpg


Prendre le taureau par les cornes : l'égaliseur

La petite annonce proposait un DEQ 2496 et son micro pour 250 €.
Un autre internaute était intéressé par le micro seul, et je ne voulais que le DEQ 2496
Je l'ai eu pour 210 € + 14 € de port et + 20 € pour deux câbles de branchement XLR.
Le premier câble est pour la liaison AES/EBU numérique entre DEQ et DCX.
Le deuxième câble est pour brancher le micro sur le DEQ sans passer derrière l'installation. (Utilisé une fois...)

Ne cherchez pas les modes d'emploi PDF en Français de ces appareils sur le site BEHRINGER, pour connaitre leurs très nombreuses possibilités.
Mode d'emploi de l'égaliseur numérique DEQ 2496 2.8 Mo.
Mode d'emploi du filtre actif numérique DCX 2496 3.3 Mo.

En haut, le préampli passif.
Les deux interrupteurs rouge coupent les canaux D et G, en combinaison avec la touche mono sur la face avant.
En descendant, le DEQ, le DCX, et l'ampli HAFLER TA1600 des larges bandes. (Ampli vendu en avril 2008)
Notez que le DEQ et le DCX ont leur châssis isolé l'un de l'autre. Toujours les boucles de masses qui sont traquées.
Notez les deux lignes secteur dédiées à gauche.

image623.jpg

Mesure en 1/3ere d'octave.
Les fréquences en dessous de 50 Hz et au dessus de 8000 Hz ont été réglées à l'écoute.
Avec un réglage et une mesure en 1/3ere d'octave, il est possible d'obtenir une droite parfaite.

image637.jpg
 


Dissymétrie de la pièce :

Les choses ont commencées quand j'ai mesuré chaque enceinte séparément, et sans la moindre correction.
5 dB d'écart à 500 Hz entre le canal droit et le canal gauche.
Je suis certain que ce sont la pièce et les meubles qui sont en causes.

image646.jpg


Remise à plat totale :

Un Internaute sur un forum disait qu'il laissait son LB descendre sans filtrage dans les graves.
Après avoir souri, j'ai essayé. C'est un test que je n'avait pas refait depuis longtemps. Tellement de choses ont changés entre temps.
J'ai associé la suppression du filtrage passe haut du LB à un nouveau réglage sur l'égaliseur, et j'ai conservé le réglage...

A partir de cette base j'ai cherché comment il fallait régler la partie filtrage sur le DCX pour limiter les corrections sur l'égaliseur et pour avoir la meilleure réponse sur les impulsions.
Le LB n'a plus aucun filtrage. Il est branché sur le DCX juste pour avoir le délai. (80 mm environ, une menuiserie peut aussi y arriver)
Le grave de 38 cm est filtré à 6 dB à 284 Hz. (Une simple self peut aussi le faire).
Grave et LB sont en parallèle du grave jusqu'a 284 Hz. Cela bouche le trou dans la courbe de réponse d'autant plus facilement qu'avec le filtre à 6 dB la bonne mise en phase est presque évidente à trouver.

Le banc d'essais du caisson de graves INFRAPLANAR (peut-on parler de caisson pour un baffle plan de graves ?) m'a fait réfléchir sur l'importance du court-circuit acoustique par rapport à la surface de membrane dans les graves et part rapport au room gain de la pièce.
Descendre a 16 Hz avec un panneau de 120x100 cm ne peut s'expliquer que par la très grande surface de membrane et le room gain, qui deviennent beaucoup plus important que le court-circuit acoustique.

Si on considère que l'on rajoute de toute façon un égaliseur pour corriger et booster ce qui doit l'être, si on considère que le ou les graves travaillent en parallèle avec le LB dans les graves, alors la conception globale peut être simplifiée.
Les cotés latéraux font 9 cm en haut, 32 cm en bas.

image794_1.jpg

C'est esthétique et compact, c'est très WAF (au moins chez moi), c'est toujours un baffle plan...


Ah ces électroniques !!!

Résumé :

Un coup de foudre il y a deux ans, une sortie du DCX HS, deux canaux des HAFLER, un par ampli en panne.
Avec deux amplis et deux canaux en panne, j'en ai fait un qui marche et un totalement en panne.
Je suis revenu en bi amplification active, sans tweeter. L'égaliseur est arrivé a ce moment.
L'HAFLER qui marchait a tenu un an et trois mois de plus, avant de se mettre a ronfler.

J'ai remplacé l'HAFLER par un NAD 3020i, dont je n'utilisais que la partie ampli.
En parallèle j'ai envoyé les deux HAFLER en réparation, l'un chez un amateur électronicien, l'autre chez un pro.
Aucun des deux n'a été utilisable a leur retour, j'en ai tiré 150 € en l'état.
L'amateur a des excuses, il avait prévenu qu'il allait essayer.
Je n'ai jamais eu de chance avec les réparateurs, 20ans plus tôt celui de mon Audioanalyse A225 était aussi nul. A méditer...

Entre temps, les sorties du DCX sont tombées en panne les unes après les autres.
Le tweak du DCX, avec des sorties passives m'a été d'un grand secours pour moi qui ne suis pas électronicien, ou plus précisément qui reste exclusivement aux composants passifs. Les 6 sorties remarchent.
Merci à Thierry Martin et son site sur le DCX.


Tweeter ou pas?

Je suis resté deux ans en bi amplification active, avant de tenter de revenir en tri amplification active.
L'utilisation de l'égaliseur et d'un bon large bande me permettait de compenser la chute dans les aigus jusqu'a 16000 Hz.
Toute tentative de rajouter un tweeter en passif se soldait toujours par un échec.

J'ai mémorisé deux réglages dans les DEQ et DCX, l'un avec tweeter (courbe jaune), l'autre sans (courbe bleu), les deux solutions étant parfaitement réglées à la mesure.
Je vous montre les courbes de réponses, mais la réponse sur impulsion a aussi été réglée avec grand soin.

image826.jpg


Lors des écoutes avec tweeter je ressentait un malaise, un manque de cohérence dans le médium aigu.
Ce malaise disparaît complètement sans tweeter, ou le rendu global sur les harmoniques est bien meilleurs.
Je lis souvent sur les forums que certain rajoutent un tweeter pour avoir plus de finesse et de précision. Sur mon système, c'est sans tweeter que j'ai le plus de finesse et de précision...

Ce point de vu n'est pas une théorie plus ou moins vérifié. C'est un résultat pratique, qui se confirme essais après essais.
Si le filtrage avait été réalisé en passif, des erreurs étaient possibles.
Avec un filtre actif, un filtrage à 18 dB méthode JLMC à 4350 Hz, je ne vois pas ou il peut y avoir une erreur.
Cette coupure est parfaitement compatible avec le tweeter FOSTEX FT66H, qui est un des rares tweeters à haut rendement capable de reprendre à 3500 Hz.


Ce qui n'a pas marché :

Rédigé en 2012.

Je croyais beaucoup aux deux HP de 38 cm dans les graves.
Force a été de constater que lorsque vous êtes sur une résonance, entre la salle et les grands cotés latéraux des baffles plans, vous pouvez essayez tout ce que vous voulez, vous n'y arriverez pas.

Avec ou sans tweeter ?
Lorsque un ampli est en panne, lorsque des sorties du DCX sont en panne, c'est sans tweeter par la force des choses.
Nous voyons un début d'atténuation suivant ISO 2969X, mais avec une atténuation de 5 dB à 20000 Hz au lieu des 10 dB.

La pièce compte beaucoup dans le niveau de grave, les même baffles plans dans une autre pièce coupent plus haut.



Baffle plan et filtrage

Mise à jour : 2013-04-27.

 

riom.jpg

uframe1.jpg uframe2.jpg
image967.jpg

A partir des mêmes baffles plans et des mêmes électroniques, vous pouvez changer l'écoute de votre chaîne de façon importante en jouant sur les réglages du filtre actif.
Vu de l'extérieur, vous avez rigoureusement la même chaîne.
Vu du coté des réglages, les choses ont considérablement évoluées au fil du temps et de l'expérience dans les réglages.

Dans ce chapitre, nous allons parler des différents réglages qui ont été essayés, des raisons des essais et de leurs abandons.
Si vous avez lu la série de chapitres sur l'évolution de mon système, vous avez constaté que les erreurs sont expliquées dans le but de vous éviter de faire les même.
Ce chapitre est dans la suite logique, mais avec des évolutions logicielles dans les réglages des appareils, et non plus matérielles.

Le point commun de tous les essais décrits ici est une courbe de réponse "au cordeau" grâce à une égalisation réalisée avec le DEQ 2496 et/ou le DCX 2496.
Inutile de remontrer la courbe de réponses à chaque fois. Elle est linéaire dans les aigus à courte distance, avec une atténuation de 3 dB/octave au dessus de 2000 Hz pour les mesures au point d'écoute à 4 m.
Je précise que l'atténuation au dessus de 2000 Hz est naturelle, l'égalisation ne sert qu'a garder une pente droite, comme dans la zone linéaire de 40 à 2000 Hz.

uframe3.jpg
4m.jpg

 

L'idée de base :

Cela fait plusieurs années que je connais le tableur JMLC pour simuler le résultat d'un filtrage.
Mais les premières utilisations ont été pour moi assez déroutante, tant les résultats à la simulation n'étaient pas bons.
Pour avoir échangé sur le forum du site, je me suis aperçu que je n'étais pas le seul a avoir des mauvais résultats en 3 voies.

Au fil des échanges, principalement avec JMB, l'approche de l'outil s'est précisée, les résultats en 3 voies se sont affinés, au point aujourd'hui de ne plus vouloir essayer le moindre filtre sans l'avoir simulé au préalable.
Pour vous aider dans cette démarche, il y a les chapitres Filtres 2 et 3 voies et tableur JMLC et Filtrage avec un HP relais.

A coté de l'utilisation de l'outil, il y a les critères de choix d'un bon, ou d'un moins bon filtre : Le meilleurs filtre, c'est pas de filtre.
Les filtres à 6 dB est avec HP relais sont très bons sur la réponse dans l'axe, les délais de phase et de groupe, la réponse sur signal carré. Ils ne le sont pas sur la réponse en coïncidence.
Un filtre bon sur la réponse dans l'axe et en coïncidence le sera moins sur les délais de phase et de groupe, ainsi que sur signal carré.
L'écoute, associée à mon choix de HP et à la méthode de réglage, me fait préférer les premiers cas par rapport aux seconds.

Il y a enfin la méthode de réglage du filtre actif.
Cela fait des années que le DCX est sur le marché, et je n'ai jamais lu la nécessité absolue de linéariser les HP avant filtrage sur une bande passante aussi étendue que possible, pour obtenir en pratique les pentes d'atténuation théorique. Déconcertant...

Et pourquoi ne pas, au passage, donner un bon coup de patte a ces simulations de filtres passifs que l'on voit sur les forums, simulation absolument linéaire au point de tromper les néophytes (et même les experts), et qui ne regardent absolument pas les choses complètement.
L'atténuation du HP corrigé ne respecte pas la pente théorique du filtre choisi, donc les résultats sur les délais de phase, de groupe et sur signal carré sont un grand n'importe quoi.
Une réponse parfaitement linéaire ne suffit pas pour avoir une bonne écoute...

Je reconnais volontiers qu'une courbe de réponse linéaire est meilleure qu'une courbe de réponse accidentée.
Mais vous aurez un meilleurs résultat à l'écoute si vous avez à la fois la réponse linéaire et le respect des pentes d'atténuation à partir d'un filtre qui ne chahute pas les délais de phase et de groupe ainsi que la réponse sur signal carré.

Télécharger le tableur JMLC (JMLC pour Jean Michel Le Cleac'H).
Les simulations ci-dessous sont obtenus avec une version modifiée de ce tableur, pour correspondre exactement au filtre actif DCX 2496.
Ces modifications ne concernent que l'ergonomie et la présentation, la base du calcul est à 100% celle du tableur JMLC, sans modification.
Les modifications apportées au tableur en téléchargement sont décrites dans le détail au bas du chapitre : Filtres 2 et 3 voies et tableurs JMLC.

 

18 dB JMLC :

J'ai longtemps considéré ce filtre comme étant le meilleurs de tous.
Avec le montage MTM, une pente raide est nécessaire entre les larges bandes et le médium tweeter. Le filtre à 18 dB répond bien à la demande.
La coupure grave / large bande a été essayée entre 90 et 270 Hz en fonction de la pièce.
La pente à 6 dB entre grave et LB est pour essayer de récupérer un peu l'énergie des deux LB dans le grave, en augmentant la surface émissive. Le 38 cm n'avait pas un Qts vraiment adapté, et n'était pas en U-FRAME.
Égalisation après filtrage.

Les courbes délais de phase et de groupe ont peu de variation, 31 mm en dessous de 4000 Hz.
L'accident sur la réponse dans l'axe est corrigé à l'égaliseur.
La réponse sur le signal carré serait bonne, sans le pic final qui est la signature sonore de ce filtre.

juin2011-3.jpg juin2011-4.jpg

 

2 voies et demi :

Le manque de graves mesuré m'a incité à utiliser les deux LB B200 en complément.
Dans cette solution, j'ai donc un 38 cm et deux 21 cm dans les graves.
A l'écoute il y a de l'énergie dans le grave, mais l'extrême grave reste tronqué.
La solution 2 voies est demi est utilisé sur des enceintes du commerce avec un filtre passif. Les images vous donnent une bonne idée du résultat.

Les plus 6 dB de la courbe de réponse dans les graves sont normal. C'est une façon économique de faire un boost de cette plage de fréquences.
La courbe de délais de groupe n'est pas si mauvaise que cela, celle du délais de phase a un décalage important, 253 mm au dessous de 4000 Hz.
Enfin la réponse sur un signal carré n'a pas un plateau bien plat.

mars2012-1.jpg
mars2012-2.jpg

 

3 voies avec HP bouchon :

Les pentes de coupure sont raides pour le montage MTM entre les LB et le médium tweeter.
Les LB travaillent sur une bande de fréquence très étroites. Pas besoin de LB dans ce cas, un bas médium convient parfaitement.
Ce filtre a été utilisé avec deux HP de graves différents, le PR38EX100VST dans un premier temps, puis le PR380T0 dans un 2eme temps. Le PR380T0 à un Qts plus élevé que le premier, et est donc mieux adapté au baffle plan.

Les réponses dans l'axe et en coïncidence sont excellentes.
Les délais de phase et de groupe ont un décalage important, 254 mm en dessous de 4000 Hz.
La réponse sur signal carré n'est pas un modèle du genre.

C'est lors de l'utilisation de ce filtre que j'ai commencé à linéariser les HP dans le DCX sur une bande passante aussi large que possible.
Le HP de grave est linéarisé jusqu'à 2500 Hz.
Les larges bandes sont linéarisés de 100 Hz à 10000 Hz.
Le médium tweeter est linéarisé de 200 Hz à 15000 Hz.

jmb5.jpg
jmb6.jpg

 

2 voies (3 voies ?) avec HP relais :

La linéarisation des HP avant filtrage laisse une latitude assez grande pour choisir les fréquences de coupure.
Cette solution de filtrage est pratiquement une enceinte à deux voies, avec un HP relais qui travaille sur une bande passante très large.
Le LB du haut à été débranché, le MTM ne convient pas à ce type de filtrage.
Le grave était le PR380T0 dans un premier temps, en U-FRAME dans un 2eme temps, et enfin un ALPHA15A en U-FRAME.

Les courbes de réponse dans l'axe, les délais de phase et de groupe, la réponse sur signal carré sont tout simplement parfait.
La réponse en coïncidence n'est pas bonne, et cela ne s'entend pas. Les explications théoriques sont une chose, l'écoute en est une autre.

Les pentes de coupure ne sont qu'à 12 dB/octave sur les HP principaux, et à 6 dB sur le HP relais.
Tout les HP sont branchés en phase, sans le moindre délais entre les HP.
(A la linéarisation des HP près, les amateurs de filtre actif analogique ont une solution utilisable avec ce filtre.)

nrds-relai-126.jpg
nrds-relai-126.jpg

 

La mise au point :

Comme indiqué dans la partie "Idée de base", les HP sont linéarisé individuellement avant filtrage sur une bande passante aussi étendue que possible.
C'est l'égaliseur paramétrique du filtre actif DCX 2496 qui est utilisé dans ce cas.
Le micro est placé à 50 cm, dans l'axe de chaque HP, pour avoir la réponse du HP sans la pièce.

alpha15a_sans_g.jpg
b200-sans-g.jpg
wfr12-sans-g.jpg

 

Le filtrage est appliqué à chacun des HP, en vérifiant que les atténuations théoriques sont bien respectées.
Au passage la sensibilité de chacun des HP est relevée, à 200, 800 et 5000 Hz pour régler les niveaux relatifs entre les HP d'une même enceinte, et pour régler la balance G / D.
Lorsque vous linéarisez vos HP, la sensibilité moyenne bouge un peu. En jouant sur les gains dans le DCX, vous remettez au niveau les 6 HP.
Ainsi l'image sonore viendra bien du centre.

La coupure du grave à 3000 Hz se retrouve à -25 dB sur le grave filtré. Les -9 dB à 1000 Hz sont bien présents.
La coupure du WFR12 à 200 Hz se retrouve à -22 dB une fois le HP filtré. Les - 9 dB entre 6 et 700 Hz sont bien présents.
Les atténuations en fin de bande du B200 sont visibles à -15 ou -20 dB.

Seul le B200 semblait ne pas avoir les atténuations voulues. Pourtant une analyse plus fine montre que les pentes sont bien à l'endroit voulu.
Nous sommes en face d'un effet d'échelle, associé à une linéarisation insuffisante entre 200 et 3500 Hz, et à un besoin d'un boost dans les aigus jusqu'à 15000 Hz au moins. A retravailler !!!

alpha15a_filtre_g.jpg
b200-filtre-g1.jpg
wfr12-filtre-g.jpg

 

La dernière opération est une égalisation finale avec le DEQ 2496, avec le micro placé au point d'écoute à la hauteur de B200. Cette égalisation intègre la pièce.
Pourtant les précautions prises tout au long de la mise au point se retrouvent dans la faible amplitude des corrections nécessaires entre 200 et 10000 Hz.
N'oubliez pas que ce sont des baffles plans, avec cette foutue onde arrière qui perturbe tout.
Je me demande si le B200 ne serait pas mieux en enceinte close.

 

Evolutions fin 2012 :

Le médium tweeter n'est plus un AUDAX WFR12 mais un FOSTEX FE103E que j'avais chez moi. Deux raisons justifient se changement, la fréquence de résonance plus basse du FE103E, et surtout sont aptitude à monter plus haut en fréquences. Le WFR12 avait sa limite à 10000 Hz, le FE103E vers 16000 Hz.

Le B200 du haut est démonté, et vendu. Il n'était plus nécessaire compte tenu du filtrage avec le HP relais. Cet abandon du MTM n'est pas un désaveu de la performance de cette solution. C'est la mise en place d'une solution de filtrage plus performante qui l'a nécessité.

Les fréquences de coupure ont pu être décalées avec le FE103E : 620 Hz entre le grave et le HP relais, 754 Hz entre le HP relais et le médium tweeter. Des fréquences de coupure plus basses sont meilleures à la mesure, mais c'est à l'écoute qu'elles ont été choisies.

La mise en phase, le réglage des délais, a été laborieuse à obtenir. La simulation indique des délais à 0 mm sur les trois voies. Le montage mécanique des HP peut justifier des délais de 40 mm. Mais lorsque vous trouvez à la mesure 130 mm sur le HP relais, et 168 mm sur le médium tweeter, il y a des questions à se poser.
Le décalage de 38 mm (168 - 130 = 38) entre médium tweeter et HP relais est tout a fait normal. Les 130 mm entre HP de grave et HP relais viennent de l'U-FRAME qui décale le centre acoustique du HP vers l'arrière. C'est évident lorsqu'on le sait, mais personne n'en parle...
Le pic sur la réponse STEP vers 8.96 ms, ce n'est pas une mauvaise mise en phase, mais l'U-FRAME qui se manifeste avec retard.
(Je réfléchi très sérieusement a passer le grave en bass-reflex, en ressortant du placard les AUDAX PR38EX100VST.)
Les dernières mesures, STEP et CSD. Essayez de voir le raccordement des HP sur le CSD.

Dans le médium aigu, il y a deux sources, le médium tweeter et le HP relais. Ces deux sources, combinées à la distances qui les sépare, crées des interférences bien visible sur le CSD au dessus de 2000 Hz, et plus particulièrement entre 4000 et 10000 Hz.
Il faudrait que je trouve un médium tweeter plus petit en diamètre, placés au plus près du B200. Pas facile.

step-0.png

csd-3.png

Il y a eu d'autres évolutions électroniques : Un des deux NAD 3020 utilisé sur le HP relais a été remplacé par un ampli BEHRINGER A500. Je savais qu'il pouvait y avoir des différences entre électroniques, je ne pensais pas que le gain pouvait être de cette importance. Comme le 3020 n'est pas "pourri", c'est le A500 qui est très bon. J'en attends un second début janvier pour le médium tweeter.

J'ai remplacé le câble "numérique" entre l'interface HIFACE du PC et l'entrée S/PDIF sur prise RCA du SRC 2496. Le câble de remplacement est un câble CANARE qui garanti l'impédance de 75 Ohms y compris sur les prises RCA qui ne sont absolument pas prévue pour le respect de l'impédance.
Le gain n'est ni sur le grave, ni sur le médium, ni sur l'aigu, ni sur la définition, ni sur la quantité d'information, et pourtant il est partout à la fois. Impressionnant, pour 35 € seulement port compris.
Je me permet de m'interroger sur ces marques Hi-Fi qui se disent haut de gamme, et qui ne sont pas capable de mettre la seule prise qui soit réellement 75 Ohms sur cette liaison, la prise BNC. Il y a une faute technique qui frise le scandale pur et simple.

 

Écoute :

La comparaison ne concerne que les deux dernières solutions, celle avec un HP bouchon et celle avec un HP relais.
Le compte rendu d'écoute concerne la dernière solution, celle avec le HP relais, en comparaison avec l'avant dernière solution, celle avec le HP bouchon.
Ce sont les deux solutions pour lesquelles j'ai égalisé les HP avant filtrage. (Ce qui permet au passage de passer facilement de l'une à l'autre).
Pour les deux solutions précédentes je n'avais pas encore pris conscience de l'intérêt de le faire. Et comme personne n'en parle sur les forums, il a fallut l'imaginer au préalable.

Le gain est particulièrement sensible dans la qualité du médium.
La somme des trois courbes de réponse donne bien une courbe linéaire, cela se voir sur les corrections que j'ai ajouté dans le DEQ 2496 sur l'ensemble filtré, corrections qui sont insignifiantes entre 200 et 10000 Hz.

Tous les sons en arrière plan sont parfaitement audible.
Que ce soit les instruments qui accompagnent un chanteur, les coeurs d'un opéra qui complètent un soliste, ils sont parfaitement distincts.
Quand le niveau sonore augmente, l'image sonore ne se déplace pas du haut parleur de grave au médium puis au tweeter.
Les ambiances de salle, pour les enregistrements en directs, sont parfaitement audible, même pour les sons très lointains.

Sur des disques connus, la définition à fait un bon en avant.
Je ne l'avais pas perçu sur les premières écoutes. C'est au bout de quelques jours que, disques après disques, sur des musiques bien connues, que la différence est devenue flagrante.

Les ingénieurs du son qui mixent comme des cochons, qui ajoutent de la réverbération à tord et à travers, sont démasqués instantanément.
Ceux qui font bien leur travail, mais qui changent le micro du chanteur entre deux morceaux du même CD aussi.
Un bon CD est bon, un mauvais CD est mauvais, et vous le savez très vite. (Les bons CD sont rares.)

Je ne découperai pas le spectre sonore en tranches.
La qualité du grave est aussi donné par les harmoniques reproduites par le médium et les aigus. La qualité des aigus change avec la réponse des fréquences fondamentales dans le grave et le bas médium.
L'ensemble est parfaitement cohérent en réponse, phase et impulsion, et ne favorise pas certaines fréquences par rapport aux autres.

La seule approche théorique qui n'est pas bonne à la simulation, c'est la réponse en coïncidence.
Il faudra que j'en parle sur les forums, parce que ce calcul purement mathématique est inaudible.
Sans doute la réponse en coïncidence devrait t'elle être présentée sous forme des pétales de fleurs, donc en rentrant la position exacte des HP, pour être mieux analysée.
Toujours est-il que les +6 dB entre 700 et 800 Hz de la réponse en coïncidence, je ne sais absolument pas ou ils sont, perdus, envolés...

En conclusion, je vous invite vivement à choisir des HP qui permettent de mettre en oeuvre cette solution de filtrage.
Ce n'est pas possible avec tout les HP, mais avec ceux qui le permettent vous aurez un excellent, un remarquable, résultat à l'écoute.

 

Ce qui a marché :

Tous les filtres décrits ci-dessus ont marchés un certain temps avant d'être remplacés par d'autres.

L'idée intéressante est la linéarisation des HP avant filtrage. Je ne l'ai pas lu souvent sur les forums !!!
Lorsque la simulation indique un filtre Butterworth, Bessel ou Linkwitz Riley, il faut obtenir en pratique rigoureusement la forme de l'atténuation correspondant à ce filtre.
Si vous partez d'un HP rendu linéaire, et que vous appliquez le filtrage, vous obtenez en pratique, le résultat théorique voulu.

L'écoute du filtre à 2 voies avec HP relais est pour moi la meilleure, avec le choix des HP qui est retenu : Large bande comme HP relais, et médium tweeter au dessus de 900 Hz.

 

Ce qui pourrait être encore mieux :

  • Le FE103E fait très bien son travail de 200 à 10000 Hz. La descente jusqu'à 200 Hz est absolument nécessaire.
    Maintenant que le B200 du haut ne sert plus à rien, pourquoi ne pas le remplacer par un tweeter à ruban, filtré à 6 dB/octave au dessus de 8 à 10000 Hz ?
    Ce n'était pas possible avec le montage MTM, cela devient possible aujourd'hui.
     
  • Il existe une solution de filtrage avec HP relais qui a des pentes à 18 dB sur les HP principaux.
    Par contre ces pentes ne sont pas réalisables directement avec le DCX : Il faut filtrer à 12 dB dans le DCX et ajouter un filtre passif à 6 dB entre le filtre actif et les amplis.
    A essayer ? Le HP relais sera encore plus sollicité avec un gain plus important, par contre les deux autres HP seront filtrés avec des pentes plus raides, pente qui commence plus tôt puisque le point de croisement se fait à -9 dB et non plus à -6 dB.



Bilan de ces expériences

Mise à jour : 2012-05-12.


Avec le recul, il est assez facile de ressortir de tous les tests, les points importants de ceux qui sont plus anecdotique.

Si j'avais mis l'argent des PR38, PR33, HD17, T925, N482 + FD700 et les composants de filtrage dans une paire de larges bandes de qualité, j'aurai fait des beaucoup d'économies.
Les PR38 ne sont pas une si mauvaise affaire que cela, ils ont retrouvés une nouvelle jeunesse sur baffle plan avant d'être éliminé lors d'un changement de pièce.

Le filtrage n'est pas une chose facile, même avec une bonne méthode de mise au point. Quand on peux s'en passer c'est mieux, mais un minimum est indispensable.
Si j'avais eu un filtre actif en même temps que mon système à 4 voies, j'aurai certainement encore aujourd'hui mes 38 cm en bass-reflex et mes 33 cm en enceinte ouverte à l'arrière.
Une coupure basse en passif est pratiquement impossible réussir.
Quand on sait aujourd'hui qu'un filtre actif BEHRINGER 2310 ne coûte que 100 à 120 € je ne vois plus l'intérêt des filtres passifs.
Mais un bon filtre doit obligatoirement être étudié avec un outil adapté, le tableur JMLC.

Le baffle plan est une merveille beaucoup trop ignorée.
Pour ceux qui n'ont pas la place d'un grand baffle plan, la solution d'un médium sur un petit baffle plan est LA solution.
Si vous avez l'occasion, et la place, de vous réaliser un grave sur baffle plan n'hésitez pas une seconde.
Un baffle plan avec le grave en U-FRAME ou H-FRAME n'est pas si encombrant que cela.

L'égalisation du système dans la pièce, le réglage pour obtenir la courbe ISO 2969 X au point d'écoute, participent énormément à la vérité du son reproduit par votre chaîne.
Le filtre actif et la multi amplification vous garantissent que vous aurez le filtrage voulu.

La plus grosse erreur a été de croire que les tweeters annulaires à haut rendement sont les meilleurs tweeters du monde.
J'ai traîné pendant des années les conséquences de cette non remise en cause.


Valid HTML 4.01 Transitional

Merci pour votre visite.


Dôme acoustique : La conception des enceintes acoustiques.


Il y a un savoir vivre élémentaire qui consiste à demander l'autorisation avant de reprendre tout ou partie de ce qui est écrit dans ce chapitre.
Ne pas respecter ce droit élémentaire vous expose à des poursuites sous toutes les formes.